La BD animalière, version Bamboo !

17 janvier 2010 0 commentaire
  • La BD animalière fait figure, depuis les origines, de genre incontournable dans l’univers bédéphile. Malgré les modes et les évolutions, le genre conserve encore aujourd’hui encore une belle adhésion auprès d’un public aussi large et que varié et pas forcément accro au monde des bulles !

Du délirant concombre masqué au gentil Bill (et Boule), sans revenir à Calvo ou au magistral Blacksad, ce genre connaît une extraordinaire richesse et a multiplié les expériences originales et inédites.
Comment innover et proposer encore du neuf dans un paysage aussi fréquenté et aussi riche ? Comment susciter l’intérêt des lecteurs pour un genre aussi popularisé et si largement diffusé ?

Poids lourd de la bande dessinée comique, dite « tout public », les éditions Bamboo ne pouvaient laisser ce genre leur échapper. L’éditeur des Profs, des Gendarmes et autres Fonctionnaires s’intéresse donc aussi à la vie des bêtes en proposant quelques nouveautés de facture relativement classique dans lesquelles certains auteurs tentent néanmoins d’instiller une petite touche d’innovation.

La BD animalière, version Bamboo !Le magasin Toutou et Cie ressemble à n’importe quelle animalerie que vous pouvez parcourir dans la zone commerciale de votre choix. Aristide, Alice, Bruno et Sophie sont les principaux protagonistes d’une série où nos compagnons à quatre pattes (et les autres) servent de prétexte à des gags plutôt bon enfant, sans véritable grande originalité mais qui se lisent facilement et avec plaisir.
De la cliente qui achète un singe à son fils pour le « décrocher de la télé » au chiot amateur de hard rock (?), ces sympathiques vendeurs ont fort à faire ! Le graphisme nerveux, stylisé, moderne, dynamique et assez original de l’italien Soffritti retient l’attention et contribue à rendre cette série attrayante.
Le scénario est dû à deux spécialistes « maison » Frédéric Brrémaud (Les Tennismen, Lola Bogota) et Mathieu Reynès (Sexy Gun chez Soleil, les Informaticiens, les Maîtres-nageurs) des habitués du genre.
Sans surprise mais pas si bête !

Autre univers, avec la nouvelle série dessinée par Benoît du Peloux : Eden, le Globe-trotter. Ce dessinateur déjà repéré par la série Triple Galop (chez le même éditeur) poursuit son exploration de la population chevaline, de ses mœurs et de ses coutumes. Après nous avoir décrit en détail l’univers impitoyable des clubs équestres, il a dorénavant choisi de nous faire traverser l’histoire de France à travers les yeux… d’un cheval !
Une manière originale de revisiter quelques récits mythologiques ou des fresques historiques plus ou moins connues dont le vieux Eden a été le témoin ou l’acteur involontaire, ce sympathique cheval étant immortel ! Ce premier album rassemble donc quelques récits « historiques » qui jouent à la fois sur la parodie et le décalage avec une certaine réussite.

A découvrir pour son point de vue épique et ...hippique !

Avec Les Vétos, on revient à du plus « classique », on poursuit l’exploration du monde merveilleux (?) des animaux avec des situations plus ou moins cocasses à travers le quotidien du Docteur Dan et de sa charmante assistante Nath.

Gare au gorille !

Une production qui fait le lien entre l’animalier et la tradition très « bamboonesque » des séries reposant sur les métiers, leurs habitudes et leurs travers. Ce vétérinaire, cousin éloigné de Gaston Lagaffe n’hésite pas à affronter caniche, perroquet, veaux, vaches, cochons et même l’affection démesurée de certains gorilles !
Série installée dans un registre d’humour plus traditionnel, Les Vétos a été créée par deux anciens du journal Spirou dont on reconnaît assez facilement la touche et l’esprit : Gilson (à qui l’on doit le scénario de Garage Isidore ou de Mélusine) et Peral qui a notamment travaillé sur L’Agent 212.

Un album au registre classique sans prétention à lire dans la salle d’attente...

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?