La vente Artcurial va-t-elle redresser la cote d’Hergé ?

23 mai 2015 4 commentaires
  • Tous les regards sont dirigés aujourd'hui sur la vente aux enchères d'Artcurial : pour la richesse et la diversité des originaux mis en vente, mais surtout pour les 165 pièces consacrées exclusivement à Hergé dont on examinera le résultat. La vente Christie's avait marqué une inflexion, la tendance va-t-elle se confirmer ? Ce qui étonne, c'est néanmoins le dynamisme du marché marqué par la création d'une nouvelle maison de vente aux enchères suisse spécialisée dans la bande dessinée...

Dès la fin de sa vacation dédiée à Hergé, le samedi 14 mars, la maison de vente Christie’s s’est dite déçue de son résultat : alors qu’elle espérait quelque 1,5 million d’euros pour les dix lots proposés à la vente, seuls six d’entre eux avaient trouvé preneurs pour pas même 800 000 euros. Les quatre autres pièces- et pas les moindres- avaient été « ravalées », le tout en moins d’un quart d’heure…

L’envolée des prix de ces dernières années atteignait-elle un point d’inflexion ? Pas si sûr selon Jacques Langlois, un Hergéologue passionné, qui avait consacré une tribune à ce "non-événement" :

"Si la vente de [Christie’s consacrée à Tintin] est une déception pour ses organisateurs, ce n’est pas donc parce que la cote d’Hergé baisserait – comme le prouve a contrario le prix atteint par la couverture du Lotus bleu pour le journal « Tintin » (lot n°2) - mais bien parce que certains vendeurs et leurs experts, rendus euphoriques par les résultats obtenus depuis quelques années par certaines œuvres d’Hergé, s’accrochent à des prix de réserve absurdes. Ils oublient le vieil adage boursier, qui dit que « les arbres ne grimpent pas jusqu’au ciel ». Et les mêmes médias français et belges qui s’extasiaient quelques semaines auparavant à l’annonce de la vente à Bruxelles d’une couverture originale de « L’Étoile mystérieuse » pour quelque 2,5 millions, d’en conclure derechef et sans plus de nuances à la « baisse de la cote d’Hergé »."

"C’est sans doute aller un peu vite, prolongeait Langlois, Parce qu’une seule vente ne suffit pas à faire ni à défaire la cote d’un artiste. Celle d’Hergé a « explosé » depuis une bonne dizaine d’années et une stabilisation à haut niveau ne serait pas autrement surprenante. Attendons de voir ce qui se passera fin mai chez Artcurial, qui reste la référence en matière de ventes BD et particulièrement de « ventes Tintin », pour se faire une meilleure idée d’un marché, au demeurant toujours aussi étroit."

La vente Artcurial va-t-elle redresser la cote d'Hergé ?
Dans le format strip, une copie de sauvegarde (copie d’époque) d’Hergé
(c) Moulinsart / Casterman

Une catalogue Tintin pour toutes les bourses

Premier constant à quelques heures de cette nouvelle vente Artcurial : lorsque Christie’s n’avait proposé que dix pièces originales (estimation minimum de 10.000 €), la vacation Artcurial compte 165 lots visant un public bien plus large. [La vente Christie’s (et celle de Sotheby’s quelques jours auparavant)>art17650] ne comportait que des originaux. Ici, c’est l’ensemble des supports de l’œuvre d’Hergé qui est envisagée.

Celle-ci, en effet ne se contente effectivement pas que de quelques originaux, exceptionnels, il est vrai, mais propose surtout des albums, à des prix croquignolets : aux alentours de 40.000 € (hors frais) pour une édition de Tintin au Pays des Soviets par exemple, certains exemplaires se trouvant dans un tel état de conservation qu’elles en deviennent, selon la maison de vente, "des pièces de musée". On y trouve aussi des figurines Pixi, des statuettes Pigeon et Leblon-Delienne, divers objets divers et plaques émaillées, des affiches, sérigraphies et journaux ; des tirages de luxe, des dédicaces et autres pièces rares.

Parmi les curiosités, citons par exemple cette lithographie d’On a marché sur la Lune signée par Hergé et dédicacée par les six astronautes qui ont entrepris ce même voyage quelques années plus tard (Apollo 11, 13, 14, 15 et 17) : exceptionnel ! Parmi les 70 albums qui constituent un survol de tous les titres de Tintin, on retrouve l’exemplaire d’essai de L’Affaire Tournesol au dos en tissu vert, un tirage unique pour lequel les collectionneurs feront certainement le déplacement.

Une sérigraphie signée par Hergé pour le WWF

Dans la quinzaine d’originaux proposés, l’éclectisme est forcément de mise : la mise en couleurs de la couverture de L’Oreille cassée, de superbes dessins au crayon dont Tintin et la Colombe, mais également de "simples" croquis témoignant de la force graphique d’Hergé et qui pourraient rester à des prix plus « raisonnables ».

