Philippe Francq :"Pour le prochain film, nous sommes à la recherche d’un nouveau Largo Winch et d’un nouveau Simon Ovronnaz."

8 mai 2013 7 commentaires
  • Près de 23 ans après la publication de "L'Héritier", le premier album des aventures de Largo Winch, le personnage créé initialement pour une série de romans par Jean Van Hamme est devenu depuis un bestseller de la bande dessinée franco-belge et surtout, une marque forte.
Philippe Francq :"Pour le prochain film, nous sommes à la recherche d'un nouveau Largo Winch et d'un nouveau Simon Ovronnaz."
Largo Winch 18 - Colère rouge
Francq & Van Hamme (c) Dupuis

Alors que les auteurs sont attelés à la réalisation du dixième diptyque et qu’un nouveau film sur le milliardaire en blue jeans est en gestation, nous faisons le point sur l’avenir de Largo Winch, avec l’un de ses deux géniteurs, le dessinateur Philippe Francq.

Vous animez Largo Winch en BD depuis plus de vingt ans maintenant. Ressentez vous encore une certaine émotion après chaque d’album, comme ce fut le cas fin 2012 pour la publication de Colère Rouge ?

Philippe Francq : Oui, c’est toujours une satisfaction après y avoir travaillé toute une année. C’est un peu comme un accouchement. Toutefois, lorsqu’un album sort, je suis déjà attelé à la conception du suivant. Mais cette sortie me dégage l’esprit pour la suite. Cela me permet de refermer le chapitre dans ma tête alors que le lecteur est en pleine découverte du nouveau livre.

Quelques planches de Largo Winch 18

Depuis le début de la série, Largo a beaucoup évolué, passant du jeune vagabond qui fuit son destin à un homme d’affaires aguerri. Mais ce qui me marque le plus c’est que Largo l’orphelin s’est reconstitué une famille à travers ses amis et certains de ses collaborateurs. Même Dwight Cochran est rentré dans le moule de "la bande à Largo" ! Largo correspond-il encore "au chat qui s’en va tout seul" ?

Oui mais il y a une grosse différence. Déjà dans le physique de Largo, et c’est dû à plusieurs raisons : Il y a mon évolution dans le dessin et puis surtout, il y a une volonté de faire évoluer le personnage psychiquement et moralement. Je m’explique : lorsqu’il est arrivé à la tête du groupe, Winch était un jeune homme qui a été pris dans un tourbillon. Son père adoptif Nerio a été tué et tout s’est précipité autour de lui. De plus il a été confronté à ces douze apôtres que sont les présidents du Groupe W qui lui veulent tous, de près ou de loin, du mal.

Évidemment, Largo va mûrir au cours de ces 18 albums. C’est vrai qu’il assumera le rôle que va lui imposer Nerio Winch mais, malgré tout, tout en acceptant cette charge, il se dégagera du moule que son père adoptif avait façonné pour lui. D’ailleurs, les séquences où Largo est confronté au fantôme de son père n’apparaîtront quasi plus à l’avenir. C’est un peu comme dans la série Dexter où, pour des besoins de mise en scène, le "héros" est confronté régulièrement au fantôme de son père lorsqu’il se parle à lui même. Chez Largo c’est pareil. Nerio est psychiquement présent dans ses pensées.

Il n’apparaîtra plus car Largo a mûri. Il est arrivé à la tête du Groupe à 26 ans. Aujourd’hui, il en a trente et il commence à prendre des décisions qui lui sont propres. Par exemple dans Mer Noire, il donne une interview dans laquelle il explique ses projet pour lutter contre la crise économique. Un autre exemple matériel de cette indépendance, c’est le déménagement du siège du Groupe à Chicago. L’héritage du père est évacué afin que le fils puisse prendre une totale possession de son empire. C’est pour cela que Largo décide de la construction du Winch Tower Mansion, qui est en fait le nouveau Winch Building. C’est un bâtiment qui est plus à son image.

