Adeline Blondieau défend les couleurs de la BD sur IDF1

20 juin 2008 16 commentaires
  • Adeline Blondieau ne se contente plus de scénariser des bandes dessinées (Angeline chez Soleil) : elle a décidé de défendre le 9ème art dans son ensemble, sur le petit écran avec Adeline avec les bulles, une nouvelle émission de télévision, sur IDF1, une chaîne locale d’Île de France.

Productrice de télévision depuis deux ans, la scénariste et actrice Adeline Blondieau est plutôt encline à produire des sujets qui lui tiennent à cœur. Comme elle est elle-même scénariste de bande dessinée (Angeline avec Éric Summer, Sébastien Goethals et Serge Fino, chez Soleil), il lui a semblé tout à fait naturel de consacrer un de ses projets au 9ème Art. Elle a en effet pu constater qu’à part Un monde de bulles de Jean-Philippe Lefèvre dans une étonnante contre-programmation de la chaîne parlementaire Public-Sénat, la BD était un peu le parent pauvre culturel du petit écran. Adeline a fait le choix d’un talk show qui sera diffusé sur IDF1, une chaîne de télévision locale de l’Ile de France qui couvre un bassin de population de 12 millions de personnes dans Paris et sa région. Adeline avec les bulles durera 26 minutes et recevra des invités en plateau, entre divers reportages.

Adeline Blondieau reprend là une casquette d’animatrice que les habitués de Sous le soleil, le feuilleton qui l’a fait connaître, ne lui soupçonnaient guère. C’est pourtant comme animatrice qu’elle avait fait ses débuts à la télévision sur TF1 et M6. «  Je pense le public de la bande dessinée est en train de se développer et de se féminiser aussi. J’ai vraiment envie de mettre en valeur des gens qui n’ont pas toujours l’occasion de s’exprimer, de parler de leur travail et de tous les métiers de la bande dessinée », nous dit-elle. Dans ce talk show, elle passera au crible la carrière de son invité, mettra en relief son discours sur la bande dessinée et tentera d’émailler l’émission avec des sujets sur l’actualité de la bande dessinée, que ce soient les festivals, les manifestations. On découvrira aussi des bandes annonces de BD adressées par les éditeurs.

Adeline Blondieau défend les couleurs de la BD sur IDF1
Adeline Blondieau, productrice et animatrice de "Adeline avec ses bulles"
Photo : M. Toussaint/Starface - Tous droits réservés. Reproduction

« À l’origine, j’avais fait un pilote d’une durée plus courte, à peu près quatre minutes, nous raconte Adeline Blondieau. La chaîne a pensé que les éditeurs soucieux de monter un partenariat avec la chaîne voudront un format plus conséquent. On a alors proposé un pilote de 13 minutes. Ils nous ont dit « banco » puis, trois jours avant le tournage, tout le monde a décidé que ce serait bien de faire un 26 minutes avec un vrai temps laissé aux auteurs pour s’exprimer. » La cible, c’est le grand public. La productrice entend faire une émission qui puisse être regardée y compris par les néophytes, mais sans décevoir les fans.

Lorsqu’elle est arrivée dans le petit monde de la BD en 2004, en pleine vague de la BD « people », faisant la couverture du numéro 1 de Bande Dessinée magazine, le journal qu’Hervé Loiselet lança pour le compte de Soleil, une partie des « puristes » de la bande dessinée avait poussé les hauts cris. Jean-Christophe Menu s’en étouffait presque, vociférant contre le « Voici-BD » et la « presse-poubelle ».

Sa persistance dans la défense et l’illustration de la bande dessinée plaide pour la scénariste : « On m’attendait au tournant dans les premiers festivals. J’ai été mise sur le grill. Et puis, ils ont été étonnés de voir que je connaissais la BD, que je la lisais depuis que je savais lire. Au départ, on m’avait demandé de collaborer à un album et il se trouve qu’ensuite, j’ai rencontré des dessinateurs qui m’ont demandé de bosser avec eux. Il a fallu montrer patte blanche mais, après, j’ai été super bien accueilli. Je pense que les trois premiers albums que j’ai faits, même s’ils n’ont pas faits des ventes hallucinantes, ont eu leut petit succès d’estime, parce que les histoires se tenaient et qu’il y avait de bons dessinateurs. Il y a des « people » que je ne citerai pas qui se sont contentés d’apposer leur nom en espérant que ça se vende. Nous on a bossé dessus, on y a passé des heures. Dans un des albums d’Angeline, il y a tout un passage sur les sectes. Eh bien, j’ai passé plusieurs jours à me documenter sur les suicides collectifs dans les sectes. On a fait ce travail parce que c’était notre passion et pour aucune autre raison. »

