Nos dossiers La vie des Festivals

« Fanzines ! », le Fandom a son festival à Paris

Par Didier Pasamonik - L’Agence BD le 17 septembre 2011                      Lien  
Alors que le Fandom est quelque chose de quasi institutionnalisé au Japon, qu’il a vraiment été le creuset des nouvelles tendances de la BD moderne, on continue à lui attacher dans notre société dévolue au tout-marchand un mépris injustifié. Heureusement, un « Festival de l’auto-édition graphique » ouvre ses portes à Paris du 1er octobre au 21 octobre prochains.

Si j’existe, j’existe
C’est d’être fan
C’est d’être fan

Combien d’auteurs, d’éditeurs, de libraires, de bibliothécaires et même de spécialistes de bande dessinée ne se sont pas reconnus dans ce refrain d’Obispo ? Si ActuaBD compte une vingtaine de chroniqueurs qui vous racontent le monde de la BD tous les jours c’est grâce à cela. Sans le bénévolat, sans l’amour pour le 9e art, il n’y aurait pas de Festival d’Angoulême, de Musée de la BD, et son histoire resterait à jamais inconnue.

Nous avons souvent défendu ici, parfois à contre-courant de certaines opinions sectaires, l’utilité du collectionneur et du caractère initiatique de la dédicace, cette manière d’approcher, de façon souvent timide, le créateur que l’on adule.

La création du fanzine est l’étape suivante, celle du partage de la passion commune. Je me souviens de mes quinze ans où je collaborais au fanzine Buck dont le Lider Maximo était Thierry Groensteen, dans lequel dessinaient Philippe Tome et Bruno di Sano, pas bien plus âgés que nous.

Je croisais dans les salons le grand Thierry Joor, aujourd’hui éditeur chez Delcourt et chasseur de dédicaces, comme moi ; Yves Schlirf, futur éditeur chez Dargaud, avait son fanzine aussi : Tip Top ; Patrick Pinchart, futur rédacteur en chef de Spirou et actuel patron de Sandawe avait également le sien : Skblllz (d’après un personnage créé par Géri dans Tintin) ; José-Louis Bocquet, actuellement éditeur chez Dupuis, avait fondé le sien à l’âge de 13 ans : Bizu (d’après un personnage de Jean-Claude Fournier)…

Dans ces années-là, le fanzinat avait ses aristocrates : Jacques Glénat, qui avait lancé « Schtroumpf, les Cahiers de la bande dessinée » où officiaient le fielleux Fillipini, l’enthousiaste Numa Sadoul et le docte François Rivière ; Yves Frémion qui affichait dans le « Petit Miquet qui n’a pas peur des gros » sa proximité avec les stars du moment : Gotlib, Brétécher, Reiser

Et puis les quasi « ancêtres », pilotant des « prozines » Claude Moliterni et son Phénix ou encore André Leborgne et son Ran Tan Plan. Impossible de les citer tous.

Chaque fanzine avait sa rubrique « fanzines » où l’on fouraillait avec les concurrents, mais qui faisait l’objet d’échanges minutieux. Un vrai réseau social d’avant l’invention des réseaux sociaux. Tous ces gens se retrouvaient dans les festivals, à Paris et à Angoulême, et refaisaient le monde de la BD.

Le fanzine permettait de s’initier à l’impression, au rapport avec les auteurs, à la diffusion, et cela sans argent.

« Fanzines ! », le Fandom a son festival à Paris
Le "Mur des fanzines" de la Bilbiothèque Marguerite Duras
Photo DR
Le joli logo de l’Assciation Papier gâché

Le creuset de la "nouvelle BD"

Avec le temps et la démocratisation des techniques d’impression, le fanzinat est devenu bien pro. Tellement pro qu’avec des structures comme L’Association, il s’est mis à produire des best-sellers révolutionnant la BD française.

C’est dire si nous tenons le fanzinat en haute estime. Curieusement, en France, il est un peu méprisé alors qu’au Japon, c’est une véritable institution encouragée par les grands éditeurs. Le Comicket de Tôkyô, créé en 1975, compte aujourd’hui plus de 400.000 visiteurs. Aux États-Unis jusqu’en Suède, la Small Press a droit de cité avec ses propres conventions.

