Au Revoir Mina - Par Tsuchika Nishimura - Le Lézard Noir

4 mai 2021 0
  • Les rencontres insolites d'une jeune femme oppressée par ses routines. Du style et de la sensibilité pour un ensemble de scènes urbaines aux espaces menaçants.

Entre son petit boulot dans un supermarché et ses cours au lycée, Mina semble spectatrice de sa propre vie. Elle n’en est pas moins curieuse de la vie citadine, des personnages étranges qu’elle croise parfois. Et systématiquement, ce sont de jeunes hommes décalés, comme évoluant dans un monde parallèle. Avec ses grands yeux tristes, Mina inspire confiance et favorise les confidences. Jusqu’à s’ouvrir elle-même davantage aux autres.

Oeuvre d’un auteur découvert en France en 2019, ce recueil de scènes intimistes noyées dans un urbanisme menaçant met en scène une ado en perpétuelle hésitation. Elle nous guide vers des personnages marginaux, qui semblent prisonniers de leur propre bulle.

Au Revoir Mina - Par Tsuchika Nishimura - Le Lézard Noir

Entre le graphisme épuré, ses visages tracés en quelques traits, et les dialogues parfois directs et parfois presque philosophiques, le récit frôle souvent l’onirisme. L’originalité de l’univers de l’auteur peut évoquer des chroniques du quotidien façon BD indépendante européenne, mais reste ancrée dans la réalité japonaise des uniformes et des conventions sociales.

Capable de rendre son noir et blanc oppressant ou plein de délicatesse dès qu’un arbre entre dans le décor, Nishimura s’inscrit dans une veine d’auteur qui constitue pour lui une respiration au milieu d’œuvres plus classiques. Ces histoires sensibles pointent le malaise de personnages solitaires. Une véritable angoisse existentielle s’en dégage, d’où émerge un humanisme pudique.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Traduit du japonais par Aurélien Estager

  Un commentaire ?