Questor – T1 : "Ménage à Troie" – Par Sala et Saviori – Soleil

14 mai 2011 0
  • Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur les Grecs. Voici un duo plus porté sur l'amphore de vin et les grosses bourses bien remplies que sur le culte du corps et le respect des dieux. Anciens compagnons de batailles, Idoméneus et Aeson se sont reconvertis et sont devenus questeurs, les meilleurs enquêteurs du monde grec.

Le jour de la chute de Troie, Idoméneus Decalionide décide que la victoire n’a pas la même gloire à ses yeux que celle racontée par les poètes et décide de quitter l’armée grecque pour devenir questor, une profession naissante visant à enquêter, afin qu’aucun crime ne reste impuni.

Ils deviendront ainsi, lui et son ancien porte-bouclier Aeson, les plus grands questeurs grecs. C’est 23 ans après cette décision qu’ils seront engagés par Klytië, une femme aussi belle que mystérieuse envoyée par le meilleur questeur “du monde”. Celui-ci a besoin de leur collaboration pour mettre un terme à une enquête sans précédent.

Questor – T1 : "Ménage à Troie" – Par Sala et Saviori – Soleil
Grandeur et décadence
© Soleil

Jean-Luc Sala, scénariste de l’excellente série Cross-Fire, change de religion pour nous emmener dans le panthéon de l’antique civilisation grecque.

Questor est un croisement entre Sherlock Holmes et Atalante. Bien que cupides et empâtés, les questeurs associés prouvent dès ce premier tome qu’ils méritent leur titre : Déductions qui font mouche, sérum de vérité et liquide révélateur d’indices.

En revanche, là où l’humour de Cross-Fire est amené grâce au personnage comique d’Angelo, celui de Questor paraît omniprésent et à force peu digeste. On a parfois l’impression que les jeux de mots saturent le récit, tant les références sont nombreuses.

Nicolas Saviori, dessinateur Italien travaillant déjà sur Akron le guerrier apporte à l’album un trait maitrisé et plaisant. Ses personnages sont expressifs et dynamiques, ses décors sont fournis et bénéficient de toute la grandeur développée depuis longtemps dans les péplums tels que Jason et les Argonautes.

Un long voyage s’annonce...
© Soleil

Questor est donc une série appréciable, qui bénéficie d’un scénariste que l’on sait compétent et d’un dessinateur tout à fait adapté. Pour ne rien gâcher, les couleurs de Matteo Bassini (Luuna tome 6) sont sans fausse note.

(par Nicolas Depraeter)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander l’ouvrage chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?