Souhaitons le même destin au Festival de l’auto-édition graphique, Fanzines ! Lancé par l’association Papier Gaché. Les artistes de l’auto-édition occuperont la Médiathèque Marguerite Duras dans le 20e arrondissement de Paris avec des expositions (mur de Fanzines, planches originales…), des stands, des ateliers, des conférences, etc.

« Ludique et subversive, la nouvelle génération underground nous ouvre les portes de son laboratoire en ébullition » dit le communiqué. La bande dessinée se partage avec toutes les autres productions artistiques faisant l’objet d’une publication : art, dessin, gravure, sérigraphie,...

L’Association Papier Gaché a convoqué des artistes du monde entier : Plus de quatre cents fanzines et graphzines du monde entier seront à découvrir et à feuilleter dans une exposition où l’on retrouve également des œuvres originales d’artistes contemporains de la scène de l’édition alternative.

Beaucoup d’artistes seront présents au travers de rencontres et d’animations d’atelier.

Le point d’orgue sera le week-end des 8 et 9 octobre, sous la forme d’un marché aux livres où plusieurs éditeurs indépendants de Paris et d’ailleurs présentent directement leur production et une soirée spéciale le 8 octobre à 19h30 à la librairie-galerie le Monte-en-l’air, partenaire du festival et haut lieu de la bande dessinée alternative s’il en est (71 rue de Ménilmontant, 75020 Paris).

Venez vous décrasser l’œil en découvrant la BD de demain.

(par Didier Pasamonik - L’Agence BD)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Du 1er au 21 octobre 2011 (marché des fanzine le 8 et 9 octobre)

Médiathèque Marguerite Duras
115 rue de Bagnolet, 75020 Paris

Le site de la médiathèque
Contact : mediatheque.marguerite-duras@paris.fr
Tel : 01 55 25 49 10

Le site de l’Association Papier gâché

La page Facebook de l’évènement

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • « Fanzines ! », le Fandom a son festival à Paris
    17 septembre 2011 12:14, par Fred Boot

    Je me permets de faire une petite pub pour un ami : du 30 septembre au 2 octobre le festival de BD de Dieppe présentera une rétrospective du fanzine Sapristi (1983-2003). Ce fanzine m’a permis de publier mes premières planches il y a une vingtaine d’année et ce fut en effet formateur (pour piger qu’il faut travailler dans un format plus grand que l’impression, etc etc etc). C’était aussi mon premier contact avec le monde professionnel de l’impression. C’était bien de passer par là.

    Répondre à ce message

  • « Fanzines ! », le Fandom a son festival à Paris
    17 septembre 2011 23:17, par Rosse

    Belle profession de foie Mr Pasamonik. Ayant participé à un des forums les plus incongrus que ce ce site a hébergé :
    [http://www.actuabd.com/La-Fabrique-de-fanzines-ou-l-art] cela fait du bien de savoir que certains connaissent de près l’influence primordiale de ce médium.

    Comment oublier en effet le jeune J-L Bocquet et son "Bizu" non-relié, agraphé. Les gens de PLGPPUR (avec les touts jeunes Dupuy et Berbérian). Marc Caro, qui griffonait dans son coin. Schlingo et son "Havane" dans lequel je débutais. Et "Vitriol", un fanzine qui ne semblait avoir été imaginé que pour dégommer un autre fanzineux : Frémion, ce pour la dynamique interne...

    Les "pro-zines", c’est quand même -aussi- Dionnet dans "Phénix". On sait ce qu’il adviendra de lui après cela...

    Bizarrement (ou pas) toutes ces informations sur ces fanzines je les recueuillais dans le Spirou de l’époque qui avait une rubrique destinée à ces publications.

    Il y eut ensuite la vague des graph-zines. Je ne sais pas si c’est vraiment la même chose, en dehors des moyens de productions ? Mais les Richard et Doury ("Elles sont de sorties") ou les Bazooka ("Activité Sexuelle Normale") ont chamboulés les donnes et ouvert la porte à des productions au-delà du fandom.

