In God We Trust - Par Winshluss - Les Requins Marteaux

6 décembre 2013 8 commentaires
  • Winshluss nous offre une relecture de la Bible. De Adam et Ève jouant au badminton à un inénarrable duel entre Superman et Dieu, tout y passe! Délirant et récréatif, on en redemande.

In God We Trust - Par Winshluss - Les Requins Marteaux
Le hobby de Adam et Eve au Jardin d’Eden
Winshluss - Les Requins Marteaux ©


Cinq ans après le magnifique Pinocchio, Winshluss revient avec l’hilarant In God We Trust. C’est donc à la Bible qu’il s’attaque après avoir revu et corrigé le chef-d’œuvre de Carlo Collodi. Guidé dans les méandres de l’Ancien et du Nouveau Testament par un certain saint Franky (tiens donc...), le lecteur révise les mythes fondateurs du livre saint. Mais la recette de l’auteur de Monsieur Ferraille contient plus d’alcool et de baston que tout autre ingrédient.

Absurde et provocateur, cette relecture bienvenue des personnages bibliques : un Dieu séducteur timide et alcoolique blasé, Jésus en looser dépressif, et autre Pierre physionomiste du Paradis, met en avant une humanité violente et criarde. Piochant dans les moments les plus illustres, c’est un véritable déluge qui nous est raconté, inspiré et graphique.

L’Arche de Noé ou l’extinction des dinosaures selon Winshluss.
Winshluss - Les Requins Marteaux ©

On retrouve dans ce délire punk et providentiel tout le talent de Winshluss. Encore une fois, il navigue avec facilité dans les diverses pratiques graphiques : gravures, pastels, aquarelles, épures ou parodies d’affiches publicitaires. Sans oublier le comics et ce duel fracassant entre Dieu et Superman.

Ces usages graphiques ne sont jamais gratuits. Loin d’être un singe savant, il convertit sa palette graphique et son sens du détail pour coller au rythme narratif d’un récit éclaté qui explose les bornes de l’histoire biblique. Les affres subis par une humanité inepte et inconséquente et les actes d’une puissance divine apathique et blasée sont l’occasion de réaffirmer une vision iconoclaste jouissive.

Déjà lauréat du prix du meilleur album à Angoulême avec Pinocchio en 2009, il est de nouveau nommé cette année pour cet album.

Mystifiant, il nous reste à célébrer ce nouvel apôtre de l’athéisme. Bénie à la bière, voici une Bible qu’on veut lire et relire.

Judgement Day
Winshluss - Les Requins Marteaux ©

(par Vincent GAUTHIER)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • In God We Trust - Par Winshluss - Les Requins Marteaux
    6 décembre 2013 11:50, par Phil C

    OK, sur la forme c’est une nouvelle fois brillant. Mais sur le fond cela laisse quelques regrets.

    1. Les scènes de la bible évoquées sont ultra connues, du coup cela fait un peu "la bible pour les nuls" et c’est à des années lumière du "Meilleur de la Bible" d’Ibn Al Rabin qui allie un regard décalé à un minimum d’érudition.

    2. La pédophilie des curés, l’assimilation du péché originel à l’acte sexuel, le regard goguenard sur l’annonciation, c’est quand même vraiment déjà vu et servi ; ça n’est pas hyper novateur et subversif.

    Bref, après le génial "Pinocchio" on attendait plus de Winshluss.

    Restent les pépites habituelles comme les fausses pubs par exemple et le brio graphique de l’auteur qui sont la madeleine de Proust qui suscite invariablement le plaisir de sa lecture.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 6 décembre 2013 à  22:47 :

      VOUS attendiez plus de Winshluss... Il n’a jamais rien fait d’autres que des potacheries sympathiques, y compris dans Pinocchio. C’est pas mauvais pour autant et ça peut distraire, mais y chercher un quelconque propos relève du malentendu.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Phil C le 7 décembre 2013 à  15:19 :

        Vous n’avez sans doute pas tout à fait tort. Cependant, Pinocchio faisait l’effort d’une relecture plus complète de l’oeuvre (ou de son adaptation Disneyenne), ce qu’on ne trouve guère cette fois-ci. C’est un peu plus ... fainéant.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Olav le 8 décembre 2013 à  03:09 :

          Winshluss n’a jamais sorti une œuvre ex-nihilo, il a toujours fait dans la moquerie, la parodie, il ne s’est jamais éloigné de l’esprit fanzineux, ni dans ses scénarios ni dans son dessin. On ne peut pas lui reprocher aujourd’hui de faire encore la même chose parce qu’il a eu un prix à Angoulême et qu’on attend de lui quelque chose d’un peu plus intéressant. Il faut prendre un auteur pour ce qu’il est, pas ce qu’on voudrait qu’il soit.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Phil C le 8 décembre 2013 à  14:54 :

            Oui, mais quand on s’attaque à la bible, c’est mieux d’être un poil au dessus du niveau basique.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Raymond le 9 décembre 2013 à  22:40 :

              En même temps, la Bible c’est très mal écrit et pas crédible un instant.

              Répondre à ce message