Love Instruction T1 - Par Minori Inaba (Trad. Studio Charon) - Soleil Manga

3 novembre 2014 0 commentaire
  • Terumi Minamoto, 18 ans, qui a l'habitude d'être pris pour une fille, entre à l'université. Il décide à cette occasion de reprendre sa vie en main, et plus précisément de se guérir de sa phobie des femmes ! Ce singulier garçon va en outre vivre une expérience plus étrange avec sa jeune tante, qui va le prendre en mains pour le transformer en un séducteur de l'envergure de Hikaru Genji, le héros du célèbre roman « Le Dit du Genji » !

Parce que les garçons de son école le trouvaient plus « mignonne » que toutes les autres filles, Terumi Minamoto a subi plus jeune les brimades de ces dernières, jalouses de son « succès ». Traumatisé, Terumi, qui fut ensuite scolarisé dans un lycée pour garçons, n’a eu depuis cet événement que peu de contact avec la gent féminine. Une situation accentuée par le fait qu’il a perdu sa mère très jeune.

À l’aube de ses 18 ans et de son entrée à l’université, notre héros compte néanmoins rattraper son retard car il reste un jeune homme en bonne santé qui rêve de ses premiers émois et ébats amoureux... même s’il n’a aucune idée de la manière dont il faut s’y prendre ! Cependant, le sort lui réserve un tour étrange . Prié par son père, fraîchement remarié, de se trouver un nouveau logement, il atterrit chez sa tante, Kaoruko Fujiwara, 29 ans, maître de conférence à l’université où il est inscrit.

Une situation a priori innocente mais qui va vite se révéler un piège pour notre héros. En effet sa tante a pour sujet d’étude Le Dit du Genji, œuvre littéraire majeure de la littérature japonaise. Dans le but de saisir au mieux les sentiments du seigneur Genji, le personnage principal de l’œuvre, sa tante a décidé de le (re-)créer en se servant de son neveu comme cobaye ! Elle a ainsi l’intention de faire son éducation sentimentale et lui fixe l’objectif de séduire quatorze femmes, nombre qui correspond à celui des conquêtes du seigneur Genji !

Love Instruction T1 - Par Minori Inaba (Trad. Studio Charon) - Soleil Manga
Devenir un séducteur en prenant pour modèle le Genji : tout un programme !
© 2012 Minori Inaba / SHUEISHA / Soleil Manga

Après Yakuza Love Theory sorti il y a quelques semaines, Soleil Manga nous propose cette nouvelle série sur le même thème du loser apprenti-tombeur, à la différence qu’il s’agit ici d’une œuvre ouvertement érotique.

Débuté en 2011 au Japon, et comptant pour le moment six tomes, Love Instruction - How to become a seductor [1] se différencie par le fait d’avoir comme auteure... une femme, Minori Inaba. Il n’est en effet pas rare au Japon de trouver des femmes réalisant des œuvres coquines, a priori destinées aux hommes, pourtant. Citons notamment Chihiro Harumi, l’auteure de l’excellent Velvet Kiss.

Une autre spécificité de ce titre est son canevas : les conquêtes du héros du Dit du Genji, liant ainsi l’éternelle question de la séduction à la tradition. Ainsi Terumi a comme tâche de séduire en tout quatorze femmes, qui sont autant de réinterprétations modernes des personnages classiques de l’œuvre !

Dans ce premier tome, Kaoruko, en raison de l’inexpérience de son élève, décide de débuter son apprentissage avec une femme de son entourage, qu’il connaît déjà : sa cousine, une jeune fille un peu rêveuse et otaku, passionnée de manga érotique et qui, pour sa part, n’a aucune expérience des hommes ! Il s’agit ici de la transposition du premier amour du héros avec la cousine du seigneur Genji, Belle du matin, poétesse qui vivait elle-aussi un peu retranchée socialement, se consacrant presque uniquement à sa passion pour la poésie.

La séance de cinéma : le classique incontournable du premier rendez-vous amoureux !
© 2012 Minori Inaba / SHUEISHA / Soleil Manga

Enfin, troisième point spécifique à cette série : le personnage de Kaoruko Fujiwara, femme d’une grande beauté et d’une grande intelligence, admirée aussi bien par les étudiants masculins de la faculté que par leurs homologues féminines, qui semble au premier abord inaccessible et un peu apathique. C’est finalement elle qui suscite pour le moment le plus de curiosité chez le lecteur, à travers le fantasme de la « femme éducatrice ».

