"de Gaulle à la plage" - Par Jean-Yves Ferri - Ed. Dargaud

21 décembre 2007 0 commentaire
  • Charles de Gaulle est devenu un mythe célébré aussi bien par le président Sarkozy que par le colonel Kadhafi. Jean-Yves Ferri en fait une sorte de Jacques Tati en tongues. Drôlatique et nostalgique.

Charles de Gaulle avait confié à André Malraux : « Au fond, mon seul rival international, c’est Tintin ». Il n’y pouvait rien : le reporter à la houppe avait plus de notoriété que lui, en dépit de son profil aisément caricaturable et de ses mots d’auteurs qui inspirèrent jusqu’à Audiard. C’est que Tintin disposait d’une arme redoutable pour le battre : la bande dessinée.

Jean-Yves Ferri a-t-il conscience qu’il exécute aujourd’hui une vengeance personnelle de l’homme de Colombey ? Quelques années après le portrait-charge qu’en avaient fait Yann et Hardy (La Patrouille des libellules), Ferri, sous la forme d’un album inspiré de la série Martine, met en scène Mongénéral profitant de sa traversée du désert des années cinquante pour aller à la plage, au soleil et reluquer les demoiselles en compagnie de Churchill venu lui rendre visite en ancien collègue de travail. Des petites saynètes absurdes du même tonneau que l’autre série dont Jean-Yves Ferri est le coauteur avec Manu Larcenet, Le Retour à la terre.

"de Gaulle à la plage" - Par Jean-Yves Ferri - Ed. Dargaud
"de Gaulle à la plage" - Par Jean-Yves Ferri - Ed. Dargaud

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?