Seven to Eternity T. 3 - Par Rick Remender et Jerome Opeña - Urban Comics

22 juin 2019 0 commentaire
  • Le périple du renégat Adam Osiris, en compagnie du Roi Fange, dictateur manipulant les esprits de milliers de personnes, se poursuit, cette fois en destination du ciel. C'est sur une cité volante que se situe la prochaine étape du voyage.

Par intérêt personnel, Adam a trahi ses compagnons et sauvé Garils, le Roi Fange. Devenu l’un de ses sujets, il tente de l’emmener aux Chutes de Zhal pour y obtenir la guérison au mal qui le ronge. Mais chemin faisant, tous deux sont attaqués par des citoyens du royaume céleste de Skod. C’est que ces pilleurs ont pour chef le pirate Volmer qui n’est autre qu’un fils renégat de Garils. Un enfant qui a un lourd passif à régler avec son père.

Ce nouveau volume de Seven to Eternity offre une fois de plus un dépaysement saisissant. Le cadre dépeint, magnifié par le dessin absolument splendide de Jerome Opeña , offre des perspectives magnifiques par le biais de cette cité volante et de ses systèmes de suspension par ballons flottant dans les airs. Envers ténébreux et cloisonné de cet avers ouvert et lumineux, les geôles où finissent le Maître des Murmures, réduit au silence, et son acolyte d’infortune, transpirent la peur et le sordide. Bref, au niveau de l’atmosphère et de l’imaginaire, la série de Rick Remender maintient son excellence.

Pour le reste, nous avons quand même le sentiment que l’intrigue n’avance que par saccades, ou à la marge. Certes, les tragédies individuelles et collectives demeurent bien dépeintes et le destin terrible de la population de Skod, victime elle aussi d’une entourloupe du Roi Fange, frappe les esprits.

Mais les effets d’annonce des bouleversements prédits, sans cesse rappelés mais jamais concrétisés, donnent l’impression que l’action demeure toujours à venir et continue de se faire attendre. Impression étrange, due à une recherche de grandiloquence ou de hauteur de vue qui alourdit parfois la narration.

Toute l’aventure semble ne devoir progresser que par le surgissement successif de péripéties inattendues qui font mine de retarder le déroulement de l’action tout en déplaçant néanmoins les personnages un peu plus loin vers le but. Un faux rythme, qui donne à voir de l’inconnu superbement mis en images avec le défaut, parfois, de trop distendre le fil de l’histoire.

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Seven to Eternity T3 : "Tomber de haut". Par Rick Remender (scénario), Jerome Opeña (dessin) et Matt Hollingsworth (couleur). Traduction Benjamin Rivière. Urban Comics, collection Indies. Sortie le 30 mai 2019. 104 pages. 15,50 euros.

Lire la chronique du T1
Lire la chronique du T2

  Un commentaire ?