Full Moon T1 - Par Takatoshi Shiozawa - Kaze

30 juin 2011 0
  • Après une histoire complète en deux parties plutôt moyenne et confuse, ce nouveau {shônen} fantastique se montre plus prometteur une fois sa trame réellement enclenchée.

Kei et Mei sont issues d’une grande famille d’exorcistes. Le problème est que Kei, la plus puissante des deux, est enfermée dans le monde des ténèbres suite à une malédiction. Et celle-ci ne peut revenir aider sa sœur que les nuits de pleine lune. Mei, qui avait préféré une autre voie que celle de l’exorcisme, a donc entrepris un périple pour lever cette malédiction.

De son côté, Sleep Gelotte est une apprentie exorciste d’un genre trouillarde. Pour occuper officiellement ses fonctions elle doit éliminer un démon. Plus précisément un "odin", une espèce dévorant les humains. C’est en allant accomplir sa mission que Sleep rencontre le mystérieux Orda, un odin qui cherche à détruire ses semblables et ceux qui se cachent derrière.

Takatoshi Shiozawa était assistant d’Atsushi Ohkubo sur son manga Soul Eater. Cela se sent autant dans l’ambiance fantastique de Full Moon que sur le design des personnages, même si, graphiquement, le trait se veut ici plus rond. Les idées scénaristiques ne sont pas particulièrement d’une grande originalité mais proposent tout de même quelque chose de relativement attrayant.

Full Moon démarre par cette histoire courte mettant en scène les sœurs Kei et Mei. Celle-ci pose les bases d’un univers assez sombre émaillé d’humour bon enfant. Malheureusement, sa construction et son écriture apparaissent plutôt bancales et manquant d’éclat.

Le véritable début se fait avec Sleep Gelotte d’une manière plus convaincante. Le duo qu’ils forment avec Orda, leurs objectifs communs et le background ont suffisamment d’envergure pour susciter un certain intérêt.

Reste à voir si la suite de cette série, conclue en 4 tomes au Japon, persiste dans la bonne voie.

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?