Adeline Blondieau n’a pas pour autant abandonné la BD comme scénariste. Elle vient de signer une nouvelle série chez Bamboo, un projet qui sera dessiné par Bernard Swysen : L’heure de la sortie, lancé en août prochain. « Je n’ai pas l’impression de prendre le pain de la bouche d’autres auteurs, nous confie la scénariste. Je pense qu’il faut faire de la place aux femmes dans ce métier, et ce genre de préoccupation correspondait à l’une des attentes de Bamboo.  »

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

« Adeline avec des bulles » : toutes les semaines, le samedi à 18h00 sur le Canal 22 de la TNT gratuite, sur le Canal 17 de Noos/Numericable en Île-de-France et sur le canal 214 de Free. La première se déroulera le samedi 28 juin et accueillera Marcel Gotlib et Michel Rodrigue.

Photos : M. Toussaint/Starface - Tous droits réservés. Reproduction interdite.

 
Participez à la discussion
16 Messages :
  • Adeline Blondieau défend les couleurs de la BD sur IDF1
    20 juin 2008 11:56, par anne honyme

    Va-t-elle défendre toute la BD (inclus les livres difficiles d’accès destinés à un public confidentiel) ou uniquement les mainstrream des "moyens" ou "gros" éditeurs ? that’s the vraie question !

    Répondre à ce message

    • Répondu par 6P le 20 juin 2008 à  14:07 :

      Pour répondre à ta question, analysons quelques éléments...
      Sur la photo, on peut voir des support cartonnés de Black et Mortimer, XIII, Cédric. Adeline a les mains posées sur une pile de livres cartonnés, dont une série. Pas d’autres formats.
      Dans le communiqué de presse on peut lire, je cite : "La cible, c’est le grand public. La productrice entend faire une émission qui puisse être regardée y compris par les néophytes, mais sans décevoir les fans." Donc voilà le grand public c’est des néophytes, va pas falloir trop les bousculer avec des trucs qu’ils connaissent pas (on est à la télé), et les fanatiques, il faudra bien les contenter...
      Du pur mauvais esprit, certes, mais je reste très optimiste, ça ne pourra jamais être aussi affligeant qu’Un monde de Bulles, impossible. Ce sera donc la meilleure émission sur la bande dessinée à la télévision.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 20 juin 2008 à  16:08 :

        Sur la photo, on peut voir des support cartonnés de Black et Mortimer, XIII, Cédric.

        En même temps, des supports cartonnés pour des PLV de trucs pas populaires, ça n’existe pas.

        Adeline a les mains posées sur une pile de livres cartonnés, dont une série. Pas d’autres formats.

        En même temps, c’est LE format BD européen le plus répandu. Sur une pile de livre de BD genre format roman. Ç’est moins évident. On peut aussi entrer dans des histoires de quotas idiots qui feraient avaler que dans une famille représentative, il faudrait trois blancs et un pas blanc...

        Dans le communiqué de presse on peut lire, je cite : "La cible, c’est le grand public. La productrice entend faire une émission qui puisse être regardée y compris par les néophytes, mais sans décevoir les fans."

        En même temps, faire une émission pas ciblée grand public... je ne vois pas quel producteur aurait la chance de pouvoir la vendre à un diffuseur...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 20 juin 2008 à  16:20 :

          Cher lecteur,

          Vous écrivez :

          Dans le communiqué de presse on peut lire, je cite : "La cible, c’est le grand public. La productrice entend faire une émission qui puisse être regardée y compris par les néophytes, mais sans décevoir les fans."

          Une précision s’impose. Vous avez lu ici non pas un "communiqué de presse", comme vous dites, mais un article. Il est même signé, figurez-vous. Il y a donc derrière une interview de la productrice avec des informations validées, non le recopiage d’un dossier de presse quelconque. Que vous ne soyez pas capable de faire la différence, c’est inquiétant.

          Au cas où vous l’auriez oublié, vous êtes dans un système marchand, et la télévision est un métier comme un autre. Il faut bien que ces braves gens trouvent de quoi boucler leur budget. IDF1 est une télé indépendante, non subventionnée. Il n’y a pas de miracle : la publicité est leur seul revenu, d’où la course à l’audience.

          Bienvenue dans le réel.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 20 juin 2008 à  22:54 :

            Je me suis posé la question de savoir si c’était un article ou un communiqué, j’y ai donc mal répondu, désolé. Sinon, oui, c’est inquiétant.


            Au cas où vous l’auriez oublié, vous êtes dans un système marchand, et la télévision est un métier comme un autre. Il faut bien que ces braves gens trouvent de quoi boucler leur budget. IDF1 est une télé indépendante, non subventionnée. Il n’y a pas de miracle : la publicité est leur seul revenu, d’où la course à l’audience.

            Ces braves gens, comme vous dites, gagnent leur vie comme ça leur chante, ce n’est pas mon problème et ce n’est pas demain la veille que j’entendrai cet argument comme une excuse d’aucune sorte sur le manque de qualité et la pertinence ou pas, d’un programme ou d’une chaine. Manquerait plus que ça d’ailleurs. Vous imaginez : "Oui, bon, on ne cause que de choses très communes, sans grande pertinence... mais il faut nous comprendre, faut bien qu’on boucle notre budget". Mais alors, quel serait l’intérêt d’une telle émission sinon de les faire vivre. Le titre de l’info est un peu peu exigeant que ça : "défendre les couleurs de la "BD". Qu’ils coursent l’audience, comme vous dites, si c’est de leur volonté. La question initiale portait sur la diversité du contenu (et il le sera peut-être), et ce n’est pas au téléspectateur de s’inquiéter de savoir s’ils bouclent ou pas leur budget, et de trouver ainsi une excuse aux ficelles de l’audience, c’est aussi ça le système marchand : on a le droit s’en fichre. Et on aura bien le droit de critiquer si c’est du niveau des indices de l’image (qui est une image de prod d’ailleurs, non ?).
            — -
            > Bienvenue dans le réel.

            Tiens, c’est au moins la seconde fois que vous me le dites dans vos réponses. et je vous l’affirme, on EST dans la même réalité. Ni l’un ni l’autre en voie de disparition.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 21 juin 2008 à  00:31 :

              Et on aura bien le droit de critiquer si c’est du niveau des indices de l’image (qui est une image de prod d’ailleurs, non ?).

              Ce serait mieux de critiquer sur pièce, non ? Là, ce que vous faites, c’est un procès d’intention. Je suis aussi personnellement très curieux de voir le résultat. Mais avec Gotlib comme premier invité, comment pouvez-vous prétendre qu’il n’y aura pas la qualité ? Gotlib, ça se pose là, quand même.

              Donc faire de l’art divinatoire sur une photo de plateau (fournie par la production, je confirme), vous en avez bien le droit, mais je ne trouve pas ça très pertinent.

              Répondre à ce message

        • Répondu le 20 juin 2008 à  21:50 :

          Encore une fois, je ne fais que relever ce qu’il y a sur l’image proposé....


          > En même temps, des supports cartonnés pour des PLV de trucs pas populaires, ça n’existe pas.

          Et la PLV, c’est sensé être le summum du décor d’un plateau tévé ? Un passage obligé ? Sans compter qu’en se donnant un peu de mal, on doit pouvoir trouver des cartonnés de Maus ou d’autres choses moins gnan-gnan.


          (Le cartonné)
          En même temps, c’est LE format BD européen le plus répandu. Sur une pile de livre de BD genre format roman. Ç’est moins évident. On peut aussi entrer dans des histoires de quotas idiots qui feraient avaler que dans une famille représentative, il faudrait trois blancs et un pas blanc...

          Ha non pas vraiment, c’est le format franco-belge le + répandu, là oui. Je constate simplement la pile, c’est un indice, pas intentionnel ni revendiqué.


          > En même temps, faire une émission pas ciblée grand public... je ne vois pas quel producteur aurait la chance de pouvoir la vendre à un diffuseur...
          Là, on doit pas regarder les mêmes chaines mais bon... C’est une émission généraliste, ça indique aussi une ligne éditoriale. Je ne faisais que répondre à la question posé.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 21 juin 2008 à  07:56 :

            Et la PLV, c’est sensé être le summum du décor d’un plateau tévé ? Un passage obligé ? Sans compter qu’en se donnant un peu de mal, on doit pouvoir trouver des cartonnés de Maus ou d’autres choses moins gnan-gnan.

            En même temps, c’est IDF1 pas ARTE. Et c’est IDF1 pas TF1. Donc le budget décor ne doit pas être le summum non plus.