Selon un modèle de femme insensible et glaciale, cette excentrique universitaire ne vit que pour ses recherches et, pour les mener à bien, elle ne recule devant rien, ne semblant retenue par aucune pudeur. Ainsi lorsque Terumi échoue lors de son premier rendez-vous avec sa cousine, car il a été incapable de se contrôler à la vue de ses seins, Kaoruko décide de donner de sa personne...

Elle laisse donc son élève jouer avec sa propre poitrine pour qu’il se familiarise avec le corps féminin ! Le but est de dépasser le seuil des pulsions adolescentes pour pouvoir ensuite effectuer un « travail sérieux » avec sa cousine et éviter de se comporter comme un « simple puceau obsédé ». Il doit au contraire conduire sa conquête selon un art et une manière dignes de l’élégance et du raffinement du seigneur Genji.

Ainsi Kaoruko apparaît à la fois dans un rôle fantasmé de « poupée » et dans celui de la « dominatrice », dirigeant son neveu d’une main de maître pour qu’il puisse s’accomplir en tant que séducteur, le langage du corps comptant tout autant que celui des sentiments. Pour ce faire, elle ne lui épargne aucune remarque grivoise et n’hésite pas à l’émoustiller si nécessaire.

"Le seul moyen de se débarrasser d’une tentation est d’y céder"
© 2012 Minori Inaba / SHUEISHA / Soleil Manga

Évidemment Terumi apparaît pour le moment loin du compte, incapable de saisir avec justesse la frontière entre ce qu’il peut et ce qu’il ne peut pas faire lors de ses tentatives d’approche. Cette première conquête porte ainsi sur la question de savoir lire les réactions de sa partenaire, afin de juger jusqu’où il est convenable d’aller, sans que cela ne devienne un harcèlement, voire une agression !

Si le dessin de Minori Inaba, relativement classique et simple, n’est pas forcément convaincant lors des premières apparitions des personnages -il est difficile de penser qu’on puisse prendre Terumi pour une fille- il se révèle néanmoins particulièrement efficace lors des nombreuses scènes « sexy » qui parsèment le tome - même si le héros ne va pas encore très loin à ce niveau-là, en raison de son inexpérience !

Ce premier tome peut paraître un peu abrupt, voire cru et racoleur, tant Kaoruko entre dans le vif du sujet sans ménagement. Ce côté rentre-dedans qui se traduit dans le rythme provient sans doute du format original de prépublication : les chapitres font une dizaine de pages ! La narration va ainsi à l’essentiel, visant l’efficacité et proposant une « chute » toute les dix pages. Cela se traduit donc par une entrée en matière “directe” mais, une fois le propos posé et la première conquête présentée, le récit adopte un rythme moins précipité.

Soulignons la stratégie particulière de « présentation » de Soleil Manga concernant ce titre qui semble lorgner du côté de Nozokiana. En effet la couverture originale a subi de légers aménagements : un zoom sur le personnage féminin, entouré d’un léger voile sombre, le présentant de façon plus resserré, un peu voyeuse, sous une lumière tamisée. Une mise en scène qui rappelle les couvertures de Nozokiana et qui dégage une atmosphère bien plus coquine que la couverture originale, finalement assez neutre.

Love Instruction se présente donc comme un récit d’initiation sentimentale et sexuelle, déployant un érotisme soft notamment à travers la relation ambiguë entre le héros et sa tante. Le récit reste néanmoins bon enfant et s’inscrit dans la tendance forte du moment de titres érotiques des éditeurs manga français. La série de Minori Inaba semble toutefois posséder suffisamment de singularité pour tirer son épingle du jeu et nous attendons avec une certaine curiosité le tome deux suite à cette première impression, plutôt bonne.

Une instructrice pleine de charme !
© 2012 Minori Inaba / SHUEISHA / Soleil Manga

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Love Instruction - How to become a seductor T1. Par Minori Inaba. Traduction Studio Charon. Soleil Manga, collection "Seinen". Sortie le 22 octobre 2014. 192 pages. 7,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

[1Notons que le titre original du manga est Minamoto-kun Monogatari (L’histoire de Minamoto-kun), clin d’œil au titre original du Dit du Genji : Genji Monogatari (L’histoire du Genji).

  Un commentaire ?