Gloutons & Dragons T1 - Par Ryoko Kui - Casterman

  • Lorsque la question de la malbouffe rencontre l’heroic-fantasy, cela donne naissance à cet étonnant manga où l’alimentation justifie l’exploration des donjons et autres labyrinthes ! Drôle et maline, une série qui donne faim à condition d’avoir l’esprit ouvert !

Au Japon, avec des ventes montant jusqu’à 560 000 exemplaires par tome [1], Gloutons & Dragons (en version originale : Dungeon Meshi, littéralement « Les Délices du Donjon ») est un gros succès-surprise du « petit » éditeur Enterbrain, affilié au groupe Kadokawa.

Débuté en 2014, comptant pour l’heure quatre tomes, Gloutons & Dragons de Ryoko Kui n’est cependant pas un cas isolé : issu du magazine Harta, il est publié aux côtés de titres comme Bride Stories, Reine d’Égypte, Gisèle Alain, Minuscule et Immortal Hounds. Auxquels nous pouvons ajouter, issus d’un autre de ses magazines, Thermae Romae et les œuvres de Atsushi Kaneko ! Un petit éditeur certes, mais qui a su se tailler une place dans le domaine des œuvres à « prestige ».

De son côté Gloutons & Dragons s’est distingué au Japon notamment en remportant la seconde place du Prix Manga Taishô en 2016 et la troisième en 2017. Le prix Manga Taishô est l’un des prix les plus prestigieux du manga, décerné en partie par les libraires, et dont les lauréats constituent une liste de choix minutieusement observée par les éditeurs français !

C’est donc sans grande surprise –un peu tout de même au vu du sujet du manga- que Gloutons & Dragons a donc fini par débarquer chez nous. Alors de quoi s’agit-il ?

Gloutons & Dragons T1 - Par Ryoko Kui - Casterman
Et un bon pot-au-feu de scorpion géant !
© by KUI Ryôko / Enterbrain

Dans un monde d’Heroic Fantasy peuplé d’elfes, de nains et de tout ce qui va classiquement avec : un mystérieux donjon, extrêmement profond, a été découvert, attirant des hordes d’aventuriers qui espèrent bien y faire fortune. Le récit suit une troupe constituée d’un chef épéiste humain, d’une elfe magicienne, d’un nain à la hache et d’un semi-homme voleur qui, suite à un certain événement, se lancent à l’assaut du donjon sans aucune nourriture dans leurs bagages !

Cependant le donjon est un lieu de vie où résident de très nombreux monstres et plantes… qui sont autant de gibiers et d’ingrédients qui peuvent faire de bons petits plats à savourer au coin du feu ! L’initiative ne fait pas l’unanimité au sein du groupe mais, bon gré mal gré, et parce qu’il faut bien manger, ils vont se mettre à cuisiner ce qui leur tombe sous la main !

Les titres de chapitre sont éloquents : « Pot-au-feu », « Tarte », « Basilic rôti », « Omelette » et « Friture ». Chaque rencontre avec une créature, une plante ou un piège est l’occasion de tester une improbable recette.

A la recherche d’œufs frais...
© by KUI Ryôko / Enterbrain

La formule est simple et systématique, la variation provenant du plat du jour comme généralement dans les récits gastronomiques. L’originalité vient ici de l’univers fantastique et des plats imaginaires mis en scène. À cela s’ajoute une petite critique sur la malbouffe : les cuisiniers de notre troupe mettent l’accent sur la variété et l’équilibre de leur repas, et sur l’importance de « cuisiner le produit local », par opposition aux autres aventuriers dont les rations se résument à du pain et de la viande ! « Triste spectacle de la jeunesse actuelle » se désespère notre ami le nain en les voyant !

L’ouvrage est plutôt malicieux, bien dessiné et, dans l’ensemble, très divertissant à lire : l’interaction entre les personnages, leur point de vue sur leur repas, fonctionne bien et les idées s’avèrent assez originales à chaque fois. Reste à voir si le concept peut perdurer sur la longueur, mais pour une première mise en bouche c’est savoureux et on en reprendra bien volontiers !

... et après la récolte, la préparation du plat !
© by KUI Ryôko / Enterbrain

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Gloutons & Dragons T1. Par Ryoko Kui. Traduction Sébastien Ludmann. Casterman, collection "Sakka". Sortie le 17 mai 2017. 192 pages. 8,45 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC