Newsletter ActuaBD

Imago Mundi - T5 & T6 : L’Effet Babel & Nom de code Babylone - Par Corbeyran, Braquelaire & Brahy - Dargaud

  • Troisième dossier (en deux tomes) pour les membres de l'agence Imago Mundi. Après l'Atlantide et les voyages d'Ulysse, les auteurs entraînent le lecteur sur les traces d'une légende de l'humanité, la fameuse Tour de Babel, cette construction mythique érigée par les hommes pour se hisser à la hauteur de Dieu. Au passage, ils montrent l'envers de la réalité irakienne et les conséquences dramatiques de la guerre du Golfe. Un récit où résonne l'écho de l'Irak contemporain, entre enlèvements et frustrations de la population.

Cette fois, les membres de l’agence Imago Mundi vont donc faire un tour du côté de l’Irak. Leur mission : mener des fouilles en plein désert pour trouver des vestiges de la mythique Tour de Babel, sur un site irradié par les bombardements occidentaux lors de la guerre du Golfe.
Dès l’arrivée de l’équipe, les ennuis commencent : Leia est enlevée en plein Bagdad par des hommes qui menacent de la tuer.
Puis c’est le système informatique qui tombe en panne. La malédiction de la Tour de Babel aurait-elle encore frappée ?

Eric Corbeyran s’amuse à échafauder des hypothèses géopolitiques assez éloignées de ce que les journaux - et les gouvernements - ont bien voulu dire à propos de l’Irak. Il faut reconnaître que l’auteur n’a pas son pareil pour utiliser les soubresauts de la politique internationale afin de tenir en haleine ses lecteurs et de leur proposer une autre vision de l’actualité. Quant à Achille Braquelaire, il apporte, une fois de plus, caution et cohérence scientifiques au scénario.
Le dessin se veut réaliste et efficace pour une BD d’action. Par contre, Luc Brahy a encore du mal à exprimer certains sentiments de ses personnages (un léger problème avec les larmes et les gouttes de sueur ?...)

Avec la sortie simultanée des tomes 5 et 6, l’éditeur continue à vouloir proposer au lecteur cette série uniquement en histoire complète. Le principe de mélanger l’histoire, l’action et les interrogations de la science, comme un miroir des enjeux de la société contemporaine, est relativement efficace. Mais c’est plutôt dans la psychologie des personnages que le bât blesse. Elle est parfois caricaturale sur le plan graphique ou narratif. En outre, ces scientifiques se transforment vraiment facilement en agents secrets...

Ce « dossier III » d’Imago Mundi est donc en progrès par rapport aux deux premiers, mais la série peine encore à décoller véritablement. Les fans de la série ne seront pas déçus, les autres devront encore patienter pour être convaincus.
A noter, dans « Nom de code Babylone », la présence d’un dossier de 8 pages expliquant la génèse de la série.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD