Jung et l’émotion du Phoenix

31 octobre 2015 0 commentaire
  • L'auteur de "Couleur de peau : Miel" propose un périple de trois cents pages, qui prolonge et transcende sa précédente trilogie. Joie, chagrin, tristesse et renaissance : un fabuleux chemin de vie !

Deux ans après le troisième et dernier tome de Couleur de peau : Miel, une aventure éditoriale qui avait été ponctué d’une adaptation sur grand écran, Jung nous revient avec un gros one-shot de trois cents planches !

On retrouve d’ailleurs dans Le Voyage de Phoenix des thématiques fortes qui jalonnent son travail : l’adoption, le déracinement, la famille, etc. Mais cet album profite également du retour en Corée que Jung a effectué pour la première fois lors de la réalisation de son film : la séparation entre le nord et le sud, les difficiles conditions de vie au Nord, l’endoctrinement, les mères-célibataires qui abandonnent leurs enfants, etc.

Jung et l'émotion du Phoenix
Le Voyage de Phoenix - Par Jung - Quadrants

Le fil rouge de son récit est donc le Phoenix, l’oiseau légendaire qui symbolise le cycle de morts et de résurrections. En filigrane, Jung parle surtout de la résilience, qu’il définit comme l’aptitude individuelle à faire face aux épreuves majeures de la vie. Et par-delà, le fait que pouvoir traverser une épreuve qu’on pensait insurmontable et qui entraîne une renaissance, d’où le lien avec le Phoenix.

Jung suit différents personnages qui s’entrecroisent : Jennifer est la fille d’un soldat américain passé en Corée du Nord. Cette fille d’un père absent, communiste et traître, est rejetée par l’Amérique, et elle revient à Séoul pour se consacrer à un orphelinat. C’est d’ailleurs là qu’Aron adopte un petit garçon Kim et s’attache tant à lui qu’il délaisse sa propre fille.

Trois pages tirées du "Voyage de Phoenix" - Par Jung - Quadrants

Mais lorsque ce jeune Coréen devenu son fils tombe gravement malade, il sombre dans la dépression. Sans oublier Doug, le meilleur ami d’Aron, le militaire et orphelin qui a poussé Aron à adopter. Et il se sent responsable de la tragédie qui s’annonce. De l’autre côté de la Terre, un jeune Coréen du Nord veut s’échapper du camp où il est enfermé depuis dix-sept ans, pour trouver l’amour et la joie de vivre…

Le Voyage de Phoenix - Par Jung - Quadrants

Dans ce vaste tableau, Jung parvient à trouver les mots justes pour dépeindre chaque sentiment, chaque élan, parfois accompagnés de moments de chagrin. Ces séquences les plus émouvantes sont certainement celles qui mettent en scène le jeune Kim, ce garçon adopté par un couple d’Américains. Puisant dans sa propre expérience de jeune adopté parfois turbulent, Jung réédite (voire transcende) l’exploit de Couleur de peau : Miel pour toucher le lecteur au plus profond de lui-même. Certaines planches des plus réussies ne sont d’ailleurs pas sans rappeler sa précédente trilogie.

Couleur de Peau : miel – T2 – Par Jung - Quadrants
Le Voyage de Phoenix - Par Jung - Quadrants

On retrouve également de très belles émotions dans le destin de Jennifer, déracinée elle aussi, et qui voue sa vie à recomposer des familles. Le portrait est aussi simple que juste, et la scène finale de son périple personnel reste un moment de dilemme particulièrement bien réalisé. Que dire de la tragédie vécue par son père ? Une séquence où Jung suscite une autre émotion très intense, sans tomber dans le sensationnel.

Troisième point d’orgue, le périple du jeune Coréen du Nord, qui permet de dresser le tableau d’une cruelle vérité, et qui demeure malheureusement encore authentique. Moins ignoble que Lunes Birmanes, ce voyage de dix milles kilomètres vers un point final si proche de son atroce point de départ est une véritable leçon de vie et d’actualité.

Le Voyage de Phoenix - Par Jung - Quadrants

À la hauteur de son personnage Aron qui place toute son énergie dans son livre, on ressent que Jung s’est dépensé sans compter pour ce récit si humain. Ses personnages principaux sont très attachants et ses dessins sont magnifiques, tout simplement.

Le point faible du Voyage de Phoenix réside pourtant dans les transitions entre les séquences d’une si rare émotion, qui ne parviennent à tenir le niveau atteint juste à l’instant avant. C’est le revers de la médaille.

En dehors de ce chapitrage qui aurait pu être un peu plus affiné et d’un fil rouge qui méritait d’être un peu plus travaillé, cet album de Jung n’en demeure pas moins une merveilleuse leçon de vie, passant successivement de grands bonheurs à de profondes tristesses. Émotion garantie !

Trois pages tirées du "Voyage de Phoenix" - Par Jung - Quadrants

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le Voyage de Phoenix - Par Jung - Quadrants

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

A propos de Jung, lire :
-  L’aventure cinématographique de "Couleur de Peau : Miel"
-  Jung adopte le roman graphique pour Couleur de peau : Miel, ainsi que la chronique du second tome
-  L’interview de Jung, co-réalisateur et dessinateur du film Approved for Adoption : « Je veux faire la paix avec l’enfant que j’étais. »

  Un commentaire ?