Albums

60e anniversaire d’Iznogoud : un album en cadeau !

Par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 11 novembre 2022                      Lien  
C’est un moment-charnière dans la série : dans le précédent album, « Moi, président », Nicolas Tabary passait le relais du dessin à Elric. Nous l’avions trouvé plutôt réussi, le jeune dessinateur reprenant avec humilité le dessin « grimaçant » de Jean Tabary. Au scénario, Olivier Andrieu déjà, goscinnologue patenté, et Jul qui avait précédemment mis ses pas, avec plus ou moins de réussite, dans ceux de René Goscinny en scénarisant « Lucky Luke ». Dans ce nouvel album, Elric comme Olivier Andrieu sont seuls aux manettes. Si le dessin ne pose pas de problème, le scénario en revanche souffre du fait que, comment dire ?, les calembours ne sont pas suffisamment atroces.

« Cette série est née d’une façon spéciale : elle est assez curieusement issue du "Petit Nicolas" que je faisais avec Sempé, racontait René Goscinny à Numa Sadoul et Jacques Glénat pour les Cahiers de la bande dessinée. J’avais écrit une histoire où Nicolas était en vacances dans une colonie, avec un monsieur très gentil qui racontait des histoires aux enfants. Et il leur avait raconté l’histoire d’un méchant grand vizir qui voulait toujours devenir calife à la place du calife […] Et lorsque Record est paru, et qu’on nous a demandé une série, à Tabary et à moi, j’ai pensé faire une parodie des "Mille et une Nuits", en prenant toujours le thème du calife qui veut être à la place du calife et qui n’y arrive pas.. L’amusant, là aussi, est qu’il faut chaque fois trouver le truc pour qu’il n’y arrive pas et renouveler l’opération à chaque histoire. Et puis j’ai décidé que là, je m’abandonnerais à mon péché mignon : trouver les calembours les plus atroces, j’adore ça ! »

60e anniversaire d'Iznogoud : un album en cadeau !

Ce « péché mignon » n’est pas si facile que cela à assumer, car tout le monde n’est pas un orfèvre de la langue comme René Goscinny, d’autant que le calembour n’est jamais aussi atroce que quand il est improbable. C’est sans doute là que ça pêche dans ce dernier album : un joueur de boules du nom de Marius voit arriver une ravissante du nom de Fâhanny, une escroc des finances jargonne à qui mieux mieux des termes financiers abscons pour finir s’avérer « manquer de franchise » et « ne pas épargner » le calife malchanceux… Comme dirait notre escroc, c’est un humour à faible rendement.

Certes, la critique est aisée et l’art est difficile, mais Goscinny avait bien expliqué sa méthode : il inventait d’abord le gag et/ou le jeu de mots, et construisait son histoire autour en essayant de caractériser le personnage qui portait le trait. La faiblesse est qu’ici, l’histoire est littéralement décorée de jeux de mots un peu laborieux. On cherche en vain le sourire.

On aura encore sans doute à la suite de cet article l’éternel commentaire du genre « c’était mieux avant » sur le mode « un auteur mort est mieux qu’un auteur vivant » filant sur la malfaisance du marketing de ces éditeurs avides de pognon. Nous nous contenterons modestement de dire : « peut mieux faire » et d’espérer que la reprise s’améliore avec le temps, car nous pensons que l’être humain est perfectible. Car il faut en être conscient : succéder à René Goscinny, surtout au 60e anniversaire, ce n’est pas un cadeau.

Quelquefois, le calembour est réussi.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782365901680

Des Bougies pour Iznogoud – Par Olivier Andrieu, avec la collaboration d’Anne Goscinny et Elric – Imav Editions

Iznogoud ✍ Olivier Andrieu 🎨 Bruno Tatti tout public Humour France 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
1 Message :
PAR Didier Pasamonik (L’Agence BD)  
A LIRE AUSSI  
Albums  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD