Fluide Glacial retrouve toute sa tête

12 février 2013 18 commentaires
  • Il fallait bien cette bonne nouvelle chez Gallimard, tandis que Casterman attend son nouveau patron pour la fin mars : Yan Lindingre et Vincent Solé prennent la direction artistique du label Fluide Glacial.
Fluide Glacial retrouve toute sa tête
Le dernier numéro de Fluide Glacial

"Habemus Patronam !" pourraient s’exclamer les amateurs d’Umour et de Bandessinée. Depuis janvier, en effet, Fluide Glacial a retrouvé de nouveaux patrons. Dans cette direction bicéphale, pas vraiment des inconnus pour les connaisseurs du mensuel fondé en 1975 par Gotlib, Alexis et Jacques Diament : il s’agit, côté Fluide, de Yan
Lindingre
et, côté albums, de Vincent Solé, le propre fils du dessinateur de Superdupont, qui conduira une collection qui, entre Les Bidochon et Pascal Brutal, est le portrait contemporain le plus fidèle du Français moyen.

Yan Lindingre

Lindingre, c’est l’impertinence du ton et la pertinence du propos. Dessinateur de presse, il publie successivement dans L’Écho des Savanes, Fluide Glacial, Spirou et Siné Hebdo. Il entre chez Fluide en 2003, mais c’est sous la direction de Thierry Tinlot qu’il accède au rang de vedette avec sa série Titine puis avec les beuveries de Chez Francisque dessinées par Manu Larcenet. On lui doit aussi Zumbies (avec Ju CDM). Il était aussi coauteur avec Denis Robert et le dessinateur Laurent Astier de L’Affaire des affaires sur l’affaire Clearstream. Nommé dans le comité de rédaction de Fluide en avril 2012 pendant l’intermède de Christophe Goffette, il en a pris la rédaction en chef à partir du 1er janvier 2013.

Vincent Solé

Vincent Solé est tombé dedans quand il était petit. Fils du dessinateur Jean Solé, il est aux manettes du "site ouèbe" de Fluide depuis 1995, auquel s’ajoute bientôt le blog @Fluidz.

L’un et l’autre connaissent donc bien Fluide et le caractère particulier de ce journal. Le fait que ce soient des auteurs pour ainsi dire venus du sérail qui en prennent les commandes sera sans doute bien reçu par l’équipe connue pour son caractère rugueux. Fluide se vend aux alentours de 60 000 exemplaires par mois et son fond de catalogue est constitué de près de 400 titres, parmi lesquels des best-sellers comme Les Bidochon de Binet ou Pascal Brutal de Riad Sattouf.

Sauront-ils s’adapter aux normes commerciales et managériales qui leur sont imposées ? On le suppose, ils sont chapeautés par un gestionnaire de choc : Thierry Capot, 39 ans, diplômé d’HEC qui a fait tout son parcours dans le contrôle de gestion du groupe Flammarion et qui devient président-directeur de la publication.

Ces mouvements constituent en tout cas la première restructuration significative d’une division de Flammarion-Casterman depuis le rachat de cette entité par le groupe Gallimard.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : Yan Lindingre - Photo de D. Pasamonik (L’Agence BD)

Ilustrations (c) Fluide Glacial

 
Participez à la discussion
18 Messages :
  • Fluide Glacial retrouve toute sa tête
    12 février 2013 10:28, par Sergio Salma

    Je crois qu’il y a erreur. C’est Vincent Solé qui occupera ce poste et non Julien , son frère. Ce dernier est auteur( excellent au demeurant) dans le journal.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 12 février 2013 à  10:31 :

      Bien sûr, j’avais même réussi à nommer Jean Solé dans le Chapo. C’est un complot familial ! ;)

      Répondre à ce message

    • Répondu le 12 février 2013 à  11:10 :

      Oui, c’est bien Vincent et non son frère. Yan, avec un seul N, n’a à ma connaissance jamais piloté les hors-série, il est par contre effectivement bien le scénariste des Zumbies, avec un U.

      Répondre à ce message

  • Fluide Glacial retrouve toute sa tête
    12 février 2013 11:37

    Sauront-ils s’adapter aux normes commerciales et managériales qui leur sont imposées ? On le suppose, ils sont chapeautés par un gestionnaire de choc : Thierry Capot, 39 ans, diplômé d’HEC qui a fait tout son parcours dans le contrôle de gestion du groupe Flammarion et qui devient président-directeur de la publication.

    Après on s’étonne que les commandes de la BD sont tenues pour une très grande majorité par des vendeurs de papier toilette.
    Des gens qui viennent d’HEC ! Ca ne choque personne ???
    Il ne faut pas venir se plaindre que le métier de dessinateur BD file droit dans le mur après ça.
    Ces gens là savent lire un graphique sur excel mais ne savent pas lire du graphisme.
    Et Gotlib bien mué sur ce que devient Fluide Glacial depuis quelques années, c’est pathétique.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Geraud le 12 février 2013 à  17:53 :

      Salut,

      Personnellement, non, ça ne me choque pas. Que l’on confie la gestion d’une entreprise (car c’en est une) à un type qui sort d’ HEC, ça me parait au contraire judicieux. Ce qui me choque, c’est réduire les compétences d’une telle personne à "vendeur de papier toilette". Et supposer qu’un gars qui sort de HEC ne connait rien à la BD, d’entrée de jeu. Et si j’ai bien compris, les rédac chefs seront Lindingre et Solé : des purs "auteurs BD"... Ce qui ne garantit pas outre mesure qu’ils seront de bons rédac chefs !

