Guillaume Dorison : "J’ai décidé d’offrir au public l’offre la plus large possible"

  • Le directeur de la collection de "mangas européens" des Humanoïdes Associés, {Shogun}, lance son magazine de prépublication du même nom le 29 septembre en kiosque

Qu’est-ce qui vous a amené à lancer Shogun chez les Humanos ?

Je travaille depuis des années avec des auteurs de BD qui ont toujours eu envie de dessiner en noir et blanc dans un style manga. Après des tentatives infructueuses de percer chez les éditeurs classiques, qui préféraient logiquement traduire des mangas plutôt qu’en créer, j’avais finalement décidé de monter un projet moi-même pour parvenir à notre objectif. J’ai alors créé le projet Shogun, que j’ai présenté à plusieurs éditeurs. La proposition des Humanoïdes Associés pour le développer était la plus pertinente, dans la mesure où elle intégrait aussi bien les albums que le magazine de prépublication, auquel je tenais beaucoup. De plus, les Humanos n’avaient pas de réelles collections manga, ce qui rendait encore plus logique notre collaboration. Aujourd’hui, je suis donc directeur de la collection Shogun chez les Humanoïdes Associés et tout se passe très bien !

Toutes les séries publiées dans le magazine feront-elles l’objet d’une sortie en albums ?

Pour l’instant oui : toutes les séries de la première saison sont prévues en album. Si tout se passe comme prévu, nous pensons cependant passer à long terme à la méthode japonaise, qui consiste à ne publier en relié que les séries à succès du magazine...

Le site Shogun City est-il l’embryon d’une communauté ?

C’est l’objectif : nous voulons que le site Internet soit avant tout une communauté, pas seulement dédiée au magazine mais aussi à tous ceux qui désirent s’investir dans la création autour du manga.

Comment avez-vous trouvé et sélectionné les séries ?

J’avais plusieurs choix éditoriaux pour la première saison de Shogun. Soit je ne faisais que du Shounen action type DBZ ou Naruto, soit que de la SF, soit du Seinen, etc. Au final, j’ai décidé d’offrir au public l’offre la plus large possible. J’ai donc cherché des scénarios et des styles graphiques très différents, dans le but de faire découvrir à tous les lecteurs des genres auxquels ils ne sont pas forcément habitués. Qualité et diversité étaient donc les premiers critères de sélection, après il y a toujours cette alchimie mystérieuse entre le scénario et dessin qui peut plaire ou non... C’est une question de goût. Quoiqu’il en soit, les œuvres étant toutes très différentes, il est peu probable que personne n’aime au moins une série !

(par Arnaud Claes (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Guillaume Dorison développe également les aspects de direction d’écriture de son travail sur 1001scenaristes.com

Photo : A. Claes