Jean-Christophe Chauzy ("Le Reste du Monde") : « Face à la beauté des paysages, nous les humains, nous ne sommes rien ? »

14 février 2019 0 commentaire
  • Dans "Le Reste du Monde", Jean-Christophe Chauzy nous propose un feuilleton post-apocalyptique au cours duquel une famille tente de survivre. Nous faisons le point avec l'auteur à l'occasion de sa présence ce weekend à la Foire du Livre de Bruxelles.
Jean-Christophe Chauzy ("Le Reste du Monde") : « Face à la beauté des paysages, nous les humains, nous ne sommes rien ? »
Le reste du Monde T.3 - Les Frontières
Jean-Christophe Chauzy © Casterman

Le troisième épisode de votre série Le Reste du Monde se partage en deux parties : le parcours des deux fils de Marie, jusqu’à l’attaque de leur refuge par des pillards, et une seconde partie où nous suivons leur père qui s’est mis à leur recherche...

Jean-Christophe Chauzy : Il s’est écoulé trois ans entre la fin du T. 2 et l’histoire du T. 3, c’est à peu près le temps qu’il m’a fallu pour réaliser ce troisième épisode car j’ai entre-temps réalisé un autre bouquin. Je voulais aussi laisser le temps pour que la situation se décante suite au cliffhanger à la fin du T. 2, et laisser aux fils de Marie, Jules et Hugo, le temps de grandir et d’apprendre à se débrouiller sans leur mère... Hugo est encore hanté par cette séparation mais, pour Jules, c’est leur autonomie qui prime. Et puis, il n’est pas insensible au charme de Rachel, la cheffe de leur communauté. L’amour adolescent est un thème que je voulais aborder dans cet album mais je sais que je n’aurais pas pu le faire si mes personnages avaient le même âge que dans le second volume.

Comment est née cette série ?

Il faut remonter à l’époque de l’entrée en fonction de Benoît Mouchart à la tête de Casterman. À l’époque, celui-ci m’avait gentiment encouragé à proposer un projet vraiment personnel car j’avais surtout l’habitude de travailler avec des auteurs de polar. J’en ai fait pas mal et je commençais à m’épuiser un peu sur le sujet, comme si j’en avais fait le tour. Donc, j’ai eu tout un été pour réfléchir à la proposition de Benoît Mouchart et l’idée m’est venue lorsque j’étais à la montagne dans les Pyrénées où j’ai pu connecter ça avec le bouquin de Cormac McCarthy, La Route.

La Route, un roman qui avait été adapté au cinéma il y a une dizaine d’années avec l’acteur Viggo Mortensen au casting.

Exactement ! Le film n’était pas top mais le bouquin m’avait bouleversé au point qu’il m’a inspiré mon propre scénario. Comprenons-nous bien, Le Reste du Monde n’est pas une adaptation en BD de La Route, car je considère que l’on n’adapte pas un chef d’œuvre de ce niveau-là. Et puis, je n’avais pas envie de dépayser mon boulot car c’est quelque chose qui me met mal à l’aise. Mais je me suis demandé comment mettre en scène mon idée à partir des choses que je connais ? Puis, je me suis rapidement rendu compte que mon “Far West à moi”, je l’avais là sous mes yeux, dans les Pyrénées. C’était à moi d’utiliser ce décors pour mettre dans l’embarras mes personnages, autant que l’étaient le père et le fils dans La Route. La montagne offre des décors très beaux mais on se rend aussi rapidement compte que cet environnement peut vous écrabouiller. Il suffit d’une catastrophe, une avalanche par exemple, pour se rendre compte que ce superbe décor peut aussi être une menace.

Avec mes personnages, je me suis mis dans la posture d’un scientifique qui fait des expériences avec des rats de laboratoire, mais en me mettant à leur place : comment me protéger du froid ; il n’y a plus de bouffe : comment est-ce que je me débrouille pour en trouver, etc.

Vous laissez précisément beaucoup de place aux décors dans votre série. Vous proposez une pagination dense pour chaque livre mais dans le même temps, vous avez composé de grandes cases qui nous font rendre compte de l’immensité de la catastrophe et surtout, à quel point vos personnages sont seuls au monde. Comment vous est venue cette idée de mise en scène ?

