Freaks’ Squeele T3 : Le tango de la mort - Par Florent Maudoux - Ankama Editions

3 janvier 2011 2 commentaires
  • L'heure est à l'entraînement intense pour nos étudiants à la Fac des héros. En prévision d'un combat surmédiatisé, Chance, Ombre, et Xiong Mao partent se fortifier dans un album aux vapeurs torrides.

Étudiants à la Faculté d’Études Académiques des Héros, Ombre, Xiong Mao et Chance découvrent sur le tard que leur école est une université de "méchants". Au cours de la cérémonie de présentation des projets de conquête du monde par la FEAH, les étudiants de la prestigieuse école de St Ange interviennent pour mettre un terme à ce plan d’envergure, sous les regards des médias tous acquis à la cause de l’institution adverse.

Afin de départager les deux écoles, un combat de champions est organisé : Chance affrontera Ange dans un duel à l’épée. Xiong Mao part donc forger la lame de Chance dans un lieu mystérieux coupé de tout, accompagnée d’Ombre, chargé de chasser le gibier.

La saga Freaks’ Squeele continue de surprendre à la fois par la maîtrise graphique de son auteur, et son ton faussement parodique, mais surtout en jouant intelligemment avec des références invitées dans le plus profond respect et ne tombant jamais dans la farce. Florent Maudoux ne se contente jamais des superficialités et travaille la substance du matériau afin de livrer une histoire épique et véritablement surprenante. A chaque flirt avec l’ultra-référence et le fan service, ses albums retournent le lecteur dans des demi-tours bienvenus et néanmoins terriblement fun.

Freaks' Squeele T3 : Le tango de la mort - Par Florent Maudoux - Ankama Editions
© Maudoux/Ankama Editions

Dans ce Tango de la mort, Maudoux lance sa série sur les traces des longues séquences d’apprentissage propres aux films d’arts martiaux et aux shonen mangas : les héros se séparent, et en bavent dans des coins reculés, hostiles, ou sous l’égide d’une autorité bienveillante. Ainsi apparaît une nouvelle technique, une nouvelle arme fatale, qui propulse les protagonistes au stade suivant et les autorise à se confronter à des ennemis encore plus puissants. Mais il s’agit aussi d’une temporisation du récit destiné à faire monter la sauce avant d’envoyer la baston lors de l’épisode suivant. L’auteur en profite donc pour s’attarder sur le personnage de Xiong Mao, plus belle que jamais, et la tension sexuelle trouble qui la lie au bestial Ombre. De son côté, Chance se rapproche elle aussi d’une figure animale : son maître défiguré.

Eros et Thanatos font donc bon ménage, et cela donne pour l’instant le meilleur album de la série. Délaissant les golems, Maudoux exploite désormais en profondeur le thème de l’apprentissage : renforcement de la personnalité, (re-)naissance, affirmation sentimentale et physique.

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander :
- le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC

- le tome 3 chez Amazon ou à la FNAC

Lire la dernière interview de Florent Maudoux, ou la précédente : "Quand je crée des références, j’essaie toujours de revenir aux mythes fondateurs"

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • En mettant de côté le style graphique tellement éculé (d’ailleurs, pourquoi les Européens s’évertuent-ils tant à copier les Japonais ?), une mise en couleur sur machine avec son lot coutumier et ostentatoire de dégradés et de brillances en tout genres, que reste t-il ?

    Un scénario caricatural, poncif et tellement peu original.

    C’est avec ce genre de politique que beaucoup de maisons d’éditions encombrent le marché en prenant vraiment les lecteurs pour des gogos. Sur largement plus de 5000 nouveautés déboulées l’année dernière, à combien se monte le pourcentage représentant ce genre de publication de la teneur de Freaks’Squeele ?

    Le marketing matraquant, méprisant et méprisable de nombre maisons d’éditions a décidement de beaux jours devant lui !!!

    Répondre à ce message

    • Répondu par Thomas Berthelon le 4 janvier 2011 à  15:45 :

      Cette série se démarque du lot, au contraire, par un graphisme punchy et maîtrisé, se situant au carrefour des influences comics/Mangas/BD européenne (éculé ? je ne partage absolument pas votre avis, (re)lisez les albums), et le scénario propose une relecture à la fois très drôle et intelligente du genre.

      Répondre à ce message