Écoutez les interviews et émissions d'ActuaBD
Apple Podcast Spotify Podcast Google Podcast

Todo Loco T1 – Par Emmanuel Grard et Lolita Séchan – Mécanique générale

17 février 2010 7 Albums par Marianne St-Jacques
🛒 Acheter
  • Imaginez une jungle urbaine, une enclave humaine aussi isolée que le village d’Astérix et peuplée par une étrange ribambelle : un mini Dark Vador exhibitionniste, un yéti alcoolique, une intello tyrannique, une diva angoissée, un crâneur sportif, son rival dépressif, une bambine naïve et une peste démoniaque. Voilà la distribution de {Todo Loco}, un album qui se veut complètement déjanté.

Avec Todo Loco, les auteurs nous présentent un univers original et absurde. Un concept qui, au départ, paraît amusant mais qui devient vite lassant : si l’album contient un immense potentiel humoristique, les meilleures blagues se perdent dans la surenchère de gags vulgaires et scatologiques. De même, plutôt que de miser sur l’ironie latente ou sur le caractère subversif de certains personnages, les auteurs préfèrent se pencher sur des running gags prévisibles qui perdent leur saveur au fil des répétitions.

Todo Loco T1 – Par Emmanuel Grard et Lolita Séchan – Mécanique générale
Couverture de l’album
©Grard, Séchan et Mécanique générale

L’album contient toutefois quelques bons côtés : les répliques de la machiavélique Linlin et la petite Monax sont tout simplement assassines. Le lézard Denvix et le pingouin Ernestox, deux figurants qui ne s’expriment qu’avec des pancartes, collent bien avec la dimension absurde et aléatoire de l’ouvrage. Enfin, les quelques clins d’œil intertextuels contenus dans l’album agrémentent la lecture.

Néanmoins, dans l’ensemble, ce premier tome reste décevant et, contrairement, à ce que promet l’éditeur, l’album ne parvient pas à « nous en mettre plein les gencives ». Malheureusement, les auteurs n’ont pas réussi à exploiter la dimension potentiellement virulente de Todo Loco. Aussi, on ne peut qu’inviter Séchan et Grard à laisser de côté l’humour facile afin de mieux développer la véritable richesse de cet univers : son mélange explosif de personnages hors-normes.

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Votre article a la dent dure...
    La scénariste est la fille d’un très grand chanteur/parolier (et également mariée à un autre chanteur/parolier de renom) du coup, ça ne doit pas être évident pour elle de se lancer dans l’écriture quand on a un poids aussi énorme sur les épaules.

    Il faut lui laisser le temps et l’encourager. Certe l’album contient des faiblesses mais personnellement je trouve que ça va.
    J’ai été sensibilisé au personnage de Lolita et à son pote Manox grâce au Sblorf :
    http://www.sblorf.com/
    site sur lequel a été prépublié l’album.

    Pour un premier livre, vous auriez pu être un peu plus indulgent.
    Et puis le dessin est très vivant et super original, rien que pour ça il faut l’acheter.

    Répondre à ce message

  • La scénariste (néophyte) n’est autre que la fille de Renaud et la compagne de Renan Luce. Son père étant grand amateur (et collectionneur) de BD il est naturel qu’elle ait choisi cette voie.

    Répondre à ce message

  • Denvix n’est pas un lézard mais un dinosaure.

    Pour le reste, les goûts et les couleurs... Perso j’ai adoré cette BD, mais à vous lire et d’après votre style alambiqué de pseudo-intellectuelle-du-dimanche, je comprends pourquoi vous n’avez pas aimé.

    Retournez donc à la BD belge !

    Répondre à ce message

  • ActuaBD se démarque de la plupart des sites sur la bande dessinée en ne chroniquant pas de manière absolument positive tous les albums reçus en service de presse. (même si généralement, l’auteur de la critique cherche toujours à trouver un point positif)

    C’est une preuve d’indépendance. Que Lolita Séchan soit la fille de Renaud n’y change rien.

    Répondre à ce message

  • Cette série a beaucoup de potentiel. J’ai d’ailleurs insisté sur ce fait. Cependant - je le répète - ce potentiel n’est pas exploité.

    Lolita Séchan a déjà publié aux 400 coups :
    http://www.editions400coups.com/livres/les-cendres-de-maman

    Répondre à ce message

  • Ils me font marrer vos commentaires. Pourquoi faudrait-il être indulgent avec un album raté sous prétexte que la scénariste est la fille d’un chanteur alcoolique connu ???

    Répondre à ce message

    • Répondu par Michel Dartay le 18 février 2010 à  20:25 :

      Le rôle d’un journaliste est d’informer et de donner son avis, pas de passer systématiquement la brosse à reluire ! Pour cela, les communiqués auto-satisfaits des éditeurs suffisent largement (pire au niveau démago et manque de recul qu’un programme d’homme politique) ! Et c’est un libraire BD qui vous le dit !

      Quant au fait "c’est une fille de" : honnétement cet argument n’a rien à faire dans l’appréciation d’un livre. Le lecteur cherche à lire un bon livre, pas le livre moyen d’une "fille de". Et si ce genre de commentaire la choque, elle n’avait qu’à prendre un pseudo, histoire de se mettre au niveau de n’importe quel auteur débutant.

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD