Happy ! - Par Grant Morrison & Darick Robertson (trad. Nick Meylaender) - Delcourt

26 octobre 2013 0 commentaire
  • Un one-shot sanglant et truffé de dialogues orduriers : du comics hard-boiled teinté de roman noir, avec au scénario un Morrison qui récite ses gammes.

Nick Sax voit tout en noir : sa vie, sa ville, son boulot de tueur, après des années comme flic respecté, puis corrompu. Un contrat qui tourne mal l’envoie à l’hôpital, et c’est la fuite en avant : la mafia aux trousses, les ex-collègues juste derrière, et un tueur d’enfants qui sème la terreur. Et son costume de père Noël, qui va bien avec la saison froide qui gèle les rues ajoute à l’atroce farce morbide dans laquelle baigne un Sax au bout du rouleau. Jusqu’au moment ou un petit cheval volant tout bleu se présente : il est seul à le voir, et cette apparition propose de règler presque tous ses problèmes...

Premier one shot du duo Morrison/Robertson publié chez Image comics, Happy ! propose un canevas bien connu : le désespéré qui reprend espoir. On pourrait aussi résumer l’intrigue par une alternance de scènes macabres et de dialogues débordants de p...tain, d’en...lés et autres traits de poésie antique. Un rien lassant, d’autant que ces propos reviennent dans toutes les situations, et face à tous les interlocuteurs de notre ex-flic au bord du gouffre. Avec les épisodes très sanglants, deux bonnes raisons d’avertir les lecteurs : Happy ! se destine à un public averti. Et qui a le cœur bien accroché.

Reste la bonne idée : ce "happy", sorte de lutin chevalin qui donne à la fois un peu de fantaisie et une dose d’humanité à un récit souvent embourbé dans les clichés du polar crépusculaire. D’autant que le traitement graphique de Robertson offre des pages très réussies, parfaitement mises en scène dans leur cadre noir. Les deux coloristes, Richard P. Clark et Tony Avina sont également pour beaucoup dans le résultat. Happy ! - Par Grant Morrison & Darick Robertson (trad. Nick Meylaender) - Delcourt

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?