Dans La forêt - Lomig - Sarbacane - Survivalisme et récit initiatique

23 septembre 2019 0 commentaire
  • Après l'effondrement de la civilisation, deux sœurs survivent isolées dans une forêt en attendant un hypothétique retour à la normale. Privées de ressources, elles vont devoir les puiser en elles-mêmes et dans la forêt qui les environne. Un récit saisissant porté par le trait délicat de Lomig.

Nell et Eva, deux sœurs de dix-sept et dix-huit ans, survivent dans une maison isolée construite par leurs parents, en espérant le retour de l’ancien monde. Le récit se fait de plus en plus sombre, jusqu’à ce que chaque sœur atteigne son propre point de rupture. Une reconstruction peut alors s’amorcer avec la découverte des richesses offertes par la forêt.

Lomig a déjà dessiné un récit d’anticipation dystopique avec Le Cas Fodyl en 2017, où il imaginait une société dans laquelle le travail est devenu obligatoire. Cette fois, il pousse le curseur à l’opposé en adaptant le best-seller de la romancière américaine Jean Hegland, car c’est la société capitaliste dans son ensemble qui s’effondre. Les habitants -ici des États-Unis- sont livrés à eux-mêmes, coupés de tout contact avec le monde par la disparition des télécommunications et la pénurie de carburant.

Dans La forêt - Lomig - Sarbacane - Survivalisme et récit initiatique
La forêt menaçante

Le lecteur est conquis par ce récit saisissant, la beauté des décors et la délicatesse des traits, en particulier dans la vaste palette des émotions représentées. Le récit intrigant distille un sentiment de malaise dès les premières pages, qui plantent un univers insolite, à la fois familier et étrange. Les réponses arrivent peu à peu, par de courts flashbacks qui livrent des clés sans trop raconter. L’histoire alterne entre des passages sombres voire tragiques, mais ménage aussi plusieurs moments de grâce.

Le dessin délicat de Lomig s’adapte parfaitement au récit, avec un trait plutôt épuré pour les personnages, qui permet de saisir avec justesse et précision leurs émotions. Au contraire, les décors sont particulièrement soignés et détaillés, de l’intérieur encombré et chaleureux de la maison dans les bois à la forêt majestueuse. Celle-ci est remarquablement traitée, se faisant menaçante ou accueillante selon la perception qu’en ont les héroïnes.

La forêt source d’émerveillement
Le Reste du monde - J-C Chauzy - Casterman

Cet album s’inscrit dans la tendance de la collapsologie, qui théorise l’effondrement de la civilisation industrielle et du mode de vie capitaliste, dont plusieurs bandes dessinées récentes traitent également. Robin Cousin dans Des Milliards de miroirs s’intéresse ainsi à la période de crise annonçant la fin de notre modèle de société, tandis que Le Reste du monde de Jean-Christophe Chauzy fait le récit de survivants d’une catastrophe naturelle qui laisse les individus livrés à eux-mêmes.

Des Milliards de miroirs - Robin Cousin - Éditions Flblb

Coïncidence de parution, Dans La forêt se rapproche encore plus étroitement par sa situation de départ du très beau Femme Sauvage de Tom Tirabosco, paru chez Futuropolis quelques mois auparavant. Il s’agit également d’un album en noir et blanc, avec une société capitaliste en crise et une héroïne qui renoue avec la nature, bien que le traitement soit différent [1].

Dans Femme Sauvage, l’héroïne, inspirée par Henry Thoreau, a choisi de s’émanciper du système capitaliste pour vivre en autarcie. Dans cet album, la dimension initiatique est assumée très tôt, tandis que Nell et Eva découvrent plus tardivement que la forêt peut devenir un refuge matériel comme spirituel. Dans ces deux cas, le récit post-apocalyptique devient celui d’une renaissance, par la découverte des ressources et des refuges offerts par la nature.

Femme Sauvage - Tom Tirabosco - Futuropolis

(par Lise LAMARCHE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Dans La forêt, par Lomig, Éditions Sarbacane.
Format : 21,5 x 29, 160 pages noir et blanc, édition toilée, 24,50€.
Parution : 21 août 2019

[1Notons d’ailleurs que Des Milliards de miroirs et Femme Sauvage font tous deux partie de la sélection du Prix Utopiales BD qui sera décerné début novembre à Nantes.

  Un commentaire ?