Le fondateur du FIBD lance un festival de BD en Arménie

13 juillet 2008 0
  • À peine ses adieux faits à la politique, Jean Mardikian, l’un des trois fondateurs du Festival d’Angoulême fait souche en Arménie en lançant le premier festival de bande dessinée à Erevan en octobre prochain. Quelques grands noms de la bande dessinée française seront du voyage.
Le fondateur du FIBD lance un festival de BD en Arménie
La BD de Tigran Mangassarian sur le génocide des Arméniens de 1915
DR

En Arménien, le mot « bande dessinée » a de faux airs d’onomatopée : Badgerabadoum ! Le 9ème Art y aura bientôt un festival. L’initiative vient d’un auteur de BD arménien, « le seul que je connaisse », nous dit le journaliste Laurent Melikian [1] : Tigran Mangassarian. Il vient de publier à compte d’auteur son premier album qui relate le génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 [2]. Melikian n’en revient pas : il existe donc une BD en Arménie ! Auparavant, l’éditeur Jean Sirapian, président de l’Institut Tchobanian et directeur des Éditions Sigest, avait publié une version arménienne de Tintin et de Lucky Luke.

Lorsque Mangassarian est à Angoulême, il fait la jonction avec Jean Sirapian et Jean Mardikian, l’un des trois fondateurs historiques du plus grand festival de bande dessinée d’Europe. « Vous devez monter une école de bande dessinée à Erevan.  » exhorte-il. En bon politique, Mardikian se dit que créer une école de BD dans un pays de 3 millions d’habitants, grand comme la Belgique, et où l’édition de BD est encore embryonnaire, c’est peut-être mettre la charrue devant les bœufs… Il suggère plutôt de commencer par un petit festival, un peu comme celui qui, il y a 35 ans, faisait ses débuts sur le bord de la Charente.

Tigran Mangassarian
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Les deux Jean, Mardikian et Sirapian, ainsi que Laurent Melikian, s’en vont en Arménie en repérage en octobre 2007. Avec une certaine appréhension : les Arméniens voient souvent débarquer d’un œil incrédule les initiatives de leur diaspora. Mais contre toute attente, le Ministère de la culture de la République d’Arménie se montre intéressé par le projet. Ils financent même l’invitation des auteurs, une publication et fournissent un lieu qui s’avère original : le Théâtre de Chambre d’Erevan, un endroit qui, en temps ordinaires, fait cabaret.

Sept auteurs français sont invités, dont trois Grands Prix d’Angoulême : Charles Berberian ( Henriette, Monsieur Jean, etc. ), Grand Prix (avec Philippe Dupuy) de la ville d’Angoulême 2008, Farid Boudjellal (Les Slimani, Mémé d’Arménie,…), Prix oecuménique de la bande dessinée, Florence Cestac (Le Démon de midi, les Déblok,…), Grand Prix de la ville d’Angoulême 2000, Jean-Claude Denis (Luc Leroi, Quelques mois à l’Amélie ,…), Grand Boum de la ville de Blois 2007, Gérald Gorridge (Les Fantômes de Hanoï,…), professeur à l’École Européenne supérieure de l’image d’Angoulême, Philippe Karakasyan dit Kara (Gabrielle, le Miroir des Alices, etc.) et Frank Margerin (Lucien, Momo le coursier,…), Grand Prix de la Ville d’Angoulême 1992. Une publication de leurs « reportages » dessinés est envisagée. L’Association des caricaturistes et dessinateurs de presse arméniens et les artistes comme Tigran Mangassarian ou le trio 3dzuk sont bien entendus également invités.

L’éditeur Jean Sirapian
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Il comprend trois expositions :

- Les Trésors du musée de la bande dessinée d’Angoulême ou un siècle d’histoire du 9ème art à travers une sélection de 35 reproductions de planches de Caran d’Ache, Hergé, Tardi, ou Moebius.

- Les 35 affiches du Festival d’Angoulême avec peut-être la 36ème signée Dupuy & Berberian.

- 16 planches originales extraites des Fantômes de Hanoi, une bande dessinée de Gérald Gorridge réalisée par celui-ci dans le cadre de master classes de bandes dessinées qu’il a animées à Hanoi et qu’il tentera de reproduire à Erevan.

Le même accompagné de Jean-Philippe Martin – directeur de l’action culturelle à la CIBDI - répondront sur des thèmes fondamentaux : Qu’est-ce que la bande dessinée ? Comment l’enseigner ? Quels sont les points d’attaches entre la bande dessinée et les nouvelles technologies ?

Extrait de Mémé d’Arménie de Farid Boudjellal
Éd. Futuropolis

Les films-portraits produits par Benoît Peeters à l’occasion du 35ème anniversaire du Festival d’Angoulême et présentant les 35 Grands Prix, Le Théâtre des Images de Benoît Peeters et François Schuiten, ainsi qu’une sélection de dessins animés produits à Angoulême seront projetés et commentés.

- Le CIBDI y présentera en avant-première une exposition numérique sur la bande dessinée française, ainsi que les nouveaux outils multimédia proposés aux centres culturels français à l’étranger développés par la CIBDI en partenariat avec le Ministère français des affaires étrangères.

Le premier festival de bandes dessinées en République d’Arménie a lieu les 3, 4 et 5 octobre 2008 sous le patronage du Ministère de la culture de la République d’Arménie, avec la participation de l’Ambassade de France en Arménie et les concours de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême (CIBDI), de l’Association pour la Promotion de la Bande Dessinée en Arménie (APBDA) et d’un certain nombre de sponsors privés comme Pernod-Ricard Arménie (qui commercialise un brandy arménien qui aurait inspiré le Cognac, dit-on), les caviars Petrossian, la filiale locale du Crédit agricole, etc.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

1er Festival International de la bande dessinée d’Erevan

Les 3, 4 et 5 octobre 2008

Théâtre de Chambre d’Erevan, 58 avenue Mashtots, à Erevan. En Arménie, bien entendu.

L’Association APBDA, contacts :
Association pour la promotion de la bande dessinée en Arménie
492, avenue de Navarre - 16000 Angoulême - France
www.apbda.org

À l’occasion du festival, l’agence de voyage Saberatours propose une offre forfaitaire vol Paris-Erevan, hébergement et excursions hors Erevan.
Renseignements, 01 42 61 51 13 - Fax : 01 42 96 67 19
info@saberatours.fr – www.saberatours.fr

En médaillon : Jean Mardikian. Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

[1Depuis, il en a rencontré d’autres. notamment "le groupe des Trois Dzuk" (trois poissons en arménien), un groupe de jeunes femmes qui ont initié Pentagon, un feuilleton façon manga en arménien destiné aux ados.

[2Une version française devrait paraître aux éditions Desinge en janvier 2009.

  Un commentaire ?