Une image iconique de Tintin au Congo par Hergé
(c) Moulinsart / Casterman

Trois pièces cependant attirent notre attention :
- La copie de sécurité des trois strips qui composent l’actuelle page 25 de L’Étoile mystérieuse : le mouvement, le soin apporté à l’encrage, les sentiments divers développés par les visages de Tintin et du Capitaine Hadock au cœur de la tempête en font une très grande page du neuvième art. On se demande d’ailleurs si des musées ne devraient pas penser sérieusement à acquérir l’un ou de l’autre de ces rares témoignages en circulation.

- Le dessin de la page de titre de Tintin au Congo pour sa version couleur de 1946. Il s’agit certainement d’une des images de Tintin les plus connues, mais c’est pourtant la première fois qu’un dessin de cet ordre sera mis en vente.

- Alors que nous célébrions hier les cent ans de la naissance de Raymond Leblanc au Musée Hergé, éditeur historique du Journal Tintin, qui partageait d’ailleurs sa date d’anniversaire avec celle d’Hergé (nous vous en reparlerons prochainement), Artcurial propose le dessin fit spécialement pour l’homme qui le tira de l’embarras de l’épuration dans l’après-guerre. Réalisée à l’occasion des sept ans du journal, l’auteur rend hommage à l’éditeur dans une (tout-autre) scène de tempête où se retrouvent les personnages illustres de la série. Une fois n’est pas coutume, c’est une copie qui se trouve exposée au Musée Hergé, dans le bureau de Raymond Leblanc reconstitué actuellement à l’occasion de l’exposition temporaire qui lui est consacrée.

Un magnifique dessin de Hergé dédié à l’éditeur Raymond Leblanc
(c) Moulinsart

La dernière grande différence avec la précédente vente Christie’s réside sans doute dans les estimations des pièces. Tout en tenant compte de la cote montante d’Hergé, on peut considérer que le marteau devrait adjuger une majorité des lots à la salle. Prenons par exemple la collection complète des fameuses Cartes Neige en état neuf de Tintin dont l’estimation ne se monte qu’à 10-12.000 €, soit presque la somme des cotes individuelles. Ou encore le coffret WWF de dix planches d’albums signées par Hergé à 20-25.000 €. Tintin remontera-t-il au sommet ?

Du Bill de Roba... au Chat du Rabbin

Une magnifique gouache de Roba
(c) Dupuis

Quant aux 372 pièces du catalogue général, elles brassent une nouvelle fois toute la profondeur et la diversité de la bande dessinée. Une vingtaine de lithographies, portfolios et albums rares sont proposés au début de la vente, mais les originaux en constituent la presque totalité .Le catalogue de plus de deux cent pages peine à en restituer tout le potentiel, au point que des planches de Loisel (La Quête de l’Oiseau du Temps) doivent se contenter d’un quart de page. Il serait fastidieux de faire la liste de tous les auteurs présents, mais gageons que chaque collectionneur trouvera certainement un original à son goût, vu la diversité et la qualité des pièces présentées.

Citons quelques exemples :

- Roba : comme le présente la couverture, Boule et Bill sont à l’honneur avec quatre dessins réalisés à l’encre de chine et l’aquarelle. En une image, toute la magie et l’innocence de l’enfance.

- Delaby : dans les quatre planches du T9 de Murena, le regretté dessinateur disparu en 2014 propose des atmosphères très diverses : sensuelles, mystérieuses, pleines d’action ou de fureur.

- Druillet : la quinzaine de pièces propose une large gamme : planches, dessins d’études, mais également sculpture. Vibrant d’énergie !

- Cinq planches de Franquin réalisée entre 1957 et 1967 (Spirou et Gaston) : l’évolution du trait est aussi marquée que le soin apporté à la mise en scène, le mouvement et les détails. Artcurial propose aussi quatre dessins réalisées pour des illustrations ou des affiches.

- Six planches de Gibrat, au gré du Sursis, du Vol du Corbeau et de Matteo : bouleversantes d’émotion.

- Dix pièces réalisées par Frank Le Gall : Théodore Poussin bien entendu (couvertures, illustrations, planches), mais aussi Yoyo.

- Un florilège de Manara : aventureux, grandiloquent, violent, chaste... ou beaucoup moins.

La mythique première planche de L’Incal par Moebius
(c) Moebius

- Un peu de Giraud (dont une incroyable encre de chine de Mister Blueberry qui dégage une vivacité hors norme), mais surtout une dizaine de Moebius, dont l’historique première planche de L’Incal.

- Aquarelles, croquis, études d’Hugo Pratt, dont on retient surtout une planche de Fable de venise, vendue avec sa mise en couleurs.

- un dessin encré et au crayon bleu d’Osamu Tezuka : Princesse Saphir

- Des planches de Tardi (Burma, Adèle, Brindavoine), mais également des illustrations, la couverture de La Débauche, une page de chapitre du Démon des Glaces et un dessin au feutre (pour les pages de garde de Presque tout Tardi) aux dimensions étonnantes : 177,5 x 272 cm !

- Un large échantillon de la carrière de William Vance avec des planches, illustrations et couvertures qui couvrent C’étaient des hommes, Bruno Brazil, XIII, Bruce J. Hawker et surtout des planches de Marshall Blueberry à des estimations bien basses. On sera surtout attiré par une superbe planche de Pour Maria, où le héros dévoile sa célèbre clavicule, et un lot de 31 illustrations réalisant une véritable galerie de portraits des personnages marquants de cette série emblématiques.

