24e édition du festival de Sollies-Ville

23 août 2012 4 commentaires
  • Focus sur sans doute le dernier festival du mois d'août, dont l'invité d'honneur est Juan Guarnido, et qui est dédié à Jean Giraud - Moebius.

Après près d’un quart de siècle, c’est toujours sous le soleil que Sollies-Ville s’apprête à accueillir les visiteurs pour sa 24e édition. Et de Soleil d’or, il en est question, car c’est bien le nom que portent les récompenses décernées aux auteurs.

Des animations gratuites

Cette année encore, seront octroyés les prix suivants, dès ce vendredi 24 à 18h30 :
24e édition du festival de Sollies-Ville Grand Prix
- Meilleur album de l’année
- Meilleur graphiste
- Meilleur coloriste
- Meilleur scénariste
- Meilleur album jeunesse

Les anciens Grand Prix seront normalement également de la fête. Sans doute une occasion unique des les rencontrer au détour d’un coin (de table) : François Boucq, Jean-Claude Denis, Frank Le Gall, Bernard Cosey, Frank Margerin, Charles Berberian, Jean-Pierre Gibrat, Michel Plessix, Jacques de Loustal, François Schuiten, Frank Pé, ...

Pour sa part, Juanjo Guarnido étant l’invité d’honneur 2012, il a invité dix auteurs Espagnols, de quoi réaliser une belle table ronde à cette occasion. Les sujets abordés seront “Les spécificités de la BD espagnole" et le “Rapport entre bande dessinée et animation”.

Les expos cette année seront aussi destinées aux enfants avec des originaux d’Antoon Krings et ses Drôles de petites bêtes, ainsi qu’à Loîc Jouannigot et l’adaptation en BD des aventures de La Famille Passiflore chez Dargaud.

Bernard Cosey proposera pour sa part une relecture de Zeke raconte des histoires alors que Joe G. Pinelli et Thierry Bellefroid feront une performance Lecture en Peinture sur le texte de Giono : L’Homme qui plantait des arbres.

Notez enfin que Tardi sera également présent et dédicacera uniquement le fameux Portrait sous influence T1 au profit d’une association qui lutte contre l’illettrisme en s’occupant d’orphelins chiliens et qui a pour projet de leur construire une crèche.

Des auteurs "à l’œuvre"

Vous pourrez également profiter d’une fenêtre ouverte sur le 2ème tome de Portraits sous influences, car cette année encore, une trentaine d’illustrateurs se sont pris au jeu et ont réalisé leur autoportrait (ainsi que la liste des artistes qui les ont influencés).

Mais ce sera aussi l’occasion de rencontrer vos auteurs fétiches lors de classiques séances de dédicaces.

Les auteurs en dédicace

Joost Swarte proposera également une projection Trafic avec plus de 40 images qui devraient passionner tous les amateurs, alors que Frank Pé, le dessinateur naturaliste des magnifiques albums de Zoo et Broussaille, réalisera à la demande de grands dessins animaliers (1m²) qui seront ensuite dispersés auprès des collectionneurs.

Mais le festival vous propose encore d’autres surprises comme un concours de bande dessinée ouvert aux amateurs et couvert par un jury de professionnels,

Allez découvrir ce festival qui allie longévité et convivialité !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La 24e édition du Festival de Sollies-Ville se tient ces 24, 25 et 26 Août 2012.

Plus d’informations sur le site du festival

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • 24e édition du festival de Sollies-Ville
    23 août 2012 22:36, par Bastien

    Frank Pé réalisera à la demande de grands dessins animaliers (1m²) qui seront ensuite dispersés auprès des collectionneurs.

    Dispersés ??? C’est-à-dire ? Offerts ou vendus ?

    Répondre à ce message

  • Auteur je fréquente souvent les festivals à travers la France depuis un paquet d’années déjà (jamais Sollies-Ville encore), mais depuis 3 ou 4 ans je constate qu’un fossé se creuse entre les auteurs bourgeois, vivant allègrement de leurs ventes et les crève-la-faim (dont je suis malheureusement) ne subsistant que par des aides ou un second travail. Il y a toujours eu des différences de succès entre les auteurs, mais ça tourne à la lutte des classes, les perspectives de chacun étant à l’aune de leurs revenus, les plus favorisés pensant que c’est leur talent qui est récompensé (avec raison parfois) et que les petits vendeurs sont des dilletantes. Soyons franc, l’animosité provient plus des petits vendeurs (et des moins talentueux d’ailleurs) que des gros vendeurs.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 29 août 2012 à  09:50 :

      oui, c’est le resultat de la crise : les pauvres s’appauvrissent et les riches s’enrichissent. Ça se vérifie dans tous les autres domaines...

      Répondre à ce message