Newsletter ActuaBD

Prince Eleven T1 & 2 - Par Go Ikeyamada - Kurokawa

  • Au programme de ce shojo: romance, trahison, désir de vengeance et... football (oui, oui !) avec une adolescente se faisant passer pour un mec, le tout dans une ambiance assez légère.

Midori vit sur une petite île pratiquement coupée du monde. Lorsqu’elle était enfant, elle a sympathisé avec un garçon de son âge, en vacances sur ce petit bout de terre, avec qui elle jouait au ballon. C’est de cette rencontre qu’est née sa passion pour le foot, mais aussi son premier émoi. Trois ans plus tard, Midori et Tsukasa se retrouvent par hasard. Le garçon est devenu un jeune prodige du ballon rond et il séduit très rapidement son amie d’enfance. Mais lorsqu’elle comprend qu’il a abusé de ses sentiments, Midori se jure de le lui faire payer. Elle va alors rejoindre un lycée tokyoïte pour apprentis footballeurs en cachant sa véritable nature.

Une fille dingue de foot dans un shojo, ça n’est pas courant ! En plaçant des histoires de cœur dans ce milieu majoritairement masculin, Prince Eleven se démarque un peu des séries souvent plus lisses côté environnement de base. Mais passée cette petite originalité, on a bel et bien affaire à un shojo pur jus. Un triangle amoureux se met en place, les réflexions sentimentales de Midori se bousculent et sa fausse identité apporte son lot de quiproquos et de situations comiques.

Qu’il s’agisse du dessin ou du scénario, Go Ikeyamada fait du bon boulot. C’est joli et plaisant à lire (même s’il vaut mieux être une fille pour vraiment l’apprécier), mais on pourra tout de même reprocher à la mangaka une utilisation un peu répétitive de certains contextes ajoutant une tension au récit.

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Prince Eleven T1 & 2 - Par Go Ikeyamada - Kurokawa
    22 mai 2010 10:33, par patrick

    "même s’il vaut mieux être une fille pour vraiment l’apprécier"

    Que voulez vous dire par là ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Baptiste Gilleron le 22 mai 2010 à  22:51 :

      Simplement que c’est un titre purement "shojo", donc s’adressant à un public féminin, et qu’en tant qu’homme je me sens de ce fait moins concerné que ne l’aurait été une jeune lectrice.

      Certains shojos peuvent tout à fait intéresser un plus grand nombre, celui-ci est calibré. Mais tout dépend ensuite du resenti et de la sensibilité de chacun.

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD