Newsletter ActuaBD

Iznogoud, toujours dans l’actualité

  • Alors que sort ces jours-ci chez IMAV la dernière intégrale des aventures d'Iznogoud, avec une passionnante introduction critique, on ne peut, en relisant ces pages, qu'apprécier la préscience de deux auteurs qui ont tout compris de la politique, tellement tragique qu'elle prête à rire ! Il est vrai que les élections présidentielles de 2017 s'annoncent de plus en plus comme la confrontation d'Iznogoud et d'Haroun el Poussah.

Il faut dire que le casting est incroyablement raccord : il y a le petit, bilieux et colérique, aux yeux noirs perçants et meurtriers, qui intrigue de longue main pour prendre la place du paisible capitaine de pédalo, un aimable Flamby, un peu replet et toujours optimiste. Ce sont des caricatures, bien sûr, donc injustes. Mais quand même, avouez, ce grand vizir "très méchant" qui n’a pour but que de devenir "Calife à la place du Calife" face à un monarque "qui ne fait rien et qui le fait bien", comme l’écrivait René Goscinny, "coulant des jours heureux et somnolents dans la douce quiétude de sa souveraineté" ont des accents d’une étonnante vérité. C’est pourquoi le grand vizir, qui avait déjà voulu être chef de l’État lors de la dernière joute présidentielle, garde toute son actualité.

Et de la même façon que ces mêmes hommes politiques adorent envahir les librairies de leurs écrits, mémoires, programmes et autres verbatim, le Grand Vizir revient régulièrement avec le récit de ses exploits passés. C’est le quatrième volume de ses œuvres complètes, cette fois uniquement signées Jean Tabary, René Goscinny ayant disparu en novembre 1977 (Jean Tabary, quant à lui, nous a quittés voici exactement cinq ans, en août 2011).

Iznogoud, toujours dans l'actualité
La première page de l’une des six histoires du recueil. Iznogoud, toujours au top.
© IMAV, Tabary et Goscinny.

Tabary est moins enclin au jeu de mots que Goscinny et davantage dans le profusion de détails, mais sur le "pitch" initial du créateur d’Astérix, il a su développer un petit théâtre bon enfant qui n’ennuie jamais et d’où sortent quelquefois de jolies trouvailles comme ces "babouches galopantes" ou ces aller-retour dans le temps qui mènent notre calife comploteur de l’âge de la pierre au XXe siècle.

En introduction de cette ultime intégrale, on apprend pourquoi Jen Tabary est né en Suède et la profession de son père : violoniste.
© IMAV, Tabary et Goscinny.

Il faut ajouter que cette édition s’enrichit d’un fort dossier de 77 pages (!!!) truffé d’informations sur la carrière de Jean Tabary, puisées à des sources de première main (les archives Goscinny, sa famille...) et qui corrigent quelquefois les erreurs que l’on peut lire ça et là sur la toile.

Un incontournable de la rentrée !

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Iznogoud, toujours dans l’actualité
    26 août 2016 21:07, par Zot !

    J’aime bien votre humour quand vous écrivez :"Il est vrai que les élections présidentielles de 2017 s’annoncent de plus en plus comme la confrontation d’Iznogoud et d’Haroun el Poussah.", mais vous oubliez la possibilité de la présence de Pencassine au second tour...

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD