Plongée en eaux profondes pour Largo Winch

27 décembre 2014 1 commentaire
  • Première mondiale : une expo-vente de reproductions de planches de Largo Winch placée dans une piscine, jusqu'à 33 m de profondeur ! C'est l'occasion de "plonger" avec les auteurs dans les secrets de leur dernière nouveauté et d'aborder les projets du fringant milliardaire.

Nous avions déjà évoqué dans nos pages le dernier tome de Largo Winch paru en novembre, sans doute l’un des plus réussis de la collection. Si, dans ce tome, les décors exotiques ne sont pas vraiment de la partie, Francq et Van Hamme s’amusent autant de leurs personnages que des idées convenues qui émaillent la politique internationale.

La City londonienne semblait un lieu légitime pour y placer les aventures du multi-milliardaire en blue-jeans. Pourtant, c’était une première pour Philippe Francq qui, non content d’évoquer les images les plus évidentes de la place financière, fait découvrir de Londres certaines facettes plus glamour, qui ne sont pas sans rappeler quelques situations déjà soignées par le dessinateur dans Des Villes et des femmes.

Plongée en eaux profondes pour Largo Winch

« Philippe m’a proposé de situer la prochaine aventure de Largo Winch dans Londres car il n’y était tout simplement jamais allé, nous explique Jean Van Hamme, Pour ma part, j’y ai travaillé un temps, et je continue à m’y rendre régulièrement. Sur la base du lieu, je dois construire l’intrigue, et comme Londres est une des quatre grandes places financières internationales, je trouvais légitime d’y placer le siège européen du Groupe W. Comme l’Europe est actuellement le malade économique de l’Occident, une réunion du big board est organisée, mais l’intrigue dérive rapidement vers le djihadisme. Pourtant, la règle des Largo Winch est de ne pas se fier aux apparences. On part donc d’une série de clichés pour les renverser et proposer l’inverse de ce que le lecteur attend. »

Jean Van Hamme, toujours bien entouré
Photo : © CL Detournay

À la différence de longues courses-poursuites qui ont parfois rythmé certains albums précédents, Van Hamme prend ici un grand plaisir à mettre plus longuement ses personnages en situation. On les connaît depuis tant d’albums ! Aussi prend-il à rebours l’image que l’on s’est faite d’eux, modifiant sensiblement leur personnalité.

« Largo a été amoureux quelques fois, mais il n’a jamais vécu réellement de coup de foudre, précise le scénariste. C’est d’ailleurs pour brouiller les cartes qu’on fait intervenir Charity, une des premières femmes de la série, puis que l’on passe à Domenica, une bisexuelle au caractère fort, représentative d’un fantasme masculin. Ces deux femmes vont une fois de plus jouer un rôle à contre-emploi, particulièrement Domenica qui ne trouvera personne à mettre dans son lit. Au contraire de Pennywinkle et Cochrane, dont on s’attend à ce qu’ils représentent l’establishment en toute situation, et qui vont connaître des aventures surprenantes... »

Dans la piscine du Nemo 33, des reproductions de planches du dernier album de Largo Winch sont exposées jusqu’à - 33m
Photo : © Nemo 33

Van Hamme adresse un clin d’œil à ses fans en reprenant l’un des personnages d’Histoire sans héros figurant dans Vingt ans après. L’introduction est réalisée par un Largo Winch lui-même qui s’intéresse à ce qui s’est passé au milieu de cette jungle. Pour l’anecdote, le panneau d’entrée de la piscine Nemo 33 a été réalisé par Dany, le dessinateur d’Histoire sans héros. « Il me fallait un candidat à la direction de la division aéronautique, raconte Van Hamme, Ce qui prouve que Largo continue de s’intéresser à cette branche, et à qui il peut expliquer en deux images la recherche sur la pile à hydrogène. Cette utilisation récurrente de personnage est un private joke très personnel et qui ne porte pas à conséquence. Le concept est de jouer avec nos personnages en provoquant des situations inattendues. Un autre raccourci que j’ai découvert récemment est ce petit pavé d’interview, que certains lecteurs pourront passer si cela ne les intéresse pas, mais que les plus férus d’économie liront afin de mieux comprendre le quotidien de Largo Winch. »

Des planches sont également exposées en dehors de l’eau
Photo : © CL Detournay

L’avantage du diptyque est que l’on peut truffer l’intrigue d’éléments et soigner sa mise en scène pour mieux ménager ses effets de surprise ; l’inconvénient est que l’on doit attendre le second tome pour accéder à l’histoire complète. Van Hamme en convient : les premières parties de diptyques se vendent 20% moins bien à la nouveauté. Pour contrer cela, Van Hamme est parvenu à fermer une bonne partie de ses intrigues secondaires à la fin de Chassé-Croisé, ce qui permet de lire cette première partie avec plaisir, sans ressentir de trop grande frustration lors du cliffhanger final.

« Les deux scénarios sont écrits d’une traite, explique Van Hamme, Mais il est vrai qu’il a fallu attendre ce tome 19 car Philippe a pris le temps de refaire toutes les couleurs des premiers albums de la série. Toutefois, j’espère que la suite de Chassé-croisé sera disponible à la fin de 2015.

