Jules Verne et Hergé : D’un mythe à l’autre - par Bob Garcia - Editions Mac Guffin

16 septembre 2005 14 commentaires
  • Il était couru, en cette année Jules Verne, que l'on rapproche l'œuvre du plus grand romancier d'anticipation du 19ème siècle avec celui qui inventa pour ainsi dire les codes de la BD franco-belge. Mettant ses pas dans un ouvrage précédent de J-P. Tomasi et M. Deligne, Bob Garcia systématise les rapprochements dans un livre qui privilégie la passion plus que la raison.

Je me souviens de l’indignation des adorateurs d’Hergé lors de la parution de l’ouvrage de Jean-Paul Tomasi et Michel Deligne, Tintin chez Jules Verne [1]. Dans les pages d’ActuaBD même, Patrick Albray s’étranglait presque devant ce sacrilège : « A les lire, Hergé a carrément repris, pour chacun de ses albums, des passages précis de certains romans, comme s’il avait eu en permanence les romans de Jules Verne sous les yeux. » Et de dénoncer cette « énumération malsaine où l’on sent un manque de recul sur sa propre analyse. » Quand on interrogea le philosophe Michel Serre, par ailleurs membre du conseil d’administration de la Fondation Hergé, sur le bien-fondé de cette analyse, celui-ci la qualifia d’« ineptie ». Benoit Peeters, quant à lui, était plus mesuré. Jugeant les analyses de Tomasi et Deligne « souvent excessives », il admet cependant que ces rapprochements sont « parfois convaincants », non sans signaler que Jules Verne n’était qu’une des sources de l’œuvre d’Hergé : Gaston Leroux, Paul d’Ivoi, etc. se prêtant aussi bien que l’auteur nantais au jeu des ressemblances [2]. Les deux spécialistes bruxellois dénombrèrent « pas moins de deux cents » coïncidences entre les deux œuvres et ce travail pionnier est à porter à leur actif.

Une analyse tronquée

Je me souviens aussi d’avoir rencontré Bob Garcia à Lille. Il avait la même fièvre que Michel Deligne quand il parlait de ces deux auteurs qu’il collectionne également. C’est le propre de la passion. Il cherchait alors à publier ses travaux. Je lui avais recommandé de se rapprocher des Editions Moulinsart s’il voulait publier des images d’Hergé. Les portes du château ne se sont probablement pas ouvertes puisque les dessins de Tintin figurant dans le livre sont signées... Golo et Frank, extraites d’une parodie publiée par Casterman dans un fascicule en hommage à Hergé. Nous verrons si la Fondation se laissera abuser par la manœuvre... En revanche, par effet de compensation sans doute, l’iconographie vernienne abonde. Tout vient à point pour appuyer la comparaison. L’auteur se défend d’accuser Hergé de s’être approprié ou d’avoir détourné l’œuvre du romancier pour « alimenter » les aventures de Tintin. Mais il n’hésite pas à avancer des analyses douteuses comme lorsqu’il prétend que l’ « on peut avancer sans se tromper que les aventures de Tintin sont plus connues des lecteurs actuels - surtout du jeune public- que les récits de Jules Verne. »

Curiosité

Sans doute, s’il avait eu accès aux images du maître de l’Ecole de Bruxelles, aurait-il pu resserrer un peu mieux ses « rimes d’images » (un terme qu’il emprunte, sans le lui rendre, à Huibrecht van Opstal [3]), car le plaisir des comparaisons s’éloigne trop souvent du sujet original, comme lorsqu’il met côte à côte un dessin d’Hokusaï face à un autre de Rioux, l’illustrateur attitré des publications Hetzel. De Hergé, en l’occurrence, il n’est dans cet exemple pas question. De même, quand il met en parallèle -et ceci à raison- des photographies de Fernand Legros et de Elmir de Hory avec Tintin et l’Alphart, il oublie qu’il se trouve dans un ouvrage consacré à Jules Verne. Pour ces raisons et bien d’autres, cet ouvrage, qui vient grossir le corpus critique de l’œuvre d’Hergé déjà très inflatoire, donne plutôt l’impression, comme souvent quand on écrit sur le maître bruxellois, d’être moins un livre d’exégèse qu’une curiosité.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Jean-Paul Tomasi et Michel Deligne, Tintin chez Jules Verne, Claude Lefrancq éditeur, Bruxelles, 1998.

