"La Vie intelligente" (Atrabile) : Aurélie William Levaux bousculée mais apaisée

20 février 2019 0 commentaire
  • Un monde effrayant, une grande timidité, des hésitations. Comment vivre ? Intelligemment si possible, nous répond Aurélie William Levaux. Pas de recette cependant, mais l'art, le couple et un regard singulier sur la vie aideront au moins à faire un livre incomparable, beau et banal comme un premier rayon de soleil.

Ouvrage inclassable que La Vie intelligente d’Aurélie William Levaux. Certains diront qu’il ne s’agit pas d’une bande dessinée quand d’autres lui refuseront le qualificatif de roman. Pourtant, ses dessins forment bien des séquences et ses textes imposent un récit où la fiction et le vécu se fondent en un ensemble proprement littéraire. Qu’est-ce donc que ce livre publié par Atrabile, un éditeur de bande dessinée, écrit par une artiste touche-à-tout ?

La Vie intelligente est d’abord l’histoire de sa propre écriture. Il n’est pas issu d’un projet entièrement conçu par Aurélie William Levaux, mais est le résultat d’une discussion entre l’autrice et ses éditeurs. Elle s’en plaint, dans un premier temps, avant d’en prendre son parti. Le volume que le lecteur tient entre ses mains prouve qu’elle a fait bien plus que suivre quelques conseils et adapter ses idées aux contraintes extérieures : elle invente un mode de narration singulier, où les images et les textes sont indissociables tout en étant très librement liés.

La Vie intelligente est composé de courts chapitres écrits séparés par quelques pages dessinées. Mais nous pouvons aussi bien écrire : composé de courtes séquences dessinées séparées par de petits passages écrits. Il n’y a pas de hiérarchie entre les deux formes d’expression artistiques que sont ici le dessin sur tissu et l’écriture.

En revanche, les échos et les correspondances sont nombreux, même si pas toujours directement identifiables. Certains dessins - ils sont tous en pleine page - illustrent des phrases du récit. Il faut parfois avancer dans la lecture pour le comprendre. D’autres restent mystérieux et, s’ils participent entièrement du ton et de l’ambiance, ne semblent pas immédiatement reliés au texte. Mais, encore une fois, pas de hiérarchie : nous pouvons donc aussi bien noter que c’est l’écrit qui se trouve en décalage !

"La Vie intelligente" (Atrabile) : Aurélie William Levaux bousculée mais apaisée
La Vie intelligente © Aurélie William Levaux / Atrabile 2019
La Vie intelligente © Aurélie William Levaux / Atrabile 2019
La Vie intelligente © Aurélie William Levaux / Atrabile 2019
La Vie intelligente © Aurélie William Levaux / Atrabile 2019

La Vie intelligente est aussi l’histoire de son autrice, au moins pour partie. Il n’est certes pas facile de démêler le vrai du faux, notions qui d’ailleurs ne revêtent dans ce cas que peu d’importance. Aurélie William Levaux se raconte, mais son récit n’est pas autobiographique. Elle masque en effet le réel sous un monceau d’imaginaire. À moins que ce ne soit l’inverse. Qui la connaît identifiera sans doute quelques éléments personnels. Ainsi des personnages : la « femme », la « fille », « Néandertal » forment une famille qui n’est pas étrangère à celle de l’artiste [1]. Mais qui ne la connaît pas ne perdra rien de la saveur du récit.

La Vie intelligente est-il pour autant un récit égotiste d’une personnalité égoïste ? Son début pourrait le faire craindre. Le ton est désabusé, l’écriture presque classique dans sa contemporanéité et l’équilibre fragile. Comme le titre sur la couverture de l’ouvrage, l’écriture est hachée et comme reléguée au rang d’accessoire, dans un excès de modestie de l’autrice que nous pourrions croire surjoué.

Peu à peu pourtant, Aurélie William Levaux emporte son lecteur, s’appuyant sur une familiarité sans connivence et sur la force de ses dessins, aux couleurs franches et improbables mais à la simplicité universelle. Elle provoque une véritable empathie, qui éloigne toute velléité de jugement et crée ce sentiment étrange et pénétrant d’une communion d’esprit détachée cependant de toute forme d’entre-soi.

À la fois trivial et spirituel, La Vie intelligente recèle une beauté profonde. Celle de l’ordinaire, qui miraculeusement se poursuit, se reproduit de jour en jour. Oublier les moments sombres du passé, avancer malgré la noirceur du présent, faire abstraction d’un avenir possiblement catastrophique sans pour autant renoncer à le modifier un tant soit peu : ce sont peut-être certaines des clés d’une vie intelligente, et heureuse. Mais il y a avant tout la confiance des proches et l’accomplissement artistique, qui doivent permettre de se construire des bribes de vie, comme Aurélie William Levaux le fait.

La Vie intelligente © Aurélie William Levaux / Atrabile 2019
La Vie intelligente © Aurélie William Levaux / Atrabile 2019
La Vie intelligente © Aurélie William Levaux / Atrabile 2019
La Vie intelligente © Aurélie William Levaux / Atrabile 2019

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

La Vie intelligente - Par Aurélie William Levaux - Atrabile - 15 x 22,5 cm - 152 pages couleurs - couverture souple, broché - parution le 8 février 2019.

Consulter le site de l’autrice & lire un entretien sur du9.org (par Annabelle Dupret, décembre 2017).

Lire également sur ActuaBD : Prédictions – Par Aurélie William Levaux & Isabelle Pralong – Atrabile

[1Gageons que Baptiste Brunello savait très bien à quoi s’en tenir. Et d’ailleurs, « Néandertal » n’est pas du tout péjoratif sous la plume d’Aurélie William Levaux.

  Un commentaire ?