    À noter aussi qu’un fanzine au nom délicieux de "Lynx à Tifs", plus tard juste "Le Lynx" sous la houlette de Menu rassemblait Trondheim, Stanislas & Cie. Eux aussi ont faits leur chemin.

    Quand dans le forum précédent[http://www.actuabd.com/La-Fabrique-de-fanzines-ou-l-art]un intervenant déplore le commercialisme des fanzines, en appelle au "véritable" underground mais veut par ailleurs réguler les débordements d’un genre qui visiblement le dépasse, je me dis qu’il y a dans les fanzines, avec tous leurs tics, leurs imperfections, leurs copies énervantes pas toujours intéressantes, leur culot, leurs provocations morbides, leur humour de collégien, leur travail pour le plaisir -oui, je me dis que finalement c’est un bel antidote contre toutes les bigotteries.

    Répondre à ce message

    • Répondu par lezilus le 18 septembre 2011 à  13:37 :

      C’est aussi dans la rubrique fanzine du journal de Spirou que fut annoncé le premier numéro du fanzine Synopsis, réalisé par un tout jeune éditeur de 15 ans (les premiers étaient consacrés à Jacques Martin,Schuiten,et Hislaire).
      Ce tout jeune éditeur est devenu prés de 25 ans plus tard le rédacteur en chef de Spirou.Vous avez deviné de qui je parle ?

      Répondre à ce message

    • Répondu par hankey le 18 septembre 2011 à  18:59 :

      très bien, dites moi alors quel sont pour vous les meilleurs fanzines d’aujourd’hui ? (des années 2000 à aujourd’hui) je suis curieux de savoir ...

      Répondre à ce message

      • Répondu par bastien le 18 septembre 2011 à  20:36 :

        plutôt que de livrer tel ou tel à votre aigreur, il serait amusant que vous citiez les fanzines que vous connaissez si bien et qui fondent votre réflexion.

        Répondre à ce message

        • Répondu par hankey le 19 septembre 2011 à  13:23 :

          je les ai feuilleté ces fanzines, mais me souvenir des noms c’est autre chose et ce n’est pas du tout de l’aigreur, faites moi changer d’avis, je vous en pris.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 20 septembre 2011 à  13:40 :

            arbitraire
            bévue
            Y
            C9 (québecois)

            et j’en oublie !

            Répondre à ce message

      • Répondu par Régis le 18 septembre 2011 à  21:46 :

        Bévue ,Arbitraire ,Blam !,Kontagion , Brouillon ,Cheval de quatre ,Drakkar ,Escapo, Glorioasa Fanzina ,Helban, Incipit ,Kronik ,Le barbu, Le misérable,Léon,Mieux,Amalgam ,Anachronique,Mikromix...

        Répondre à ce message

      • Répondu par Rosse le 19 septembre 2011 à  19:10 :

        quel sont pour vous les meilleurs fanzines d’aujourd’hui ? (des années 2000 à aujourd’hui) je suis curieux de savoir

        Non mais puis quoi encore !!! Vous ne vous rappelez plus des noms des fanzines que vous avez feuilleté, vous employez des mots comme "fange" malgré tout pour décrire ce dont vous avez du mal à vous rappeler, vous intervenez à l’abri d’un pseudo -pour demander plus de régulations (???!!!). Vous n’êtes pas un intervenant sêrieux.

        Je serais par ailleurs ravi de continuer ici à discuter de fanzines avec quiconque. Sauf un troll !

        Répondre à ce message

  • « Fanzines ! », le Fandom a son festival à Paris
    18 septembre 2011 13:39, par Evariste BLANCHET

    Je me permets également de signaler le PLG "32 ans", toujours disponible dans les très bonnes librairies (diffusion Makassar)qui contient, outre l’histoire du fanzine PLG, un petit historique des fanzines de bande dessinée.

    Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Didier Pasamonik - L’Agence BD  
A LIRE AUSSI  
Nos dossiersLa vie des Festivals  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD