dBD n° 143 : Chers disparus !

6 juin 2020 0 commentaire
  • Non, le virus n’est pas responsable de toutes les disparitions que le monde de la BD a eu à connaître ces derniers temps ! Néanmoins, ça commence à faire beaucoup ! On se surprend à constater que la rubrique nécrologique va bientôt prendre le pas sur le contenu éditorial de nos revues et préférées ! Rien d’étonnant à ce que "dBD" consacre plusieurs pages à tous ces auteurs disparus prématurément.

Près d’une trentaine de pages sont donc consacrées à ces grandes figures dont la mort a souvent été éclipsée pour cause d’actualité recentrée sur la (ou le) Covid-19. En dépit d’une actualité déjà plombée auparavant (voir le précédent numéro de dBD), Frédéric Bosser se voit contraint de remettre le couvert avec René Follet, André Chéret, François Dermaut et Albert Uderzo.

Si l’exercice reste toujours un peu convenu, on a choisi de retourner dans les archives pour remettre en page certains entretiens et articles déjà publiés. Toujours généreusement illustrée, cette cascade d’hommages se parcourt agréablement et s’avère souvent instructive. N’a t-on pas dit qu’il fallait revoir ses classiques en ces périodes de confinement ? La cohabitation de ces quatre grands donne à la fois une vision éclectique du genre et permet aussi d’en apprécier toute la richesse et la diversité.

Quoi de commun entre l’épopée d’un petit Gaulois, l’humanisme un peu « boy-scout » d’un héros préhistorique, la fraîcheur et la jeunesse de René Follet ou encore la précision du trait de François Dermaut ? Le talent, sans doute ! Rien que le talent !

Un autre disparu hante aussi ces pages en la personne d’Hubert, sobrement évoqué par Zanzim à l’occasion de la sortie de l’ultime album (Peau d’Homme chez Glénat) du scénariste.

Cette nouveauté comme le post-apocalyptique Convoyeur du tandem Armand et Roulot (Lombard), l’étonnant Incroyable de Zabus et Hyppolyte publié par Dargaud ou encore le politique Travail comme les autres d’Alex W. Inker chez Sarbacane bénéficie ntd’une généreuse exposition dans les pages du magazine.

BD et chanson, se sont croisées, mélangées bien plus souvent qu’on ne le croit. C’est tout le mérite du très érudit article de Christian Marmonnier de nous le rappeler sans fausse note !

Disparue ? Ce fut le cas aussi le cas de dBD qui, comme d’autres titres, a vu sa parution et sa diffusion perturbées et dont l’existence à terme demeure menacée.

Ce numéro daté Mai-juin, volontairement copieux marque son retour dans les kiosques ! Un déconfinement à soutenir.

Voir en ligne : dBD en ligne

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En kiosques et en librairies spécialisées BD.

  Un commentaire ?