Le Winch Tower Mansion
à Chicago

Vous avez choisi un design audacieux pour ce nouveau QG.

Pas tellement. Le Winch Tower Mansion n’est pas si futuriste que ça mais il s’intègre bien dans notre époque car j’ai remarqué quelque chose dans les plans architecturaux actuels des buildings à travers la planète : Il y a beaucoup de structures tournantes. J’y ai puisé l’inspiration nécessaire.

Ce changement a pu être possible à cause de la situation économique actuelle. Les enjeux sont différents. L’avion à décollage vertical et ce nouveau bâtiment sont les symboles de l’adaptation du Groupe face aux nouveaux défis internationaux.

Sinon, je pense que ce chapitre building est clôt car, dans le prochain diptyque dont la première partie est intitulée "Chassé-croisé", on ne verra même pas ce building car l’action se passera à Londres.

Largo Winch a affronté d’innombrables ennemis tout au long de ses aventures, mais il n’a pas de vrai Némésis. Pensez-vous lui en créer une prochainement ?

Vous voulez dire un ennemi comme Rastapopoulos avec Tintin ou le Joker avec Batman ? Non, car nous ne sommes pas dans cette caricature-là. À travers les épisodes de Largo Winch, nous essayons de traduire un monde plus réel. Bien sûr, c’est une œuvre de fiction mais il y a différents registres. Dans le monde de Largo, les choses sont un peu moins théâtrales que dans le monde de Blake & Mortimer, par exemple. Il semble invraisemblable que, depuis cinquante ou soixante ans, le même adversaire ait la vie tellement dure qu’on le retrouve à chaque album. Non. Le monde de Largo est impitoyable et lorsque l’on tue un adversaire, il y a peu de chances qu’il revienne dans les épisodes suivants.

Il y a aussi une raison scénaristique. Les adversaires de Largo Winch n’ont pas un vrai désir d’abattre Largo. Ils veulent s’enrichir et c’est pour cela qu’ils le traque. La seule personne qui a ce désir apparaît dans ce diptyque "Mer Noire - Colère Rouge" car il s’agit d’une vieille histoire que l’on a supposée être commencée il y a très longtemps et qui éclate au visage de notre héros, sans qu’il s’y attende. Enfin, nous estimons qu’il est plus intéressant d’avoir une galerie de "bad guys" plutôt que d’avoir éternellement le même antagoniste.

Après 22 ans de Largo Winch, n’avez-vous toujours pas envie de faire une autre série ou un one-shot, dans un genre éloigné de Largo Winch ?

Oui, mais il faudrait que ce soit vraiment différent de ce que je fais actuellement ! J’ai envie de faire une histoire d’amour, sur un autre rythme avec des personnages à la psychologie fouillée. Le problème c’est que personne n’est venu me proposer un scénario intéressant qui me donnerait envie d’arrêter Largo Winch le temps d’une année ou plus. Les bons scénarios sont très rares, sauf chez Jean Van Hamme...

En parlant de Jean Van Hamme, celui-ci nous a confié qu’il écrivait un scénario pour le troisième film de Largo Winch. Où en est ce projet ?

C’est lui le scénariste. Il avait écrit une première version qui avait été refusée par la production. Là, il a écrit une seconde mouture qui a cette fois été acceptée. Cette histoire s’inspire du Prix de l’argent et de La Loi du dollar. C’est une problématique bien actuelle et ça peut faire un très bon film.

Nous devons encore boucler le budget. Il nous manque un réalisateur belge, car une bonne partie du tournage se passe en Belgique, au Luxembourg et un petit peu à Paris et en Haute Savoie. Enfin, nous sommes aussi à la recherche d’un nouveau Largo Winch et d’un Simon Ovronnaz. Exit Jérôme Salle et notre ami Tomer Sisley. Exit le Simon que l’on a vu dans le deuxième film. On n’en veut plus, pour plein de raisons. Nous allons faire un reboot mais avec la même boite de productions.

