Tintin sous la caméra de Patrice Leconte

13 octobre 2020 6 commentaires
  • C'est Le Figaro qui l'annonce : le réalisateur Patrice Leconte ("Monsieur Hire", "Ridicule", "Les Bronzés", "Le Magasin des suicides"...) pourrait adapter "Tintin et les bijoux de la Castafiore" au cinéma, en live action. Leconte est un incontournable du cinéma français. Ayant commencé dans "Pilote" comme dessinateur de bande dessinée, il revient à l'un de ses mythes fondamentaux : Tintin.

Après l’adaptation du Secret de La Licorne en 2011 par Spielberg, c’est un Francophone qui pourrait faire revivre les aventures de Tintin au cinéma, en prise de vue réelle cette fois. Le réalisateur a pour ambition de transposer l’un des plus fameux albums de Tintin, Les Bijoux de la Castafiore publié en 1963 considéré comme un des plus aboutis de la série.

Tintin sous la caméra de Patrice Leconte
Couverture des Bijoux de la Castafiore
©Moulinsart-Hergé

On a déjà pu voir Tintin au cinéma et en chair et en os, deux films dans les années 1960. C’est le troisième en live, donc. Le dessin animé de Steven Spielberg et Peter Jackson devait avoir une suite réalisée par Peter Jackson. Le projet est pour l’instant en stand-by.

Si cela se concrétise (car le chemin est long pour une telle réalisation), une version française de Tintin par Leconte devrait voir le jour. D’autant que le cinéaste avait déjà dit non. Celui-ci confiait à ActuaBD en 2011 le risque que représente un tel projet : « Transposer une BD au cinéma peut être un piège. » surtout pour Tintin nous disait-il : "Pour Tintin, j’ai dit non, parce que je trouvais l’œuvre d’Hergé inadaptable. Je tiens à préciser que je n’ai pas encore vu le film de Spielberg à l’heure où je vous parle." Spielberg lui a-t-il fait changer d’avis ? Il semblerait...

Faut-il encore que le cinéaste obtienne les droits, en effet, pour l’instant le projet est en cours de négociation avec les producteurs américains. Le cinéaste confie au Figaro : "Vivement que ça se débloque.".

Patrice Leconte est un cinéaste accompli avec des films à succès, Les Bronzés bien sûr mais aussi Ridicule ou encore Les Spécialistes. Il recevait d’ailleurs ce week-end un Prix d’honneur pour l’ensemble de son œuvre dans le cadre du Film Festival de la Comédie de Monaco. On lui fait donc entièrement confiance.

Leconte est parallèlement sur un autre projet de film avec Gérard Depardieu dans le premier rôle, une adaptation du Maigret de Georges Simenon, tournage à débuter en février. Affaire à suivre...

(par Klara LESSARD)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Le problème est que les droits ciné de Tintin n’appartiennent pas à Moulinsart mais aux producteurs américains de Spielberg, c’est à eux qu’il faut les acheter... et ça risque d’être compliqué.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 13 octobre à  23:27 :

      Mais non, les droits sont à la Paramount et le film sera produit par Paramount France, ça ne devrait pas poser trop de problème.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 14 octobre à  14:20 :

        C’est bien ce que je dis, les droits ciné de Tintin sont aux producteurs américains de Spielberg, c’est à dire la Paramount... Et je doute que le bureau français de celle-ci puisse imposer quoi que ce soit à sa puissante maison mère. Je doute aussi que Spielberg autorise un concurrent, fût-il un petit Français, à marcher sur ses plates-bandes.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Fred le 14 octobre à  15:41 :

          N’importe quoi. Après le succès mitigé du premier Tintin en images de synthèse, la suite est tombée à l’eau. Tintin reste inconnu aux USA, ils ne font et ne feront plus rien de la franchise, autant la laisser à leur filiale française.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 15 octobre à  08:26 :

            N’importe quoi, vraiment ? Lisez les récentes déclarations de Nick Rodwell.

            Répondre à ce message

          • Répondu le 16 octobre à  06:02 :

            Daniel Couvreur a interviewvé Nick Rodwell pour Le Soir. Le patron de Moulinsart parle de fake news.

            Répondre à ce message