La nouvelle vie artistique de Midam

6 octobre 2020 2 commentaires
  • Midam est à l'honneur au CBBD ! L'expo "Itinéraire d'un Kid de Bruxelles" qui lui est consacré vient d'ouvrir ses portes et à cette occasion, intéressons-nous à l'autre versant de sa production. Une facette portée sur le para-BD et l'art, qui prend désormais une plus grande place dans sa vie artistique.
La nouvelle vie artistique de Midam
Expo "Midam - Itinéraire d’un Kid de Bruxelles" au CBBD

Près de trente ans après la création de son personnage-fétiche Kid Paddle, Michel Ledent mieux connu sous le pseudonyme de Midam a droit à son tour à une grande rétrospective au Centre Belge de la Bande Dessinée. Cette exposition arrive bien à propos à l’heure où l’auteur bruxellois entame à 57 ans un nouveau chapitre de sa carrière.

En effet, Midam nous avait confié lors de la BRAFA 2020 qu’il ne dessinait plus Kid Paddle : « La place que je consacrais à la BD est devenue plutôt discrète ces derniers temps... C’est à dire que pour le moment, je me consacre à la réalisation de peintures et à la direction de studio. J’ai créé un nouveau studio -virtuel- dans lequel j’ai rassemblé des assistants qui travaillent depuis la Belgique et la France. J’ai également un nouvel assistant qui s’appelle Ian Dairin qui a repris le dessin de Kid Paddle. Nous avons fait des tests et j’ai effectué des corrections pour essayer d’arriver à un résultat le plus proche de ce à quoi les lecteurs sont habitués. Nous sommes également à la recherche de scénaristes mais, en attendant, nous travaillons avec l’équipe de Game Over ».

Midam à la BRAFA 2020
Sculpture de blork réalisée à l’impression 3D. Midam a utilisé une résine mélangée à de la poudre de bronze. Si cette œuvre est exposée dehors, celle-ci va verdir à l’instar de n’importe quel bronze.
Poids de l’œuvre : environ 80 kg.
Photo © Christian Missia Dio

Cette nouvelle direction de carrière prise par Midam n’est pas vraiment surprenante. Elle est même cohérente lorsque l’on suit attentivement son parcours. En effet, celui-ci a très tôt ressenti le besoin d’exprimer aussi sa créativité hors des cases de BD. D’abord dans le domaine du marketing et plus tard dans le monde des galeries d’art. Mais pour atteindre cet objectif, il faut pouvoir se dégager du temps, surtout lorsque l’on est l’auteur d’une série à succès.

Dans un premier temps, Midam a recruté Adam pour le seconder dans la réalisation des planches de Kid Paddle. Il est aujourd’hui le dessinateur du spin off Game Over. Ensuite, il a fondé en 2002 avec son épouse Araceli Cancino la structure Midam Productions, afin de gérer les droits dérivés autour de ses personnages. Durant la période MAD Fabrik, l’auteur proposait un stand impressionnant pour faire le show et émerveiller ses lecteurs lors des festivals. Cette initiative -coûteuse- lui a tout de même permis de mieux sentir les tendances chez les fans, comme il nous l’avait confié lors du festival Quai des Bulles 2011 : « Quai des Bulles est notre deuxième festival avec le stand que nous avons créé. Nous l’avions utilisé une première fois à Angoulême. Mais je dois reconnaître qu’à Angoulême, nous avions perdu de l’argent parce que cela coûte très cher d’y être présent. Il faut aussi payer au moins six personnes pendant une petite semaine pour assurer l’animation, le montage et le démontage du stand. C’est donc un sacré investissement mais celui-ci sera amorti si nous utilisons souvent ce stand. Et puis cela reste un moyen unique d’avoir un contact direct avec les lecteurs et de mieux cerner ainsi leurs goûts. Par exemple, nous avions fait des plaques émaillées de Kid Paddle qui coûtent très cher mais qui ne se vendent pas très bien, contrairement aux posters à 1 euro qui nous avions imprimés et qui s’écoulent comme des petits pains ! Ce qui signifie que Kid Paddle est vraiment un personnage populaire et qui ne correspond pas à l’univers des collectionneurs qui souhaiteront, par exemple, une petite figurine en résine de mon héros qu’ils installeront sur leur étagère. Ce sont ce genre de choses que l’on peut constater lorsque l’on est présent sur le terrain, surtout si on est éditeur. C’est une manière de prendre la température du marché par rapport à notre produit » .

Sept ans plus tard, à l’occasion des 25 ans de Kid Paddle, le timing est plus propice et Midam a sauté le pas. Il est entré dans le monde des collectionneurs par la grande porte en inaugurant la galerie bruxelloise d’Huberty & Breyne (plus grande galerie BD d’Europe) avec de nouvelles œuvres inédites très inspirées de l’art urbain et du pop art.

Squelette de blork fossilisé
Photo © Christian Missia Dio

Fort de cette première expérience, Midam et les galeristes bruxellois se sont à nouveau associés à l’occasion de la soixante-cinquième édition de la BRAFA en janvier dernier. À côté de quelques planches originales de BD de Kid Paddle et de Game Over, l’artiste a à nouveau revisité ses créations à travers le prisme du pop. Il s’est notamment essayé à la peinture en proposant un tableau saisissant, en grand format d’un fossile de blork réalisé avec de la gaze, à l’aquarelle et des coquilles d’œuf pour renforcer le relief de l’œuvre. Citons aussi cette sculpture de blork en résine mélangée à de la poudre de bronze à exposer, pourquoi pas, dans votre jardin. À l’évidence, Midam s’épanouit dans cette nouvelle activité car elle stimule son imagination et l’entraîne dans de nouvelles directions.

Réussir dans le marché de l’art est un pari mais Midam semble prêt et montre l’envie de relever le défi. Quoi qu’il en soit, entre son retour au bercail, sa nouvelle vie professionnelle, la rétrospective au CBBD et les publications de trois nouveaux albums (deux Game Over et un Kid Paddle chez Dupuis et Glénat) depuis le début de ce semestre, 2020 est d’ores et déjà une année à marquer d’une pierre blanche dans la carrière du ketje [1] d’Etterbeek.

Blorks capitalistes
Tableau sur toile, réalisé à l’encre de Chine et à la peinture acrylique. L’auteur y a collé de vrais billets de 5 yuans (environ 0,72 cents d’euro) afin de reconstituer les bandes rouges du drapeau des États-Unis.
Photo © Christian Missia Dio

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Expo “Midam - Itinéraire d’un Kid de Bruxelles”
Du 29 septembre 2020 au 3 mars 2021

Centre Belge de la Bande Dessinée
Rue des Sables n° 20
1000 Bruxelles, Belgique
Tél. : + 32 (0)2 219 19 80
Fax : + 32 (0)2 219 23 76
visit@cbbd.be

À lire sur ActuaBD.com :

Suivez Midam sur son site, sur Facebook et Instagram

En médaillon : Le Blork doré. Sculpture d’un blork réalisée à l’impression 3D, en résine polymère avec une finition carrosserie. Une oeuvre très inspirée du plasticien Jef Koons et qui a été exposé lors de la BRAFA 2020 en janvier dernier.

Photo de survol : Midam au CBBD. Crédit © CBBD/DR

Sauf mention, toutes les photos sont : Christian Missia Dio

[1“P’tit gars” en brusseleer, le patois parlé à Bruxelles, NDLR.

 
Participez à la discussion
2 Messages :