En ce qui concerne Freddy Kaplan, celui-ci semble s’être rangé des voitures... Va-t-il disparaitre petit à petit de la série ou au contraire, aura-t-il un rôle de mentor, un peu à la manière de John Sullivan ?

Lorsque l’on met un personnage comme cela à l’écart, c’est que l’on a des projets pour lui... Le but c’est de pouvoir utiliser ce personnage dans un autre contexte que celui de "chauffeur de taxi". Freddy travaille toujours pour la Winch Company et il est pilote d’essai sur le Mowgli III, l’avion à décollage vertical que l’on voit à la fin de Colère rouge. Silky Song, qui le remplace en tant que pilote personnel de Largo Winch est un personnage à part entière et elle a autant d’importance que Simon en tant que personne de confiance de Largo.

Concernant les présidents du Groupe, verra-t-on les uns et les autres dans un rôle un peu plus conséquent à l’avenir ?

Les personnages existent, mais c’est à nous de puiser dans ce vivier lorsque c’est nécessaire. On les voit de temps en temps à l’occasion d’une réplique, comme c’est le cas dans le cocktail au sommet du Winch Building, au début de Mer noire.

De quoi parlera Chassé-croisé, le prochain album de Largo Winch ?

Les tomes 19 et 20 se passeront à Londres. Nous ne mettons pas en avant un secteur du holding Winch en particulier, car c’est le Groupe W dans sa totalité qui sera en danger. Et pour une fois, Largo ne sera pas accusé de meurtre ou d’un quelconque trafic comme des armes ou de la drogue, ou encore de ne pas payer ses impôts... Je pense que Jean avait l’envie de faire une histoire un peu particulière. Il y aura peu d’action dans ce diptyque et tout se situera au niveau du jeu des personnages. Ce sera quasiment un huis-clos dans un hôtel où le personnage principal sera un ascenseur...

Ça s’appellera "Chassé-croisé". "Croisé" pouvant être interprété comme "occidental"... Mais je ne peux pas en dire plus sur la suite des aventures de notre beau milliardaire.

Largo Winch 19 - Chassé croisé
Francq - Van Hamme (c) Dupuis

Voir en ligne : Largo Winch : Un milliardaire en colère

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Colère Rouge sur Amazon ou à la FNAC

Commander Mer Noire sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Belle et longue interview qui donne envie de vite lire le prochain Largo ! Du thriller financier-économique de haute volée, parfois imité, jamais égalé....

    Répondre à ce message

    • Répondu par lebon le 8 mai 2013 à  19:02 :

      Un divertissement aux qualités indénibales, après, on aime ou on aime pas. Philippe Frank, un dessinateur généreux et très professionnel, rigoureux dans ses délais, une perle pour l’éditeur, il faut savoir le faire, bravo de tenir une telle distance, tous mes encouragements de lecteur comblé.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 11 mai 2013 à  12:08 :

        Après les "deux gébiteurs" dans l’article, voici les "qualités indénibales" ! C’est bon de rire parfois

        Répondre à ce message

        • Répondu par lebon le 12 mai 2013 à  22:16 :

          J’ai ri aussi en relisant ma coquille, on dirait un bout de titre d’un vieux Alix.Je ne sais pas vous, mais j’ai parfois l’impression que l’écriture au clavier rend dyslexique.

          Répondre à ce message

    • Répondu par Julien le 8 mai 2013 à  22:13 :

      C’est sur que les abonnés à Valeurs actuelles et l’Expansion doivent trouver cette série géniale...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Levil le 12 mai 2013 à  09:30 :

        Bien vu. Et parler de "marque" dit tout. Je préfère encore Cochonou ou Nutella.

        Répondre à ce message

        • Répondu par High Jack le 12 mai 2013 à  19:52 :

          Une maraue forte suscite la sympathie et la fidelite de ses clients pendant de longues annees, je ne vois pas ce au il y a de reprehensible, d autant plus
          que ses createurs sont toujours la.

          Répondre à ce message