D.Gray-Man - T.1 : Prologue - Par Katsura Hoshino - Glénat

5 octobre 2006 0
  • L'éternel combat du bien contre le mal est un thème maintes exploité par les mangakas. Avec {D.Gray-Man}, Katsura Hoshino ne déroge pas à la règle.

Il y a 7000 ans, le déluge décrit dans l’Ancien Testament fut provoqué par le Comte Millénaire. Angleterre, fin du 19e siècle, le Comte est de retour avec une armée d’akuma chaque jour plus puissante. Les akuma sont des armes de guerre nées de la fusion d’une machine, d’une âme souffrante et d’un corps trahi. Pour combattre le Comte et ses « démons », le Vatican fonde la Congrégation de l’ombre, organisation regroupant des exorcistes, seuls capables de détruire les akuma. Le jeune Allen Walker est l’un d’eux, et c’est en intégrant la Congrégation qu’il apprend que son destin était tout tracé et qu’il aurait plus d’importance qu’il ne le pensait.

Voilà une trame peu originale qui reprend des ficelles sur lesquelles on a déjà bien tiré. Une prophétie, un personnage maléfique voulant anéantir le monde, les forces du bien s’opposant à lui, un jeune garçon doté d’un grand pouvoir... L’auteur réutilise donc ici des bases déjà explorées en long, en large et en travers, et ce par différents médias. En dépit de son manque d’originalité, on se plonge aisément dans une histoire plutôt bien rythmée. On attendra juste de connaître la suite des aventures d’Allen pour affirmer que cette série vaut le détour.
Graphiquement, le trait est efficace et maîtrisé avec une utilisation plus ou moins judicieuse des trames. Le style visuel n’a, lui non plus, rien de très original. Le design des différents personnages est sobre et de bon goût, et certains décors sont joliment dessinés.

D.Gray-Man est donc un manga purement calibré « shonen » cultivant action, fantastique et humour. Un premier volume appréciable qui manque cependant d’arguments pour sortir du lot.

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?