Du Chez-soi – Par Ariane Dénommé – L’Employé du Moi

8 mars 2012 3 commentaires
  • La déglingue d'une famille nord-américaine vue par le prisme de l’immobilier, tel est l'angle original du roman graphique « Du chez-soi » d'Ariane Dénommé.

En ouverture de « Du chez-soi », l’american way of life a raison de la volonté de David, cadre moyen, père de famille et adepte du métro-boulot-dodo. Poussé par sa sœur qui vient d’acheter une nouvelle maison, David s’engage à faire de même pour installer sa famille dans un endroit plus spacieux, et donc plus heureux pense-t-il... Mais ce déménagement vers un nouveau quartier, plus bourgeois et isolé, plonge son épouse dans un état de tristesse profond. La machine à rêve est grippée...

Du Chez-soi – Par Ariane Dénommé – L'Employé du Moi
Un extrait de "Du chez-soi"
© Ariane Dénommé - La Mauvaise Tête - L’Employé du Moi

Y-a-t-il « quelque chose de pourri au Royaume des pavillons de banlieue nord-américains » ? Au vu du nombres de romans, films et bandes dessinées qui décrivent le mal-être de la vie dans ces résidences, on peut se poser la question.

Ariane Dénommé livre son interprétation, en appuyant la thèse que ce qui brille et coûte cher n’assure pas forcément le bonheur des hommes. Son album parle du spleen de l’investissement immobilier. Dans le siècle de la crise des subprimes, c’est plutôt bien vu. L’ensemble aurait sans doute gagné à être un peu plus mordant, mais l’auteure a pris le parti d’une indignation paisible.

À noter que ce livre marque la première collaboration transatlantique entre le collectif éditorial belge L’Employé du Moi (éditeur pour l’Europe) et la maison canadienne La Mauvaise Tête (éditeur pour le reste du monde).

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Du Chez-soi – Par Ariane Dénommé – L’Employé du Moi
    8 mars 2012 20:50, par Oncle Francois

    Ah oui, là on voit ce qu’édite Monsieur Lowenthal lorsqu’il ne publie pas un pastiche-plagiat-exercice oubapien de Maus pile au moment où l’auteur de l’oeuvre d’origine est présent à Angougou.Passionnant en effet !

    Répondre à ce message

    • Répondu par John John le 9 mars 2012 à  09:24 :

      Il est publié à l’employé du moi, ce livre. Pas à la cinquième couche. Xavier Lowenthal n’a donc rien à voir là dedans…

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois le 9 mars 2012 à  14:19 :

        vous avez raion ! J’ai confondu la 5ème couche avec l’employé du moi, deux éditeurs belges à la production aussi confidentielle qu’exigeante. Toutes mes excuses !

        Répondre à ce message