Bande dessinée : Marine Le Pen s’étale dans les étals

16 février 2017 4 commentaires
  • C’est de saison : les Présidentielles suscitent une effervescence éditoriale proportionnelle à l’exposition médiatique des figures de la politique. Figure centrale et « gore » d’un futur angoissant, Marine Le Pen occupe l’actualité… et les librairies.

Bande dessinée : Marine Le Pen s'étale dans les étalsCes derniers jours, il n’est pas un seul candidat à la magistrature suprême de la France qui n’a pas son ouvrage exposé dans les étals, qu’ils émanent de la cellule de communication de leurs états-majors, de leurs opposants politiques ou d’auteurs et de journalistes qui cherchent simplement à informer leurs lecteurs sur la marche du monde. Par ailleurs, on connaît le goût des lecteurs pour les récits « gore ». Walking Dead est aussi présent à la TV qu’en bande dessinée dont la version française chez Delcourt fait recette.

Avec la prochaine élection, les amateurs de politique et de frissons en ont pour leur argent : au curseur des nouveautés BD, si l’on en croit le Rapport de Gilles Ratier pour l’ACBD, Marine Le Pen fait jeu égal en terme de tirage avec Thorgal, L’Élève Ducobu et Spirou & Fantasio. Trois nouveautés récentes en témoignent.

"La face crashée de Marine Le Pen" (Grasset)

JPEGAvec La Face crashée de Marine Le Pen (Ed. Grasset) le dessinateur de Charlie Hebdo, Riss et l’avocat Richard Malka remettent leurs pas dans le grand succès qu’a été La Face karchée de Sarkozy (Vents d’Ouest) il y a quelques années. Aidés par le journaliste du Point, spécialiste du FN, Saïd Mahrane, ils passent à la brosse à rire la biographie de la présidente du Front où l’on retrouve son père avec sa cohorte de nostalgiques du nazisme, sa jeunesse de fêtarde en compagnie des étudiants de l’extrême droite, les « marinettes » Zemmour, Villiers et Buisson, et la rivale tapie dans l’ombre, Marion Maréchal qui attend son heure… C’est grinçant, drôle souvent, sans concession et à charge, bien évidemment.

Dans un registre plus uchronique mais aussi plus factuel, François Durpaire et Farid Boudjellal publient le deuxième tome de La Présidente : Totalitaire (Ed. Les Arènes BD) qui imagine ce que serait la France si la patronne du Front National devenait subitement la Présidente des Français, ce qui selon les derniers sondages est de l’ordre des possibilités. Historien et journaliste compétent, Durpaire projette chacune des mesures du FN dans le futur et évoque avec précision et réalisme ce qu’il adviendrait si son programme était appliqué à la lettre. Ce n’est pas sans évoquer les premiers mois de l’installation du nazisme en Allemagne et on en a froid dans le dos.

"La Présidente T.2 : Totalitaire" (Arènes BD)

JPEGPlus réaliste encore, ce n’est rien de le dire, L’Illusion nationale (Les Arènes BD – XXI) - et pour cause puisque c’est un roman-photo - qui retrace l’enquête réalisée pendant deux ans par Valérie Igounet, historienne spécialiste des extrême-droite et du négationnisme et du photographe-reporter Vincent Jarrousseau dans les municipalités FN : Hayange, Beaucaire et Hénin-Beaumont. Elle constate le « vide politique » de sa politique. Une expérience avec des « vrais gens » qui montre que ce vide politique est surtout le fait de l’abandon de populations livrées à elles-mêmes dans une société où le politique précisément se perd dans les méandres de la modernité.

Que signifient ces productions ? Elles traduisent bien évidemment le goût du public pour le « gore », pour le frisson qui consiste à se faire peur en imaginant Madame Le Pen élue, avant, peut-être de le faire en vrai, en guise de « coup de semonce » aux habitués de la politique….

Ces BD peuvent-elles influencer le vote ? Pas vraiment. Comme le disait le dessinateur américain Ben Katchor dans nos pages : « Je pense que les BD ou les caricatures dites « engagées » sont seulement lues par les gens que cela concerne. La grande masse des électeurs ne s’y intéresse pas. C’est pourquoi vous trouvez très peu de ces travaux dans les grands journaux. Il y a des questions plus fondamentales, comme la domination de l’homme blanc dans ce pays, qui ne sont pas traitées parce qu’il n’y a personne pour les consommer et parce que ce ne serait pas convenable de les publier. Il est plus important de changer les mentalités que d’éradiquer Georges Bush. »

C’était en 2004. Trump a succédé à Bush. Si les mentalités ont changé, c’est en pire.

"L’Illusion nationale" (Ed. Les Arènes)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Lire aussi :

- "Le Pen, la présidente : la terrifiante hypothèse

- L’interview de François Durpaire et Farid Boudjellal

Commander « La Face crashée de Marine Le Pen » (Ed. Grasset) chez Amazon ou à la FNAC

Commander La Présidente T. 1 chez Amazon ou à la FNAC

Commander "La Présidente T.2 : Totalitaire" (Arènes BD) chez Amazon ou à la FNAC

Commander « L’Illusion nationale » (Les Arènes BD – XXI) chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Entre Le Pen la fasciste, Fillon le filou, Macron le Rastignax, Hamon le lâcheur, Mélenchon le stalinien et Bayrou le Ringard, il va encore falloir aller voter contre… mais contre quoi ? Pour éviter le pire. Mais ils sont tous pires ! Virez-les tous ! Pas un seul capable de ne pas se prendre les pieds dans le tapis avant les élections ! La pire élection présidentielle de la Vème République !
    Ils sont encore plus comiques que les caricatures qu’on pourrait tirer d’eux !

    Répondre à ce message

  • Je vous trouve un peu hâtif dans la condamnation du public et de son goût pour le « gore », comme vous dites. Ce que vous constatez ici est plutôt l’appétence des éditeurs pour ces sujets...

    Répondre à ce message