      Donc laissons-les bosser et montrer que ce qu’ils savent faire, avant de tirer dessus...

      Répondre à ce message

    • Répondu par Vincent Solé le 12 février 2013 à  21:55 :

      Il se trouve que Thierry Capot, outre son diplôme de HEC et ses responsabilités au sein de la maison Flammarion, est aussi un grand lecteur et collectionneur de BD. Nul n’est parfait.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 13 février 2013 à  00:42 :

        Juste une question.
        Est-ce que le talent est génétique dans la famille Solé ?
        Je me demandais quel talent il fallait avoir pour passer de webmaster d’un journal à redac chef ?

        Répondre à ce message

      • Répondu par eleph le 13 février 2013 à  13:31 :

        En fait, la question serait plutôt : "Quel est le métier d’un président-directeur de la publication ?". Parce qu’aimer la BD pour aligner les chiffres de compta d’un éditeur de BD, pourquoi pas...

        Mais certains doivent s’imaginer qu’il chapeautera aussi l’éditorial. Et c’est sûr que si c’est le cas, moi (qui suis aussi "un grand lecteur et collectionneur de BD"), je veux bien me dévouer pour qu’on me nomme PDG de Dargaud.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Mister Plouf le 13 février 2013 à  14:54 :

        C’est donc quelqu’un qui en a sous le capot ! O.K., je sors...

        Répondre à ce message

    • Répondu le 12 février 2013 à  23:52 :

      Gotlib a mué ? Il s’est changé en quoi ? à moins que vous vouliez dire "muet".

      Répondre à ce message

    • Répondu par OT le 13 février 2013 à  10:27 :

      Votre commentaire est pitoyable de préjugés et de ringardise.

      Ils sont nombreux, les HEC, ESSEC etc. qui *savent* lire du graphisme.
      Je ne les citerai pas, pour ne pas les faire rougir. Mais nombreux éditent et font découvrir des oeuvres formidables et primées.
      En quoi "des gens qui viennent d’HEC" dans la BD devrait "choquer" ?
      Vous êtes un crétin.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 13 février 2013 à  15:33 :

        Il y a quand même quelque chose de cocasse.
        Fluide Glacial défendait un peu une aventure hors des sentiers battues : esprit autonome presque libertaire, sans pub etc... Pour ceux qui ont suivit un temps le blog de Lindingre, celui-ci me semblait avoir la population d’HEC, proche des capitaux en horreur (Aujourd’hui le contenu de son blog est effacé...hasard ?).
        Et voilà qu’on encense un système étant aux antipodes de l’esprit d’origine !
        Retournement de veste, opportunisme, marché, chiffre d’affaire...C’est beau les convictions , chapeau les gars !

        Il n’y a plus que le psikopat qui soit encore dans les rails.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 14 février 2013 à  12:36 :

          ça n’est pas tout à fait exact. A la base, Fluide c’est Gotlib + Jacques Diament, qui était un gestionnaire pur. On oublie trop souvent de le citer, pourtant, Gotlib avait voulu un vrai gestionnaire après l’expérience calamiteuse en la matière de l’écho des savanes première version.

          Répondre à ce message

      • Répondu par Zombi le 13 février 2013 à  16:10 :

        S’il y avait des économistes ou des gestionnaires compétents en France (et HEC est censé le faire croire), ça se saurait. Donc il y a une idée qui se répand de plus en plus, y compris dans l’enceinte de cette fabrique de "managers" stéréotypés, que les diplômés d’HEC ne sont que des imbéciles.
        Ma propre expérience du monde économique est que les escrocs sont les personnes les plus douées sur le plan économique, et je la crois historiquement probable.

        Répondre à ce message

  • Fluide Glacial retrouve toute sa tête
    12 février 2013 12:06

    Première idée : refaire le supermarché Ferraille ! Vivement la suite ?

    Répondre à ce message

  • Fluide Glacial retrouve toute sa tête
    12 février 2013 12:11, par Mandrake le Magicien

    Pour voir la fine équipe en action à Angoulême cette année, avec une petite interview de Yan Lindingre, de Coyote, et même quelques pots de mayonnaise-maison, allez voir par ici :

    Fluide Gla-gla à Angoulême 2013

    Répondre à ce message

  • Fluide Glacial retrouve toute sa tête
    12 février 2013 14:58, par marcel

    Si le dernier numero en date de Fluide est symptomatique de ce qu’ils veulent en faire, je vais arreter de le lire...

    Répondre à ce message

    • Répondu par saskia le 14 février 2013 à  21:55 :

      mouais un peu d’accord, mitigée sur le numéro de janvier. L’article se veut optimiste, mais faudrait pas mettre la charrue avant les boeufs. ça percute moyen l’umour à la française en tous cas ça chahute pas fort et à peine si ça chatouille. Il serait bien temps de brûler les charentaises ou de se faire hara-kiri

      Répondre à ce message