            (Le cartonné) En même temps, c’est LE format BD européen le plus répandu. Sur une pile de livre de BD genre format roman. Ç’est moins évident. On peut aussi entrer dans des histoires de quotas idiots qui feraient avaler que dans une famille représentative, il faudrait trois blancs et un pas blanc...

            Ha non pas vraiment, c’est le format franco-belge le + répandu, là oui.

            Si on compte, en Europ,e le nombre d’exemplaires BD vendus, je suis certain que c’est le format franco-belge qui reste encore le plus vendu pour l’instant. Donc, niveau impact visuel et niveau représentativité, c’est celui qu’il fallait choisir pour ratisser large.

            > En même temps, faire une émission pas ciblée grand public... je ne vois pas quel producteur aurait la chance de pouvoir la vendre à un diffuseur... Là, on doit pas regarder les mêmes chaines mais bon...

            Que ce soit une petite chaîne ou une grosse. La production TV reste coûteuse.
            En même temps, c’est IDF1 pas ARTE.
            Je crois pas que tu sois la cible d’IDF1.

            Répondre à ce message

  • Tout ce décors ... c’est une copie de la fantasmagorique émission "Un Monde de Bulles"...
    Le titre s’en rapproche... ça va faire copie mais en beaucoup moins bon.
    Quant à Adeline Blondieau comme scénariste de Bande Dessinée... ça relève du niveau de celui qui écrit les dialogues de "sous le Soleil" ...elle manque de crédibilité, c’était le temps où Mourad Boudjellal faisait signer les "people", histoire de faire vendre des albums, mais tout est tombé à l’eau : Lelouche, Chouraqui, Blondieau... Disparu du catalogue, entre 1 et 2 albums !
    Alors Adeline qui présente la Bande Dessinée, j’émets de grandes réserves !

    Répondre à ce message

  • Espérons que cela vole plus haut que "Un monde de bulles" !!!

    Répondre à ce message

    • Répondu par nina le 21 juin 2008 à  17:33 :

      Bonjour, moi je suis fan d’un monde de bulles depuis le début, je suis halluciné de vos critiques, vous n’aimez pas le ton du présentateur, j’imagine que vous auriez préferer un mec froid et éffacé ???, trés souvent si il n’y a pas le présentateur l’interview est impossible car les auteurs ne savent pas s’exprimer, vous avez vu l’émission d’adeline Blondiau, moi je l’ai vu, elle est incapable de rebondir sur une question, elle ne comprend pas les blagues des auteurs...bref excusez moi pour une première c’est trés raté. Un monde de bulles nous a régalé ce week-end d’une spéciale Michel Vaillant ! moi je l’ai trouvé géniale !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 21 juin 2008 à  18:47 :

        vous avez vu l’émission d’adeline Blondiau, moi je l’ai vu, elle est incapable de rebondir sur une question, elle ne comprend pas les blagues des auteurs...

        Comment faites-vous pour voir une émission qui ne passe sur antenne que dans huit jours ? Faut-il porter crédit à vos louanges alors que vos affirmations sentent, pour le moins le parti-pris, sinon le truandage à plein nez ?

        Répondre à ce message

      • Répondu par Tophe le 21 juin 2008 à  23:30 :

        "vous avez vu l’émission d’adeline Blondiau, moi je l’ai vu, elle est incapable de rebondir sur une question, elle ne comprend pas les blagues des auteurs...bref excusez moi pour une première c’est trés raté."

        Comment as-tu pu voir une émission dont la première ne passe que samedi prochain, Nina ?

        Répondre à ce message

  • Que reprochez vous à Un Monde de Bulles ? Que voudriez vous voir à la TV comme émission sur le BD ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 20 juin 2008 à  16:00 :

      La pertinence des questions de son présentateur et le ton employé. Mais bon, l’émission a au moins le mérite d’exister...

      Répondre à ce message

  • Scoop !
    21 juin 2008 08:06

    C’est pas évident de parler de BD à la TV. Les émissions entrecoupent trop souvent les interviewz d’extraits de planches avec des bruits idiots derrière...
    Je me demande si la meilleure façon de défendre les couleurs de la BD à la TV n’est pas le dessins animé... Peut-être parce que c’est plus adapté, parce qu’il y a du son et du mouvement...
    J’y pense, France 3 a annoncé à Annecy une adaptation de Gaston Lagaffe qui sera produite par Normaal Production (Alexis Lavillat). C’est pas un scoop ça ?

    z*

    Répondre à ce message