Generation Comics acquiert Sky High de Tsutomu Takahashi

22 novembre 2005 0
  • La place toujours plus importante des mangas dans le paysage éditorial français, l'âge croissant de ses lecteurs à mesure que de plus jeunes sont séduits, nous permet aujourd'hui de découvrir des auteurs jusqu'alors éclipsés par une production destinée avant tout aux adolescents. L'annonce de l'édition prochaine chez Generation Comics d'un nouveau titre de Tsutomu Takahashi procède de ce constat.

A l’aube de la quarantaine, Tsutomu Takahashi est un mangaka à la réputation bien établie au Japon. S’il s’était déjà fait une place dans l’industrie avec son long run de 19 volumes Jiraishin, thriller sombre et glauque initié après ses deux années d’assistanat auprès de Kaiji Kawaguchi (Zipang, et Seizon Life), un feuilleton à succès et deux films adaptant ses travaux l’ont définitivement installé comme auteur incontournable.

Generation Comics acquiert Sky High de Tsutomu Takahashi
Sky High le film (©2003, Tsutomu Takahashi / Shueisha /Toeï)

Du papier à l’écran

C’est surtout au réalisateur très « hype » Ryuhei Kitamura (Godzilla Final Wars, récemment sorti dans nos salles en toute discrétion) que Takahashi doit son rayonnement accru. Après le trip carcéral fantastique Alive tiré du manga du même nom et sorti en 2002, Kitamura a adapté Sky High sur grand écran l’année suivante, à la suite d’une série télévisée [1] à succès d’une dizaine d’épisodes dont il avait par ailleurs mis en boîte la conclusion. Mais ce n’est pas là la seule connexion qu’entretient Tsutomu Takahashi avec le monde du cinéma : en 2004 il a lâché son matériel de dessin pour empoigner la caméra et porter à l’écran, le grand, une histoire originale intitulée Ichigo Chips. Coréalisé avec Shun Nakahara, ce premier petit film sous forme de chronique romantique autour d’une dessinatrice de manga en bout de course, a fait l’objet d’une diffusion très discrète au Japon néanmoins accompagnée d’un accueil critique encourageant.

Alive (© Tsutomu Takahashi / Shueisha / Generation Comics)

En France, avec son thriller en forme de huis clos naval infernal Blue Heaven (trois volumes), Takahashi commence à être publié depuis peu dans le label Generation Comics de l’éditeur Panini. Début décembre, ce sera au tour du one-shot Alive de faire son apparition sur les linéaires. Une entrée en douceur pour l’éditeur qui introduit progressivement le mangaka dans le paysage français à travers deux titres certes intéressants, mais mineurs dans sa bibliographie. C’est en 2006 que Generation Comics devrait enfoncer le clou avec Jiraishin, attendu maintenant depuis pas mal de temps, et Sky High dont l’acquisition vient d’être officialisée sur le site français de l’éditeur. Si Jiraishin, en raison de son antériorité, demeure graphiquement le plus « faible » de ses travaux, sa parution qui s’est étalée sur presque dix années permet par ailleurs d’apprécier les progrès de Takahashi en la matière [2]. De ce point de vue Sky High, publié au Japon en volumes reliés en 2001, se montre plus épanoui.

Jiraishin (© Tsutomu Takahashi / Kodansha)

Jiraishin et Sky High

Oeuvrant dans des genres différents - polar pour Jiraishin et fantastique pour Sky High - les deux mangas adoptent une structure narrative proche qui peut se résumer à l’équation « un meurtre, un récit ». Ainsi Jiraishin propose un scénario fait d’une succession d’enquêtes criminelles (le personnage principal est un détective de police), mais qui n’en oublie pas pour autant de construire progressivement un récit global, procédé particulièrement adapté à une parution feuilletonesque dans les magazines de prépublication. De la même façon, Sky High se présente sous la forme d’un récit fantastique structuré comme une succession d’histoires plus ou moins courtes, nous plongeant dans autant de destins personnels marqués par la mort, avec comme personnage récurrent celle qui préside à tous les récits, la gardienne de La Porte du Destin qui accueille les âmes errantes.

Sky High (©2001, Tsutomu Takahashi / Shueisha - Generation Comics)

« Tu peux accepter la mort et aller au paradis en attendant de renaître, tu peux refuser la mort et errer dans le monde des vivants comme un fantôme, ou tu peux tuer quelqu’un en lançant une malédiction mais, par là-même, te condamner aux enfers ». Tout Sky High tient dans ce dialogue, revenant comme un leitmotiv systématique dans les histoires composant les deux volumes que compte le manga.

Sidooh ((© 2005, Tsutomu Takahashi / Shueisha)
Sky High New Chapter (© 2003, Tsutomu Takahashi / Shueisha)

Takahashi, à travers le prisme du fantastique et la notion de choix présente à toutes les sauces, met en lumière les travers, les frustrations, les regrets et les colères de ses personnages. Avec eux, ce sont aussi d’autres « dysfonctionnements » qui sont mis à jour et, derrière la dimension psychologique des actes de chacun, se dessine parfois une toile de fond à la saveur plus sociale. Le dessin justement, indéniablement la grande force du mangaka qui possède un style propre et affirmé, déploie un trait élégant et expressif ainsi qu’une mise en page soignée. Takahashi a par ailleurs fait deux nouvelles incursions dans son univers, avec les deux volumes de Sky High Karma (2003) et les quatre autres de Sky High New Chapter (2003) dont on peut raisonnablement supposer qu’ils arriveront un jour chez le même éditeur francophone.

Une oeuvre diversifiée

Avant tout associée à des mangas sombres où violence, mystère ainsi qu’une touche d’érotisme ont souvent la part belle, l’œuvre de Tsutomu Takahashi ne se cantonne pourtant pas uniquement à ces marques distinctives, variant tant dans les genres que dans les styles graphiques adoptés : histoires de samouraïs avec sa série actuelle Sidooh (2005), histoires de loubards avec une autre série en cours Bakuon Rettuo (2003), ou encore le passionnant manga de sport féministe post-Seconde Guerre mondiale en 9 volumes, Tetsuwan Girl (2000). Autant de titres qui mériteraient également une édition en France.

Tetsuwan Girl (© 2000, Tsutomu Takahashi / Kodansha)
Tetsuwan Girl, couvertures de l’édition italienne (© 2000, Tsutomu Takahashi / Kodansha / Star Comics)

(par Anton Guzman)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Sans doutes pas aussi systématiques que les adaptations en dessins animés, les adaptations de mangas en séries TV live sont néanmoins nombreuses au Japon, précédent souvent d’éventuelles versions grand écran.

[2Il est à noter que pendant deux années Takahashi a eu Tsutomu Nihei, futur auteur de Blame, comme assistant sur Jiraishin.

  Un commentaire ?