Miguel : "La découverte de la perspective est un sujet hors-norme"

27 février 2007 0 commentaire
  • Avec la sortie de {Le rebelle}, Miguel confirme tous les espoirs que l'on portait en lui. Ce troisième tome de {Myrkos} clôture le premier cycle de cette série que son éditeur décrit comme une "antic-fantasy".

Etes-vous content de ce dernier album ?

J’en suis très content. Pour moi, c’est le mieux réussi des trois. Déjà, le deuxième était meilleur que le premier et, avec celui-ci, c’est encore mieux. Je suis beaucoup plus satisfait du troisième que des deux précédents. J’avais de sérieux doutes à mon sujet au départ. Je n’étais pas du tout satisfait du premier album alors que je trouve certaines choses très bien sur le troisième. C’est déjà quelque chose.

Miguel : "La découverte de la perspective est un sujet hors-norme"
©Kraehn/Miguel/Dargaud

On sent effectivement que tu vous avez beaucoup travaillé, il y a un luxe de détails dans les décors par exemple.

Depuis le début de la série, les décors, les perspectives, la ville,... sont très poussés. C’est une série que je dessine avec beaucoup de plaisir. C’est vrai que c’est beaucoup de boulot. C’est une année de travail très dense.
©Kraehn/Miguel/Dargaud

Que pensez-vous du scénario ?

D’un côté, il est hyper-classique. Mais sans sortir des canons du classicisme, il est hors norme. Nous parlons d’un sujet très original avec la découverte de la perspective. Il y a un côté historique mais aussi fantasy et aventure.

Quel effet ça fait de collaborer avec un scénariste reconnu alors que pour vous, c’est la première BD ?

C’est un privilège de travailler avec Jean-Charles Kraehn qui est un très bon scénariste. C’est quelqu’un de très honnête, très sûr, on peut avoir confiance en lui. Il m’a beaucoup appris sur le métier de la BD. Il n’y a que des avantages…
Il est aussi très disponible et d’ailleurs il croit beaucoup à cette série. Il s’est beaucoup investi pour qu’elle soit bien.

©Kraehn/Miguel/Dargaud

Vous vous voyez régulièrement pour en discuter ?

On ne se voit pas très souvent, car il habite en Bretagne maison a beaucoup d’échanges par mail ou au téléphone. A chaque fois qu’il y a un festival ou qu’il vient à Paris, on se rencontre. Ca se passe vraiment très bien.

Vous avez pu apporter des modifications au scénario ou vous l’avez suivi à la lettre ?

Jean-Charles donne une base très détaillée et, à partir de cette base, il laisse beaucoup de liberté pour que s’exprimer. Je ne me suis pas senti dans une camisole. Au contraire, il m’a laissé de la place.

Pour un auteur qui débute, être publié chez Dargaud, ce doit être fantastique ?

Oh oui, c’est vraiment génial parce que chez Dargaud, on a un accueil super, on prend soin de vous. Vraiment il n’y a rien à dire.

Avez-vous d’autres projets ?

Oui, je travaille actuellement sur une adaptation du Voyage d’Ulysse. C’est une histoire que j’aime depuis toujours. C’est bien de travailler sur un classique comme ça. Ca ne sort pas du registre historique même si le dessin est moins ligne claire que Myrkos. C’est très excitant à dessiner.

Vous allez vous spécialiser dans l’Antiquité ou d’autres époques vous tentent ?

Qui sait si, d’ici quelques temps, je ne vais pas faire un polar contemporain ? Peut-être que je vais dessiner New York un jour... Je ne suis pas figé sur une époque. Je pense que ça me plairait de dessiner la ville, les voitures…
©Kraehn/Miguel/Dargaud

(par Bernard Mallié)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Propos recueilles par Bernard Mallié

  Un commentaire ?