Elle s’est imposée à moi toute seule. Comme je vous l’ai dit tout à l’heure, mon éditeur m’avait dit : “vas-y” ! J’avais carte blanche. D’habitude, je compose des cases avec des plans serrés et des plans américains. Et puis, mes personnages évoluent dans des décors. Or, dans Le Reste du Monde, ce ne sont plus des décors, ce sont des paysages ! Je sentais qu’il fallait y aller à fond. Les paysages vont être très fortement secoués et l’idée était d’arriver à introduire une distorsion d’échelle entre cet environnement hostile et les personnages qui essayent de se débrouiller tels des fourmis et d’autres personnages qui voient arriver leur disgrâce.

Autre avantage de cette nouvelle composition de planches, c’est que j’introduis une temporalité différente. J’ai quelques pages en gaufrier, à dix cases ou à douze cases, qui permettent une prise de distance et l’introduction d’une plus grande temporalité afin de montrer que mes personnages ont perdu leur mobilité. Dans le premier tome, les personnages avaient des voitures mais là, ils n’en n’ont plus. Les seuls à être encore motorisés ce sont les pillards ou les milices. Ils ont des armes et des véhicules, mes héros n’en n’ont pas, ils sont à pied. Donc lorsque je montre une page avec un gaufrier de douze cases, j’indique aux lecteurs que les personnages devront traverser tout cet espace pour arriver à leur destination. On prend alors conscience de tout l’espace à parcourir. Le paysage est beau mais en même temps, nous les humains, nous ne sommes rien.

Combien de tomes avez-vous prévu pour Le Reste du Monde ?

Je n’ai rien prévu du tout. À la base, j’ai même pensé ne faire qu’un one shot mais mes éditeurs m’ont encouragé car ils aimaient bien mon projet. Je ne ferai pas une série aussi longue que Les Tuniques bleues mais je me laisse de la marge pour aller au bout de mon récit. Tout ce que je peux dire c’est que le quatrième album est en chantier. Il y aura probablement cinq albums, ou peut-être même six.

Dans ce troisième album, on découvre que l’armée marocaine empêche les gens de gagner le Sud. Nous ne savons pas exactement où ils sont mais visiblement, le Maroc a annexé l’Espagne dans votre série.

Oui, ils protègent leur territoire. Ils se découvrent une nouvelle frontière qui est la chaîne pyrénéenne, d’où le titre, pour se protéger.

Évidemment, cela fait échos à l’actualité liée aux migrants...

Oui, mais ce n’est pas une chose à laquelle je pensais dans le premier tome. C’est pour cela que je considère que mes albums naissent par rebonds : mes personnages étaient d’abord coincés dans une vallée, puis ils ont essayé de rejoindre la mer mais ils n’y trouveront pas du tout ce qu’ils espéraient, enfin ils se disent que rejoindre l’Espagne serait une bonne idée car ce pays abrite moins de centrales nucléaires. Sauf qu’une fois arrivée à destination, ils se rendent compte encore une fois que les choses sont moins simples que prévu... Cette fois-ci, ce sont les Arabes qui ferment leurs frontières. Les migrants, c’est nous et nous nous retrouvons face à des voisins qui ne veulent pas de nous chez eux. Quelle ironie !

Avez-vous d’autres projets BD en parallèle à cette série ?

Non, je me suis totalement investi dans cette série pour le moment. J’ai fait un autre projet entre les T. 2 et T. 3 et c’était très difficile. Je suis ravi de l’avoir fait mais je ne souhaite plus renouveler l’expérience. Ce qui est curieux, c’est que depuis que j’ai commencé Le Reste du Monde, j’ai reçu des tas de propositions ! Mais je ne peux pas me disperser car j’ai envie de mener à bien mon histoire.

Le reste du Monde T.3 - Les Frontières
Jean-Christophe Chauzy © Casterman

Voir en ligne : Découvrez la série "Le Reste du Monde" sur le site des éditions Casterman

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Agenda :

Jean-Christophe Chauzy sera présent en dédicace sur le stand 311 des éditions Casterman, lors de la Foire du Livre le vendredi 15 février de 14h à 16h puis de 18h à 21h, ainsi que le samedi 16 février de 14h à 16h.

La Foire du Livre 2019
du jeudi 14 au dimanche 17 février 2019
Tour & Taxis - Avenue du Port, 86C à 1000 Bruxelles

Vous pourrez ensuite le retrouver le mois prochain, à l’occasion du festival Aubenas BD, du vendredi 22 mars au dimanche 24 mars.

- Commander Le reste du Monde T.3 sur Amazon ou à la FNAC

- Commander Le reste du Monde T.2 sur Amazon ou à la FNAC

- Commander Le reste du Monde T.1 sur Amazon ou à la FNAC

Jean-Christophe Chauzy sera présent ce weekend à la Foire du Livre de Bruxelles
  Un commentaire ?