"Le Voyage de Hafiz El Sudani" : un réfugié témoigne de son parcours en dessins

1er mars 2018 0 commentaire
  • Le collectif Dessins sans papiers a rencontré le réfugié soudanais Hafiz Adem en mars 2017. Six mois plus tard, un livre était prêt à être édité. Hafiz Adem n'est pas le premier à témoigner de son périple et le dessin a déjà été utilisé pour raconter le sort des réfugiés. Mais rarement une telle spontanéité et un témoignage si fort avaient pu être accessibles sous cette forme.

Hafiz Adem est né en 1990 à Aumkebish, au Soudan. Comme des milliers d’autres, venus d’Afghanistan, d’Irak, de Syrie, d’Érythrée ou encore du Mali, il a choisi de quitter sa famille et son pays pour se réfugier en Europe. Parce que sa vie était en danger, parce son avenir était compromis, il est parti, bravant le désert et le mer, les violences des passeurs et des policiers, les centres de rétention et les nuits dehors. Sans savoir s’il trouvera un accueil, et craignant toujours d’être renvoyé dans ce Soudan où sa survie est sans espoir.

Combien sont-ils à avoir pris les mêmes risques que lui ? Nous ne le saurons jamais : la Méditerranée est devenue un cimetière impossible à sonder. Hafiz Adem, lui, est parvenu jusqu’à Paris. Après avoir séjourné en prison et assisté à l’exécution de son frère par les sbires d’El Bashir, il a réussi à fuir, passant la frontière avec la Libye. C’est le début d’un périple de presque trois ans, qu’il dessine et raconte dans ce Voyage de Hafiz El Sudani.

Hafiz Adem a rencontré le collectif Dessins sans papiers en mars 2017 à la Porte de La Chapelle. Créé en juin 2016, ce collectif vient en aide aux réfugiés à Bruxelles, Nantes et Paris. Grâce à des ateliers encadrés par des bénévoles, les réfugiés peuvent s’exprimer par le dessin : un moyen d’accéder à la parole pour ceux qui ignorent le français. Un premier livre a été édité en 2017, réunissant des dizaines de dessins. Celui de Hafiz Adem est donc le second du collectif, qui réemploie l’argent récolté dans les ateliers, l’aide directe aux réfugiés et le soutien à d’autres associations.

"Le Voyage de Hafiz El Sudani" : un réfugié témoigne de son parcours en dessins
Le Voyage de Hafiz El Sudani © Hafiz Adem / Atelier SP 2017
Le Voyage de Hafiz El Sudani © Hafiz Adem / Atelier SP 2017
Le Voyage de Hafiz El Sudani © Hafiz Adem / Atelier SP 2017
Le Voyage de Hafiz El Sudani © Hafiz Adem / Atelier SP 2017
Le Voyage de Hafiz El Sudani © Hafiz Adem / Atelier SP 2017

Réalisé grâce à une souscription, Le Voyage de Hafiz El Sudani a été édité en octobre 2017. Il a donc fallu peu de mois pour que Hafiz Adem dessine son histoire, de sa vie au Soudan avant son arrestation à son quotidien au foyer d’accueil des demandeurs d’asile, en passant par le travail - proche de l’esclavage - en Libye, la traversée et le sauvetage en Méditerranée, le rapide séjour en Italie, où les coups de matraque l’obligent à donner ses empreintes, et la survie à Paris.

Ses dessins sont simples et colorés, mais pas si enfantins que nous pourrions le croire. Dans une sorte d’art brut, ou d’art modeste si nous reprenons l’expression du peintre Hervé Di Rosa, il dresse des scènes saisissantes. Les perspectives multiplient les points de vue, à la manière d’un cubisme spontanée, et quelques détails soulignent l’action : un dessin qui va à l’essentiel, comme un témoignage dans l’urgence.

Accompagnant ses dessins, son récit est lui aussi sobre, direct, sans emphase, terriblement réaliste et pourtant jamais pathétique. Dessins et textes en français, anglais et arabe se répondent, créant un témoignage d’une rare intensité. À lire et à partager, dans une période où le sort des réfugiés est pour le moins incertain...

Le Voyage de Hafiz El Sudani © Hafiz Adem / Atelier SP 2017
Le Voyage de Hafiz El Sudani © Hafiz Adem / Atelier SP 2017
Le Voyage de Hafiz El Sudani © Hafiz Adem / Atelier SP 2017

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le Voyage de Hafiz El Sudani - Par Hafiz Adem - récit recueilli par Audrey Cluzel - postface de Hervé Di Rosa - traduction d’Aya Abdalla, Lina Abd Alhameed, Ahmad Jan & Karim Issa - 84 pages couleur - Atelier SP / Dessins sans papiers - octobre 2017.

Pour suivre les actions de l’association Atelier SP / Dessins sans papier et se renseigner : https://dessinssanspapiers.wordpress.com & https://www.facebook.com/groups/dessinssanspapiers.

Pour trouver le livre :
- Le Monte-en-l’air (Ménilmontant / Paris)
- Galerie Arts Factory (Bastille / Paris)
- L’Ilot Pages & Librairie Zenobi (Malakoff)
- La Mystérieuse Librairie Nantaise & Les Biens Aimés (Nantes)
- Librairie Candide (Bruxelles)
ou sur commande à l’adresse dessinssanspapiers@gmail.com.

Sur le même thème, lire également sur ActuaBD :
- Immigrants - Collectif dir. par Chr. Dabitch - Futuropolis
- Alpha : Abidjan - Gare du Nord - Par Stéphane-Yves Barroux et Sandrine Bessora - Gallimard
- "Les Frontières de la honte", un reportage de La Revue Dessinée sur les migrants en consultation libre.
- CRA, Centre de Rétention Administrative - Par Meybeck - Des ronds dans l’O
- L’immigration, au cœur de l’actualité... et de la bande dessinée !
- Mana Neyestani, dessinateur iranien et réfugié politique
- Fabien Vehlmann et la situation des migrants

  Un commentaire ?