Le Visiteur du Futur T1 : L’Élu des dieux - Par Gosh & Descraques - Ankama Editions

19 juin 2013 1 commentaire
  • François Descraques adapte sa propre websérie, et convoque rien moins qu'Alexandre Le Grand pour un bond vers le futur pour grossir les rangs d'une équipe de sauveurs du monde.

En l’an 2550, sur une Terre dévastée, peuplée de zombies et rongée par des pluies acides, deux survivants que sont le Visiteur du Futur et son compère le docteur Castafolte, comptent remonter le temps afin de recruter des coéquipiers et empêcher la fin du monde.

Et quoi de mieux que les plus grand stratèges militaires, les cerveaux les plus brillants, pour grossir les rangs des défenseurs de la Terre ? Alexandre Le Grand fera une excellente entrée en matière.

Mais les deux amis sont définitivement des bras cassés et tout ne se passe pas comme prévu.

Au départ, Le Visiteur du Futur est une websérie créée par François Descraques et diffusée sur la chaîne NoLife. Après le succès suscité par les deux premières saisons, la troisième est coproduite par Ankama et France Télévisions Nouvelles Écritures, et diffusée sur le Studio 4.0.

Le scénariste François Descraques était également co-auteur et réalisateur du Golden Show, série de programmes à sketches animés par les trublions de NoLife Davy Mourier et Monsieur Poulpe, par ailleurs créateurs de la BD Karaté Boy.

Il adapte ici son propre univers en bande dessinée, mis en images par le dessinateur Gosh et colorisée par Stéphane Richard. Cette aventure inédite se situe chronologiquement entre les saisons 1 et 2 de la série TV. Même si deux pages explicatives présentent le concept de cet univers de science-fiction humoristique, il est recommandé d’avoir vu quelques épisodes au préalable, sous peine d’être parfois largué.

Le Visiteur du Futur T1 : L'Élu des dieux - Par Gosh & Descraques - Ankama Editions
©Gosh/Richard/Ankama Editions

Ce qui faisait la force de la série, à savoir les ping-pongs verbaux entre ses personnages au caractère bien trempé, devient ici un défaut : ce tome très bavard se résume presque à un duel verbal entre le Visiteur et Alexandre. Et les deux auteurs n’ont pour l’instant pas su retranscrire la dynamique de la série. Quelques trouvailles efficaces, comme le traducteur à la volée des propos du conquérant, viennent cependant alimenter la machine à gags.

Ce premier tome devant se coltiner la traditionnelle présentation de l’univers de la série, le lecteur devra se montrer patient pour voir ce titre décoller. Peut-être dès le tome 2, si on en croit l’apparition fugace de deux personnages bien connus des fans, et qui promet de dynamiter cette mise en place plutôt sage.

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Oui, c’est vrai que ça a l’air bavard... Les quelques pages qu’on voit sur le site d’Ankama donnent pas envie. Le coup du ping-pong « je dis un truc sérieux tu fais une blague dessus » c’est ringuard depuis 20 ans au moins... ça marche peut-être sur la série grâce à des bons acteurs (j’ai jamais regardé) mais là, en BD, c’est lourdingue...

    Après le découpage a pas l’air toujours très habile et déjà vu. En mode « grosse » blague (attention dans l’arrière-plan un gros costaud va se libérer de ses chaînes, oulàlà je sens un bon gag arriver !)

    Répondre à ce message