Et effectivement, je boucle pas mal d’intrigues dans ce premier tome, mais attendez-vous à des retours de manivelles qui m’ont beaucoup amusé. Ce premier tome comprend tous les clefs de la seconde partie : le jeu triple de cette héroïne, la personnalité de l’imam défroqué, etc. Il vous reste à savoir ce que pensent réellement ces personnages, et comment cela va influencer leurs actes. »

Le coup de foudre de Largo

La scène centrale du récit est la rencontre dans un cocktail entre Largo Winch et cette jeune femme qui joue un jeu trouble. Comme vient de l’expliquer le scénariste, c’est la première fois que Largo Winch tombe ainsi en arrêt devant une femme. Connaissant l’intérêt du scénariste pour les chausse-trappes, on en vient à se demander quelle est la part de vérité dans cet étonnant coup de foudre. « Il y a bien entendu une part d’autobiographie dans chaque récit, confesse le scénariste. « Pour ceux qui douteraient du coup de foudre vécu par Largo, c’est exactement ce qu’il s’est passé pour moi il y a trente-huit ans. Je suis arrivé accompagné de ma petite amie de l’époque à un repas d’amis communs, où j’ai rencontré cette femme, qui n’était également pas venue seule. Et nous sommes repartis ensemble, laissant nos pièces rapportées de côté, et après une folle nuit, nous nous mis en ménage, alors que nous avions juré l’un comme l’autre, que l’on ne nous y reprendrait plus. »

On peut également admirer les planches par les fenêtres du restaurant
Photo : © CL Detournay
Philippe Francq
Photo : © CL Detournay

Femmes et architecture

Une fois de plus, le dessin toujours magnifique de Philippe Francq s’associe efficacement au scénario. Si le dessinateur tire pleinement parti de la ville de Londres pour réaliser une visite de lieux emblématiques, il n’a pas son pareil pour dessiner des personnages vivants et réalistes : « Je prends autant de plaisir à dessiner les femmes que les hommes, explique Philippe Francq. Mais les femmes représentent souvent l’élégance incarnée. Je peux les habiller ou les coiffer autrement toutes les deux pages. Cette forme d’esthétisme transparaît dans tout l’album. Les femmes me permettent d’aller plus loin dans mon désir de dessiner de belles choses. »

Philippe Francq continue par ailleurs de dessiner de superbes bâtiments, sensés représenter l’image des entreprises de Largo Winch au travers du monde. Il nous livre le secret de ces constructions révolutionnaires : « L’architecte Hervé Tordjman est un fervent lecteur de Largo Winch, et je suis tombé amoureux de ses réalisations. Lors de la sortie de l’album précédent, il m’a contacté afin qu’on se rencontre. »

« Cela a été le début d’une aventure architecturale au sein de la bande dessinée, raconte l’architecte, interrogé de son côté. Nous voulions renforcer la crédibilité des bâtiments utilisés dans la série. Puis c’était l’occasion d’avoir une architecture personnalisée pour Largo Winch, ce qui colle avec le personnage. Philippe s’est donc inspiré d’un de mes projets de tours jumelles pour Canton. D’un autre côté, il avait besoin d’une salle de réunion pour le Big Board, et m’a demandé d’utiliser un projet réalisé pour la Tour de la Défense. »

Une salle d’exposition sous-marine

Plutôt que de privilégier un cadre classique pour le lancement de l’album, éditeurs et auteurs avaient joué une nouvelle fois la carte de la différence, en proposant au visiteur de voir les planches du dernier Largo... dans la piscine du Nemo, un parc d’attraction bruxellois consacré à la plongée sous-marine : sur les murs qui longent le bassin, mais également sous l’eau ! Les reproductions sont en aluminium et mesurent 75cm x 100cm. Elles sont dédicacées par les 2 auteurs, Jean Van Hamme et Philippe Francq, et seront proposées à la vente dès la fin de l’exposition. Il vous reste donc quelques jours pour aller visiter à Bruxelles la plus incroyable exposition de planches jamais réalisée.

« Le Nemo 33 est un cadre plus original qu’un salle de cocktail classique, explique Van Hamme. Nous avons donc sympathisé avec le directeur, et c’est lui qui a eu l’idée d’immerger les planches et de réaliser cette exposition sous-marine. De par cette rencontre, j’ai écrit une petite nouvelle, que Philippe a illustrée, et qui sera remis aux acheteurs d’un album lors de leur visite au Nemo 33. »

Largo Winch sans Jean Van Hamme

On le sait, de toutes ses créations, Largo est le personnage que Van Hamme apprécie le plus : il a tout d’abord développé ses aventures en romans avant de les adapter pour la bande dessinée. Toutefois, lorsqu’on lui demande, avec la diplomatie nécessaire, quel avenir il envisage à terme pour Largo Winch (on sait qu’il a désormais passé la main sur ses autres séries : XIII, Thorgal, Lady S...), on sent que cette question a déjà été envisagée avec son dessinateur Philippe Francq : « Mon souhait est que Largo puisse continuer à vivre des aventures en bande dessinée sans mon concours. Philippe s’est tellement investi dans Largo Winch que cela est totalement légitime. C’est lui tiendra les rênes de cette continuité. Je pense qu’il fera appel à des récits réalisés par différents romanciers, qu’il adaptera lui-même en bande dessinée. Mais j’ai encore quelques envies à assouvir d’ici-là ! »

Le tandem gagnant de Largo Winch
Photo : © CL Detournay

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Largo Winch T19 : Chassé-Croisé par Jean Van Hamme et Philippe Francq, Dupuis chez Amazon ou à la FNAC

- Exposition Largo Winch au Nemo (jusqu’au 31 décembre 2014).
Nemo 33
Rue de Stalle, 333 (Rond-point des Menhirs)
B-1180 Uccle (Bruxelles)
Belgique
GPS : 04°19’01’ Est - 50°47’47’ Nord
Tél : +32 2 332 33 34
Fax général : +32 2 333 38 39
Permanence accueil : En semaine, du lundi au vendredi : de 10h à 18h
Permanence accueil : WE & jours fériés : de 11h à 18h

 
Participez à la discussion
1 Message :