Interviews

STRATÉGIE - Mourad Boudjellal : « Le véritable « héros » aujourd’hui dans la bande dessinée, c’est le monde, c’est la vie !… » [PODCAST]

Par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 29 mars 2022                      Lien  
Il avait décidé d’arrêter son activité dans le sport : « Si je reviens dans le monde de la BD, c’est parce que dans le monde du sport, du rugby, j’ai tout gagné. Cela fait quinze ans de vie avec des émotions très fortes et très intenses, quasiment usantes. » Rencontrant par l’intermédiaire d’un ami le président du directoire de Vivendi et président d'Editis, Arnaud de Puyfontaine, celui-ci lui propose de reprendre l'édition BD pour le groupe. D’abord hésitant, il demande « une année blanche » pour voir s’il a gardé le goût de la BD. Il l’avait gardé. Il revient avec une vingtaine de projets, dont le contenu et le nom du label sont encore tenus secrets, et publie en attendant l’anecdotique "ElyZée" où il règle ses comptes avec un candidat de l’élection présidentielle. Où en est Mourad Boudjellal par rapport à la BD ? Va-t-il bousculer le secteur ? C’est ce que nous avons voulu savoir.

Une interview de Didier Pasamonik - Montage : Thelma Susbielle

Mourad Boudjellal pilotant un des secteurs BD d’Editis, le N°2 français de l’édition en passe de fusionner avec le numéro 1 Hachette, ce n’est pas rien. Dans les années 1980, l’homme était celui qui, avec Guy Delcourt, avait réussi au mieux coller à l’esprit du temps, révélant des auteurs comme Didier Tarquin, Christophe Arleston, Jean-Louis Mourier, Jean-Luc Istin et bien d’autres. Il a ainsi bousculé les conventions en relançant Futuropolis dans une étonnante association avec Antoine Gallimard, avant d’aller faire carrière, avec le talent qu’on lui connaît, dans l’univers du ballon ovale où sa « grande gueule » a animé longtemps la chronique journalistique. Le voici de retour dans l’édition.

Ce fils d’immigrés algériens et arméniens, jeune frère du dessinateur Farid Boudjellal, organisateur de festival BD au sortir de l’adolescence (il y fréquente aussi bien Franquin, que Moebius ou Yves Chaland) est un passionné de BD passé par toutes les étapes du métier. Il vend d’abord ses BD sur les marchés, puis crée une librairie à Toulon, avant de lancer sa maison d’édition Soleil. Après avoir relancé le label Futuropolis avec Gallimard, il crée son propre outil de diffusion en association avec Guy Delcourt, DelSol. En dépit de ces succès, Mourad Boudjellal dérange : trop populaire, trop « grande gueule »…

La direction artistique du Festival d’Angoulême prend une mine contrite quand elle feuillette sa production, pas assez « Télérama » ? Trop « plouc », le Mourad ? Il installe des stands à la sono tonitruante et organise des soirées privées qui sont courues par les initiés (dont ActuaBD, bien sûr…) On y croise aussi bien Bernard Lavilliers, qu’Eddy Mitchell ou Claude Lelouch. À Angoulême ! C’est qui encore le plouc ?

À ce stade, Mourad Boudjellal a l’opportunité de mettre la main sur le RCT (Rugby Club Toulonnais) qu’il pilote entre mai 2006 et février 2020. Sous sa houlette, le RTC devient le premier club européen à remporter trois coupes d’Europe consécutives, en 2013, 2014 et 2015. En 2014, il rafle son quatrième titre de champion de France, réalisant ainsi un doublé historique Coupe d’Europe-Championnat. Il contribue à professionnaliser le secteur du rugby. Son secret ? Son culot. Il sort le chéquier pour faire venir les joueurs et les entraîneurs les plus talentueux du monde. En quelques années, il devient une légende.

STRATÉGIE - Mourad Boudjellal : « Le véritable « héros » aujourd'hui dans la bande dessinée, c'est le monde, c'est la vie !… » [PODCAST]
Mourad Boudjellal en mars 2022
Photo : Droits réservés.

Un nouveau défi

« J’arrive à un âge où l’envie est une chose importante. On est parti comme cela avec Editis en mai 2021. J’ai travaillé pendant de longs mois dans l’ombre et je me suis rendu compte très très vite que la flamme était toujours là parce qu’elle date de mon enfance. J’ai grandi dans la BD. J’ai rêvé d’être éditeur de BD, pas président d’un club de rugby ou de foot ! »

extrait du Podcast d’ActuaBD.com

Une vocation intacte, donc.

Le calcul d’Editis est plus subtil. Boudjellal, outre son passé de professionnel, a aujourd’hui une analyse distanciée du secteur, ce qui lui permet d’arriver avec des idées neuves. Comme ancien patron d’un club sportif, il sait ce qu’est une communauté de fans solide, soudée sur laquelle s’appuyer pour conquérir. C’est aussi un communicant hors pair. Ce sont les facteurs-clés du succès d’aujourd’hui dans l’édition, au point de susciter une révolution, sinon son aggiornamento ?

Écoutez son analyse de la situation du marché :

« Il y a onze ans, on était à la fin d’un cycle qui avait été très marqué par les héros récurrents qu’il y avait en bande dessinée, notamment dans l’Heroïc Fantasy. Arrivent les grandes séries Netflix… Avant cette époque-là, au cinéma, on avait un film [avec le même héros], parfois deux, rarement trois, alors qu’en bande dessinée on pouvait suivre un héros pendant quasiment toute sa vie. Le cinéma et les séries TV étaient venues concurrencer la bande dessinée sur ce point. Les héros récurrents n’étaient plus la force de la BD. Idem pour les effets spéciaux : en BD, on pouvait y faire ce que l’on ne pouvait pas faire au cinéma. Il y a onze ans, quand je suis parti, c’était l’inverse : on pouvait faire des choses au cinéma bien plus impressionnantes que ce que l’on pouvait faire en BD.

La BD a évolué face à tout cela et s’est énormément, à mon sens, dirigé vers le roman graphique. Elle a pris un rôle sociétal très important et aussi pratique pour plusieurs raisons : il y a une génération d’enfants dans le monde qui ont été élevés dans l’image depuis l’avènement de l’Internet ; il y a une culture universelle qui s’est créée aussi, ce n’était pas le cas avant : il y avait un style espagnol, français, italien de BD. Aujourd’hui, quel que soit le pays, on a une culture universelle et je crois que les auteurs de BD, grâce à cela, s’intéressent au monde, aux choses, à la vie, à ce qui se passe… Le véritable « héros » aujourd’hui dans la bande dessinée, c’est le monde et c’est la vie ! »

extrait du Podcast d’ActuaBD.com

Vingt titres sont donc prévus dans les mois à venir qui concrétiseront la vision qu’a Mourad Boudjellal de la BD aujourd’hui. On est curieux de voir !

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782384450022

Photos en médaillon : Mourad Boudjellal – Droits réservés.
LIKEZ, COMMENTEZ ET ABONNEZ-VOUS À NOS PODCASTS :
- Découvrir sur Spotify
- Découvrir sur Anchor
- Découvrir sur Breaker
- Découvrir sur Google Podcasts
- Découvrir sur Apple Podcasts
- Découvrir sur Pocket Casts
- Découvrir sur Radio Public

Mourad édiitons tout public Marché de la BD : Faits & chiffres 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
4 Messages :
PAR Didier Pasamonik (L’Agence BD)  
A LIRE AUSSI  
Interviews  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD