Jacques a dit – Par F. Grolleau & T. Bedouet – Sarbacane

31 mai 2013 0 commentaire
  • Quand de vieux marins décident de voler un navire musée en plein cœur du Port de Nantes, il faut s’attendre à ce qu’ils aient de bonnes motivations. C’est le cas des héros désoeuvrés de « Jacques a dit » qui ont l’amour et une certaine idée du romantisme maritime comme étendards.

Les vieux loups de mer sont fatigués. Trente ans après leurs glorieuses traversées, ils ont le spleen du large. Jacques, l’un d’eux, vient d’apprendre qu’un crabe lui court le long de la colonne vertébrale. Déconfit du sort du Port de Nantes, cher à son cœur, il décide d’organiser un coup d’éclat : le vol du Maillé-Brézé, ancien escorteur de la Marine française où il a servi dans son jeune temps. Porté par son amour pour le lyrisme d’un autre Jacques, Brel, il monte un véritable commando pour dérober l’imposant navire. Parmi ses troupes, une jeune recrue, Stéphane qui tombe amoureux d’Eeva, la fille de Jacques. Au large, chacun cherchera son chant des sirènes…

Jacques a dit – Par F. Grolleau & T. Bedouet – Sarbacane
Un extrait de "Jacques a dit"
© Grolleau - Bedouet - Sarbacane

Thierry Bedouet et Fabien Grolleau, à la barre de cette fantaisie maritime, réussissent un album qui oscille entre rire et émotion. Le duo n’hésite pas à se réserver de larges passages oniriques pour évoquer les hallucinations poétiques de Jacques, rongé par une maladie qui le pousse à la divagation. On apprécie également le fantôme de Brel, qui vient susurrer à l’oreille des protagonistes de cette comédie du désespoir. Un album touchant, dont le sous-titre qui évoque Brassens cette fois dit bien toute la beauté de l’amitié : « les copains d’abord ».

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?