L’Empreinte du mal, 2 tomes - Par Aya Kanno - Delcourt

5 janvier 2010 0
  • Un jeune garçon à la force surhumaine et à l'apparence inaltérable sème le trouble dans le pays d'Amata. Le trait sublime d'Aya Kanno est ici au service d'un polar d'anticipation rondement mené.

Fraude, vol, attentat, meurtre... rien n’arrête Zen. Sa devise : "je fais ce qui me plait, quand ça me plait" et si quoi que se soit se met en travers se sa route, il n’hésite pas à l’éliminer. C’est l’homme le plus recherché de tout le pays de l’Amata, mais sa force surhumaine et son incroyable dextérité en font une proie insaisissable.

Zen n’a pas hésité une seule seconde à embrasser le mal pour mener sa vie comme il l’entend mais cela ne signifie pas qu’il n’a pas de cœur. Par contre, une chose est sûre, c’est qu’il n’a plus de mémoire. Il ignore tout ce qui concerne les vingt première années de sa vie, mais ne s’en souciait pas jusqu’à sa rencontre avec Hakka, un médecin idéaliste.

L'Empreinte du mal, 2 tomes - Par Aya Kanno - Delcourt

Avec L’Empreinte du mal, Aya Kanno s’initie au polar futuriste et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle s’en sort avec talent. Le scénario est original, la mise en page dynamique, les personnages charismatiques et le trait de la mangaka absolument époustouflant. Aya Kanno signe ici un formidable travail, bien plus impressionnant que sa récente incursion dans le shojo pur qu’est Otomen.

Finalement, le seul bémol est la longueur de l’œuvre. Deux tomes ne suffisent pas pour développer l’univers futuriste que l’auteur avait pourtant mis en place dès le premier tome. Le second volume semble un peu bâclé, les évènements se précipitent, on ressent le volonté de l’auteur d’en finir. Heureusement, le dénouement proposé reste plausible et conclut rapidement, mais très justement, cette intrigue.

(par Stéphanie Francqueville)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?