"Simirniakov" (L’Association) : Vanoli mêle histoire et burlesque dans la Russie tsariste

15 avril 2019 0 commentaire
  • Dans la Russie du XIXe siècle, les inégalités restent dignes du Moyen Âge. Sirminiakov, propriétaire terrien comme ses aïeux, a sous ses ordres des dizaines de paysans. Mais, las des tracas que provoque la direction de son domaine, le seigneur tergiverse... Vanoli dépeint avec finesse un pays à la fois réaliste et fantaisiste, faisant au passage honneur aux artistes russes.

Quelque part entre Saint-Pétersbourg et Moscou, en 1853, Simirniakov dirige un vaste domaine agricole. Héritées de ses ancêtres, ces terres sont pour lui autant une bénédiction qu’une malédiction. Certes à l’abri du besoin et protégé par un système séculaire, il doit cependant faire face aux râleries de ses paysans, à la vindicte de son voisin et aux méfaits de son fils. Lui qui n’aspire qu’au repos doit sans cesse prendre des décisions, se montrer à la fois ferme et conciliant et penser à la prospérité de sa propriété. En un mot : assumer ses responsabilités !

Simirniakov est engourdi par ce que nous croyons généralement caractériser « l’âme russe ». Plein de contradictions, il pose un regard mélancolique sur le monde. Il rêve de se retirer mais est sans cesse soumis aux injonctions de son entourage. Il flotte d’un souci à l’autre, se reprend, perd pied. Quelque peu fataliste, il voudrait néanmoins voir sa condition évoluer. Parviendra-t-il à la paix tant convoitée ?

Rien n’est moins sûr, car la Russie tsariste, d’apparence sclérosée, est en fait en plein bouillonnement. Un frémissement parcourt les campagnes. Les idées d’égalité et d’indépendance émergent. Certains pensent même à la révolution, car de nouvelles analyses circulent en Europe depuis le milieu du XIXe siècle. Mais la police du tsar veille et la menace d’un voyage forcé en Sibérie fait encore son effet.

Vanoli donne vie à ce bourgeonnement. Mais plutôt que de s’embourber dans un récit historique classique, qui risquerait d’ennuyer tout en oubliant de faire ressentir l’esprit de l’époque, il choisit la fantaisie pour animer ses personnages et égayer son histoire. Un moujik capable de lévitations, des anachronismes légers et inattendus, des dialogues enlevés permettent de teinter de farfelu une histoire digne de « Tostïevski » - le nom est inventé par l’auteur.

Le dessin de Vanoli correspond à merveille à cette ambiance. Capable de détailler ses décors tant dans de petites cases que dans des pleines pages, il ose inventer des compositions très originales tout en s’inspirant de l’illustration traditionnelle russe, elle aussi fervente de la représentation d’une multitude de détails tirés de la vie quotidienne. Les personnages aux nez tordus et les animaux parfois bavards s’animent comme de petites figurines au milieu d’isbas miniatures.

Le tout, graphisme et narration, est à la fois typique des œuvres de Vanoli et un hommage discret à la littérature russe. Certaines personnages, en particulier Simirniakov et sa famille, sont dignes des pièces d’Anton Tchekov (1860-1904). Les thèmes abordés - la vie provinciale ou les contradictions entre les aspirations personnelles et les pesanteurs sociales par exemple - se retrouvent dans Simirniakov, souvent nuancés d’humour.

Si nous pouvons ajouter une petite référence à Mikhaïl Boulgakov (1891-1940) pour l’appel au merveilleux voire au fantastique, c’est bien l’esprit de Tchekov qui domine chez Vanoli. Le mélange de réalisme presque documentaire dans la description des groupes sociaux et le ton tragicomique de son ouvrage lui donne un aspect indéniablement littéraire, renforcé par son habileté graphique et ses choix esthétiques. Et c’est que nous attendons d’une bonne bande dessinée.

"Simirniakov" (L'Association) : Vanoli mêle histoire et burlesque dans la Russie tsariste
Simirniakov © Vanoli / L’Association 2019
Simirniakov © Vanoli / L’Association 2019
Simirniakov © Vanoli / L’Association 2019

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Simirniakov - Par Vanoli - L’Association - collection Éperluette - 22 x 29 cm - 64 pages en noir & blanc - couverture souple avec rabats - parution le 8 mars 2019.

Consulter le site de l’auteur.

Lire également sur ActuaBD : D’une île à l’autre – Par Vanoli – L’Association

  Un commentaire ?