Halloween Blues - T2 : Je vous écris de Gettysburg - Par Mythic & Kas - Lombard

3 août 2004 0 commentaire
  • L'épouse du policier Foster Hill a été assassinée chez elle. Depuis lors, son fantôme hante les lieux du crime et apparaît même à son mari. Les deux amants ont le privilège de se parler, de se taquiner ou parfois de se chamailler. Lors des nuits d'Halloween, Dana peut prendre possession d'un autre corps et ainsi rejoindre son mari pour avoir des relations plus charnelles... Entre deux enquêtes policières, Foster recherche désespérément à éclaircir le mystère de l'assassinat de Dana...

Depuis l’instant où, dix ans plus tôt, son mari, sa fille, sa soeur et ses parents ont bizarrement disparu sur une route du Montana, Enola Morrison mène une existence éteinte. Elle est internée dans un asile psychiâtrique. Un jour, alors qu’elle patiente dans la salle d’attente d’un dentiste, Enola feuillette un magazine et tombe sur un article parlant du chiffre record atteint lors d’une vente aux enchères par une série de lettres devenues célèbres et connues sous le nom de "Je vous écris de Gettysburg".

Ces lettres sont adressées à sa femme Mary par le général Robert Edward Lee durant la bataille décisive de la Guerre de Sécession en 1863. L’époux d’Enola les transportait dans ses bagages lorsqu’il s’est étrangement évanoui dans la nature.

Il n’en faut pas plus pour que le voile se déchire dans l’esprit d’Enola qui s’enfuit sur l’heure, vêtue d’une robe légère et sans le moindre cent. Sa route va bientôt croiser celle de Forester Hill. Le policier l’accompagne dans sa quête. Ils vont essayer de résoudre l’énigme de la disparition de cette famille...

Mythic, le scénariste, s’écarte légèrement du concept initial de la série pour lancer son personnage principal dans une enquête captivante, relativement proche des films policiers des sixties, avec toutes les qualités et les défauts du genre !

Dommage cependant que la relation entre Foster Hill et le fantôme de sa femme, ainsi que l’enquête policière qui y est attachée, soient en filigrane de l’histoire. Mythic semble ne pas vouloir exploiter les promesses de son idée de base, laissant un arrière-goût de « remplissage » au lecteur malgré une enquête policière captivante.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?