[2Benoît Peeters, Hergé, fils de Tintin, Flammarion, Paris, 2002.

[3Huibrecht van Opstal, Tracé RG, Editions Lefrancq, Bruxelles, avril 1998.

 
Participez à la discussion
14 Messages :
  • J’ai lu ce livre, et j’ai accueilli Bob Garcia dans ma classe (CM1). Je trouve que Pasamonik oublie de souligner le principal intérêt de ce livre : il permet aux enfants (et à pas mal d’adultes) de (re)découvrir Jules Verne à travers Hergé. Bob Garcia ne se trompe pas quand il affirme que Tintin est plus connu que Verne. C’est même un euphémisme !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik le 17 septembre 2005 à  07:47 :

      Curieuse enseignante qui recommande un livre d’exégèse aux enfants de CM1 (et à pas mal d’adultes). Bob Garcia est sans doute un bon conférencier, mais ce livre n’est clairement pas destiné aux enfants.

      Quant à la notoriété de Jules Verne comparée à celle de Hergé, si vous tapez "Jules Verne" puis "Hergé" dans le moteur de recherche Google, vous avez un élément de réponse.

      Soyons sérieux !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Thibaut le 18 septembre 2005 à  11:01 :

        Mr Pasamonik,

        Je ne remets pas en cause votre remarque sur la pertinence de présenter ce livre à des enfants puisque je ne l’ai pas lu. Mais choisir Google comme indice de notoriété auprès des enfants c’est un peu réducteur. Le sentiment général est qu’aujourd’hui Jules Verne n’est plus un écrivain lu par les enfants : remettre cela en question en balançant des chiffres qui ne signifient pas grand chose, voilà qui manque de sérieux...
        Demandons nous plutôt combien d’exemplaires de Tintin il se vend aujourd’hui par an et combien de bouquins de Jules Verne sont achetés (voir le site qui annonce 90 000 exemplaires en poche pour les 18 titres disponibles - car il faut également préciser que l’oeuvre de Jules Verne n’est plus que partiellement publiée ce qui n’est pas vraiment le cas de Hergé) et nous aurons probablement une idée plus proche de la réalité

        Voir en ligne : Jule Verne et Bibliophilie

        Répondre à ce message

      • Répondu le 18 septembre 2005 à  14:12 :

        Dans Google, Jule Verne est référencé 35.600 fois.
        Hergé ... 1.020.000 !!!

        Et Tintin : 1.920.000 !!!

        En effet, Mr Pasamonik, restons sérieux !!!

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik le 18 septembre 2005 à  17:02 :

          Orthographié comme vous l’avez fait, cher internaute anonyme autant que distrait, effectivement, le décompte est en faveur d’Hergé. Il nous donne même la preuve que l’auteur de Tintin VOUS est plus connu que ne l’est Jules Verne. Vérifiez SERIEUSEMENT l’orthographe et recommencez la procédure, vous pourrez peut-être finalement rejoindre ma conclusion.

          Quant à vous, madame, votre comportement m’étonne. Outre qu’il est évident de vous faites la promo de Monsieur Garcia (vous êtes intervenue sur le forum à la suite de l’article sur le livre de MM. Tomaso et Deligne avant même que le livre de M. Garcia soit chroniqué dans ces colonnes), je suis étonné qu’une personne en charge de l’Education Nationale soit si peu soucieuse de l’exactitude et de la vérité. Vos pairs ne m’ont pas habitué à une telle désinvolture.

          Vous nous écrivez pour nous dire que, comme enseignante, vous avez reçu cet auteur dans votre classe alors que, par ailleurs, vous nous dites que vous ne l’avez même pas lu !

          Enfin, vous ergotez sur le fait que Google ne puisse pas être un indice de notoriété. Mais essayez Yahoo ou Voila, et vous trouverez des indices de fréquence comparables qui me semblent être un indicateur de notoriété comme un autre, et qui a cet avantage que tous les internautes l’ont sous la main et peuvent le vérifier. Si vous avez un sondage d’opinion du genre Ifop au niveau mondial à m’opposer, on en rediscute.

          Vous opposez comme argument que Jules Verne n’est pas réédité dans son intégralité comme peut l’être Hergé. Ceci justifierait que l’oeuvre d’Hergé soit plus connue que celle de Jules Verne. Absurde ! Outre que c’est probablement faux, parce que l’oeuvre de Jules Verne comporte 64 romans, quelque trois fois plus que d’albums de Tintin, je me demande sur la base de quel corpus objectif vous pouvez poser une telle affirmation.

          De son côté, son biographe, Jean-Paul Dekiss ("Jules Verne, l’enchanteur". Ed. du Félin) affirme que Jules Verne est "le plus populaire des auteurs français traduitys dans le monde entier". En outre, On ne compte plus les adaptations cinématographiques de son oeuvre...

          Nous allons arrêter ici le débat car je préfère consacrer mon temps à chroniquer d’autres ouvrages plutôt que de le perdre en joutes stériles.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Didier Pasamonik le 18 septembre 2005 à  17:06 :

            Pardon, je n’avais pas vu que la réponse n’était pas de Mme Leroy, mais bien de M. Thibaut. Le lecteur aura rectifié et Madame Leroy a droit à mes excuses.

            Mais les arguments restent infondés de part et d’autre et, comme je l’ai écrit, j’arrête là la polémique, considérant que le débat est épuisé.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Thibaut le 19 septembre 2005 à  12:30 :

              Mon propos n’était pas de mettre en cause la notoriété mondiale de Jules Verne pour lequel j’ai le plus grand respect. Yahoo, Google ou quel que soit le moteur de recherche retenu n’a à mes yeux pas une grande valeur en ce qui concerne les lectures des enfants...
              90.000 exemplaires pour Jules Verne contre plus d’un million par an de Tintin en langue française : admettez que la probabilité qu’un enfant de de 10 ans ait lu un seul livre de Mr Verne reste faible... Entendons nous, cela n’ote rien à son talent de visionnaire et d’écrivain mais malheureusement, Jules Verne n’est plus un auteur très lu aujourd’hui (18 romans sur 62 disponibles, je continue à penser que c’est bien le reflet du public pour son travail).

              Enfin, je comprendrais que vons ne répondiez pas car effectivement n’ayant (a mes yeux) pas plus d’éléments tangibles pour appuyer notre propos, l’un que l’autre, le débat est un peu stérile.

              Bien à vous

              Répondre à ce message

              • Répondu par Didier Pasamonik le 19 septembre 2005 à  13:12 :

                Mais d’où nous sortez-vous ce chiffre de 90.000 exemplaires ! Jules Verne est bien plus traduit dans le monde que ne l’est Hergé et sur bien plus d’éditions. Sans parler des films ou des séries télés qui utilisent son oeuvre. Rien que cette année, une série de dessins animés éditée par Rouge Citron a vendu plus de 200.000 exemplaires. Et je ne parle pas des produits dérivés ou simplement inspirés (l’oeuvre n’est plus protégée par le copyright). Je pense par exemple à La Ligue des gentlemen extraordinaires où l’on retrouve le Capitaine Nemo. Quelques millions d’entrées au box-office en 2004.

                Votre chiffre sur Tintin est probablement faux, lui aussi, puisque selon Casterman, la série vend 1,3 millions d’exemplaires par an rien qu’en... chinois.

                Répondre à ce message

                • Répondu par Thibaut le 20 septembre 2005 à  13:26 :

                  Bonjour,

                  Ne détournez pas le sujet : je réagissais juste sur l’intérêt porté par les enfants à l’oeuvre de Jules Verne en comparaison de celle d’Hergé. Je ne pense pas que beaucoup d’enfants de CM1 aient vu La Ligue des gentlemen extraordinaires

                  Pour le chiffre, désolé, j’avais mis le lien sur mon premier message mais il ne semble pas avoir fonctionné (j’ai dû rater quelque chose).
                  Je le rajoute directement dans le corps du texte au cas où :http://bouquiniste.hautetfort.com/archive/2005/03/06/jules_verne_bibliophilie.html

                  C’est un article tiré du magazine Lire de février 2005. 90.000 exemplaires uniquement pour le livre de poche auxquels viennent s’ajouter les éditions Omnibus, Librio, etc... en étant large on peut-être aller jusqu’à 150.000 exemplaires par an.

                  1 million d’exemplaires de Tintin en langue française par an et effectivement 1,3 million en chinois : je vous remercie de lire correctment ce que j’écris avant de répondre.

                  Voir en ligne : Article Jules Verne

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par Didier Pasamonik le 20 septembre 2005 à  15:42 :

                    Je ne détourne pas le sujet. Je vous renvoie à la citation de M. Garcia : « on peut avancer sans se tromper que les aventures de Tintin sont plus connues des lecteurs actuels - surtout du jeune public- que les récits de Jules Verne. » On ne parle ni des élèves de CM1, ni de la France seulement.

                    Je maintiens que cette affirmation est absurde. La notoriété mondiale de Jules Verne est sans commune mesure avec celle de Tintin, ceci dit en toute objectivité.

                    Fin de la discussion.

                    Répondre à ce message

                    • Répondu par heleroy le 7 octobre 2005 à  11:44 :

                      Encore une erreur de Monsieur Pasamonik.
                      Vous citez Bob Garcia : « on peut avancer sans se tromper que les aventures de Tintin sont plus connues des lecteurs actuels - surtout du jeune public- que les récits de Jules Verne. »
                      Mais votre interprétation est fausse. Bob Garcia n’a pas dit que la notoriété de Verne était moindre que celle de Hergé, il a dit que les Aventures de Tintin sont plus connues que les récits de Verne. Faites donc l’expérience dans n’importe quelle classe de CM et vous constaterez que Garcia a raison. Les enfants vous citerons les cinq ou six récits de Verne les plus connus. Et encore, la plupart du temps, ils les ont découvert au cinéma ou en dessin animé. Tandis qu’ils ont tous lu Les aventures de Tintin. C’est là que l’idée de Bob Garcia est excellente : il utilise cette bonne connaissance de Tintin pour amener les enfants (et pas mal d’adultes !) à relire Verne. CQFD.
                      Re Hélène

                      Répondre à ce message

          • Répondu le 21 septembre 2005 à  15:33 :

            Bonjour,

            Je suis distributeur en Belgique et je cherche partout les coordonnées de cet éditeur.

            Puis-je vous demander son adresse ou n° de téléphone ?

            Merci

            Marie Gosse

            Répondre à ce message

            • Répondu par Didier Pasamonik le 21 septembre 2005 à  16:48 :

              Les voici :

              edition.macguffin@tiscali.fr

              Bien à vous,

              DP

              Répondre à ce message

              • Répondu par heleroy le 7 octobre 2005 à  11:35 :

                Je n’avais pas lu les différents messages faisant suite à ma remarque.
                Je confirme : le livre de Bob Garcia PASSIONNE les enfants. J’ai vraiment l’impression que Monsieur Pasamonik ne l’a pas lu en détail, ou alors s’il l’a fait c’est avec un à priori négatif et peu objectif.
                Le but de ce livre est d’abord de faire découvrir (ou redécouvrir) Jules Verne à travers la lecture de Tintin. Je vous affirme que cela fonctionne. Quant aux sujets traités dans le livre, ils sont passionnants et concernent les enfants comme les adultes.
                Je parle d’expérience vécue, et non pas en tant quue critique littéraire peut-être un peu éloigné du monde scolaire.
                Amitiés à Monsieur Pasamonik !
                Hélène
                P.S. : pour ce qui est de l’adresse de l’éditeur, je cois que c’est editions.macguffin@tiscali.fr

                Répondre à ce message