« Les Terrestres » : Noël Mamère et Raphaëlle Macaron enquêtent chez les éclaireurs du « monde d’après »

16 septembre 2020 0 commentaire
  • « Les Terrestres » est une bande dessinée qui se concrétise avant tout dans un dialogue entre deux générations : d’une part un politicien qui a combattu pour la cause écologique pendant des décennies, une icône de la « galaxie verte » française : Noël Mamère ; et d’autre part, une toute jeune dessinatrice d’origine libanaise : Raphaëlle Macaron. L’une et l’autre ignoraient que la crise du Covid allait mettre à l’arrêt le pays pendant de longues semaines et qu’en sus des péripéties politiques qui secouaient le Liban, une tragique explosion allait laisser dans le centre de Beyrouth un champ de ruines… Nous les avons rencontrés pour vous.

Les éditions du Faubourg publient d’ordinaire des essais et des romans, rarement des bandes dessinées. Leur idée de mettre en relation Noël Mamère, journaliste, politicien et figure de la cause écologique en France avec Raphaëlle Macaron l’une des dessinatrices les plus talentueuses de la jeune scène de la bande dessinée libanaise est particulièrement brillante.

D’abord parce que Noël Mamère est un excellent communicant au propos structuré et rompu au débat, ça aide. Ensuite parce que Raphaëlle est une personnalité à fleur de peau, soucieuse de produire un objet irréprochable et surtout de ne pas se laisser embarquer dans une opération de com qui la dépasserait sur un sujet aussi « bateau » et il faut bien le dire, aussi galvaudé, que celui de l’écologie.

« Les Terrestres » : Noël Mamère et Raphaëlle Macaron enquêtent chez les éclaireurs du « monde d'après »

Cela se ressent sans aucun doute dans la lecture de ce projet. La dessinatrice prend d’emblée de la distance par rapport à son coauteur qu’elle ne connaissait pas avant de l’avoir rencontré. Sans doute que la notoriété de l’ancien maire de Bègles n’avait pas atteint le Liban… En conversation avec téléphonique avec son père, elle essuie l’inquiétude en ce qui concerne l’intérêt porté par cet homme d’âge mûr pour sa fille, d’autant que c’est un politicien : « Les pires ! » s’exclame son paternel resté au Liban.

En réalité, l’enquête de Noël Mamère chez les « collapsologues » est plutôt bien organisée et se concentre avec une exactitude toute pédagogique sur les acteurs de l’Écologie au quotidien : la ZAD (zone à défendre) de Notre-Dame des Landes, La Réolle, la Ferme Légère, La Bascule ou encore Langouët. L’enquête se termine place de la République à Paris avec Pablo Servigne, « gourou » de la collapsologie.


Le dessin à la chromie décalée de Raphaelle vient en contrepoint des reportages du journaliste Mamère : son parti-pris irréaliste, ses couleurs décalées, donnent un recul à la lecture qui peut de temps en temps s’interrompre pour donner place à la réflexion.

Dans son approche modeste, cette bande dessinée documente utilement l’action écologique, et souligne, d’une façon positive et sans surjouer dans le catastrophisme, qu’il est encore temps pour préserver le monde de demain, que ce qui s’annonce n’est pas la fin du monde, mais la fin d’un monde irrespectueux avec la planète, et au final avec l’humanité elle-même.

Voir en ligne : La rencontre avec les auteurs au Monte-en-l’air (Paris)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Retrouvez Noël Mamère et Raphaëlle Macaron demain à la librairie Le Monte-en-l’air à Paris pour le lancement de l’album à 19h00. Pot et dédicace. Portez le masque ; SVP !

71, rue de Ménilmontant / 2, rue de la Mare - 75020 Paris — Tél. : 01 40 33 04 54
Contact : librairie.lemontenlair(@)gmail.com
Métro Ménilmontant — Bus 96

  Un commentaire ?