Iznogoud : Silence, on tourne !

2 avril 2004 0
  • On l'apprend en lisant [le dernier BoDoï->http://www.actuabd.com/article.php3?id_article=1345] : le tournage du film a commencé le 22 mars dernier. Mis en scène par Patrick Braoudé, il réalise un rêve que Goscinny n'avait pu concrétiser de son vivant.

Dans les années 70, Goscinny était en pleine activité cinématographique. Associé à Dargaud, il avait créé avec son complice Uderzo les studios Idéfix qui ont réalisé des longs métrages de dessins animés de Lucky Luke et d’Astérix, créant au passage la première tentative européenne de studio « à la Disney ».

De Funès avait refusé.

Mais le « live action » tentait également notre scénariste. Rappelons qu’il avait déjà travaillé comme co-scénariste des films live de Tintin. En ce qui concerne Iznogoud, son idée était de confier le rôle-titre à Louis de Funès. Cela n’a pas pu se concrétiser, l’acteur ayant décliné.
Trente ans plus tard, Braoudé reprend le flambeau. Pressenti pour réaliser Blake & Mortimer il y a sept ou huit ans, il avait refusé, préférant acheter les droits d’ Iznougoud pour trois films, considérant que la difficulté des négociations pour obtenir les droits rendait nécessaire la possibilité de prolonger la saga en cas de succès.

Michaël Youn en Grand Vizir.

Il a d’abord pensé à José Garcia pour interpréter le Grand Vizir. Mais le bouillant comique calnalplusien était trop charrette sur d’autres productions. C’est un autre ludion cathodique qui s’est imposé en la personne de Michaël Youn, tandis que Jacques Villeret incarnera le Calife. Le générique s’enrichit de la présence de Franck Dubosc (le chambellan), Rufus et Kad & Olivier.
Cette production s’est évidemment faite avec la complicité des ayant-droits, notamment Tabary qui aurait préféré Richard Berry dans le rôle d’Iznogoud (BoDoï révèle que dans son prochain album, il arrive finalement à devenir « calife à la place du calife. ») Cela dit, comme les BD de Goscinny étaient réduites à de courts épisodes, Braoudé a rajouté quelques personnages savoureux : une jeune femme délurée au nom de « Prethi-Ouhman », un mage nommé « Kithussé », et un militaire nommé le « Général Bohl ». Les scénaristes ont dû s’amuser.

Titeuf ?

Le film démarre son tournage pour une durée de 14 semaines au Maroc et pour un budget de 18 millions d’euros, avec une sortie en salle prévue en 2005. Braoudé ne semble pas décrocher de la BD car, déclare-t-il à BoDoï, il serait ravi d’adapter Titeuf. Zep, si tu nous entends (lis) ...

Illustration : Iznogoud - Dessin de Jean Tabary

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?