La rare galerie des personnages de XIII réalisée par William Vance pour l’album "XIII Mystery"
(c) Dargaud

Terminons par une curiosité : la couverture signée par Joann Sfar du tome 6 du Chat du Rabbin : Tu n’auras pas d’autres dieux que moi. Un album qui ne paraîtra chez Dargaud... que dans quelques mois !

Une nouvelle maison de vente en Suisse

L’attrait provoqué par la bande dessinée a provoqué un intérêt des maisons de vente internationales. Pendant que Paris tenait le haut du panier, Millon s’était associé à la galerie belge Huberty & Breyne (ex-Petits Papiers) pour rassembler le franco-belge, avant que d’autres ne fassent alliance avec les maisons de renommée internationale que sont Christie’s (alliée à la Galerie Maghen) et Sotheby’s (alliée aux galeries Champaka et 9e Art), tandis que Artcurial préfère traiter pricipalement avec les auteurs en direct (Bilal, Schuiten, Joann Sfar...)

Cet engouement continue à susciter des vocations, car une nouvelle maison de vente vient de se créer en Suisse, à Genève, et se consacrera exclusivement à la bande dessinée, avec une première vente en septembre prochain. Stéphane Lancoud, son organisateur, nous explique les raisons de sa motivation :

"Après les ventes organisées avec succès dernièrement à Paris et à Bruxelles, il nous semblait important que le troisième pays francophone actif dans le Neuvième art puisse à son tour offrir aux nombreux collectionneurs une vente dédiée à la bande dessinée. Cette grande première à Genève depuis 1991 rassemblera des lots venus de divers horizons, des planches originales, des sérigraphies, des tirages de tête, des albums, des objets etc."

La couverture, à ce jour inédite, du Chat du Rabbin de Joann Sfar
(c) Joann Sfar - Dargaud

L’équipe de Stéphane Lancoud se compose également de Philibert Gillieron, responsable depuis 33 ans de la libraire L’Oreille cassée à Genève. Ils estiment que la Suisse dispose suffisamment de potentiel pour organiser cette vente :

"Le marché suisse (presque essentiellement genevois et lausannois) est très actif. Il est d’ailleurs renforcé par la présence d’auteurs suisses (Zep, Marini, Derib, Exem, Tirabosco, etc.). De plus, le monde des enchères est aujourd’hui très virtuel, avec des ordres d’achats par email et par téléphone, ce qui ne nous limite pas aux acheteurs suisses. Nous allons essayer d’obtenir entre cent et deux cents lots pour notre première vente du 27 septembre prochain. Pas une grande quantité, mais pas la haute qualité non plus. On sait que la première vente réalisera sans doute des enchères assez basses (ce qui attirera les acheteurs). Nous devrons ensuite évaluer le potentiel des collectionneurs genevois (à l’achat et à la vente). Nous ne sommes ni Christie’s, ni Sotheby’s, nous devrons donc nous faire un nom avec un démarrage en douceur." On reconnaît bien là la prudence qui caractérise les Suisses...

Stéphane Lancoud dans le cadre de la librairie "L’Oreille Cassée".
Photo : Steeve Iuncker-Gomez

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Vente Artcurial le samedi 23 mai dès 11h pour la vente dédiée à "L’univers du créateur de Tintin" et à partir de 14h pour la vente "Bandes Dessinées".
Artcurial, 7 rond-point des Champs-Élysées, 75008 Paris.

- Catalogue de "L’Univers du créateur de Tintin" consultable et téléchargeable en ligne avec faculté d’enchérir en direct

- Catalogue "Bandes dessinées" consultable et téléchargeable en ligne avec faculté d’enchérir en direct

Ordres d’achat et enchères par téléphone : Thomas Gisbert de Callac Tél. +33 1 42 99 20 51 ou par Fax +33 1 42 99 20 60

Visiter le site de la nouvelle maison suisse de BD Enchères

Lire également :
- Jacques Langlois : "Hergé nous a offert une œuvre riche de multiples niveaux de lecture."
- Jacques Langlois : Tintin et Christie’s - Retour sur une « déception »
- Sotheby’s Vs Christie’s : le duel des ventes aux enchères
- Folie des enchères de la bande dessinée : près de 6 millions d’euros pour Christie’s

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Pfff ! La "couv" de Sfar c’est la foire aux gribouillis !

    Répondre à ce message

    • Répondu par AntoineL le 24 mai 2015 à  10:39 :

      Faut dire aussi que le format et la définition ne lui rendent pas grâce... Dans le catalogue elle est vachement plus lisible.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Torrez le 24 mai 2015 à  12:42 :

      Depuis Petrus Barbygère, Sfar ne fait plus que du gribouilli.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 25 mai 2015 à  09:30 :

        pourtant y en a qui adorent ;Moi j’aime bien son univers
        ici, mauvaise résolution du dessin (m’enfin, actuabd). En couleurs ça donne très bien, cette couverture. Sfar ou on l’aime ou on le déteste.

        Répondre à ce message