Les Blagues de Toto, T. 12 : Bête de Concours - par Thierry Coppée - Delcourt

14 novembre 2015 8
  • L'un des best-sellers de Delcourt propose sa nouveauté centrée sur la thématique des animaux. Un 12e tome qui prouve que ce succès n'est pas dû au hasard comme le pensent certains grincheux, mais grâce à un savoir-faire incontestable.

Si Toto n’est pas le roi des mathématiques, il peut néanmoins toujours compter sur nos amis les animaux, aussi divers que familiers, pour multiplier ses blagues et ses réflexions toutes personnelles du monde qui l’entoure. Démonstation dans trente gags qui font mouche.

Nous avons déjà eu l’occasion de relater la réussite exemplaire de cette série quelquefois décriée : une lisibilité parfaite qui n’hésite pas à gommer l’arrière-plan pour mieux réussir l’épure, des gags simples qui touchent tous les publics, et surtout un soin dans le détail du dessin qui peut presque paraître superflu par rapport au public qui semble visé.

Les Blagues de Toto, T. 12 : Bête de Concours - par Thierry Coppée - Delcourt

Et pourtant, c’est précisément grâce à cette minutie et cette générosité graphique apportée à chacune de ses cases que Thierry Coppée a réussi à rassembler autant de petits et grands lecteurs. Remarquez ainsi la case introductive du gag ci-dessus : le soin apporté aux dinosaures, chaque enfant du plan moyen dans leur activité, les autres visiteurs du musée en arrière-plan... Tout cela est parfaitement organisé, détaillé et clair.

Faites un clic droit sur l’image pour lire les affiches collées sur le mur de l’école
Un clic droit sur l’image vous permettra de l’agrandir et de lire les titres des livres d’école.

Autre exemple dans la case ci-dessus : dans cette arrivée à l’école, chaque enfant a son expression propre, certains attendent le bus à l’arrière devant une publicité pour un jus de fruits, tandis qu’une mère (avec la poussette) a manifestement un désaccord avec son fils, le tout sous la pluie. Constatez également le soin apporté aux affiches...

La qualité de cette nouveauté réside également dans la qualité des couleurs de Lorien. Les effets de brume, le souffle de la mer, les trombes d’eau, les plages ensoleillées sont autant d’éléments complémentaires qui permettent de réellement imaginer l’année que Toto passe à l’école.

Les gags alternent volontairement un niveau de lecture simple pour les plus jeunes enfants tout en ménageant le clin d’oeil pour les plus âgés.

Cela n’empêche pas Bête de concours d’être un des meilleurs albums de la série (avec le T. 10 centré sur l’Histoire). Toto est exemplaire de naïveté et sa vision toute personnelle du monde qui l’entoure comblera une fois de plus les attentes du jeune public !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Thierry Coppée dédicacera son nouvel album lors de la signature caritative du 19 novembre, à la librairie Filigranes

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Lire les chroniques des tomes 3, 9, 10 et 11, ainsi que notre article sur le dessin animé de la série

Lire deux interviews de Thierry Coppée :
- « J’éprouve beaucoup de plaisir à détailler mes arrière-plans
- « L’histoire m’a toujours fait rêver »

Visiter le site des Blagues de Toto

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Le personnage Toto a un énorme succès, pour beaucoup c’est sa meilleure blague. Cette réussite est particulièrement réjouissante par la manière dont elle dit merde à une forme d’élitisme aux relents nauséabonds qui prolifère en général dans les médias, qui en plus se targuent d’être prescripteurs.
    Alors rock & roll Toto ? Non bien mieux que ça, punk en fait, complètement anti-culturel donc contre-culture à fond, quasiment Underground.Qui l’eût cru.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 15 novembre 2015 à  03:28 :

      une forme d’élitisme aux relents nauséabonds qui prolifère en général dans les médias

      Affligeant de connerie ça !

      Répondre à ce message

      • Répondu par RIP le 15 novembre 2015 à  09:46 :

        Ah non non pas connerie du tout.
        J’adhère à 200%

        Répondre à ce message

    • Répondu par Teljem le 15 novembre 2015 à  14:21 :

      une forme d’élitisme aux relents nauséabonds qui prolifère en général dans les médias

      Plutôt qu’écrire ce genre de connerie, dîtes clairement à quoi vous faites allusion, quelles BD "élitistes" ont des "relents nauséabonds", donnez des titres, citez des auteurs.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois le 15 novembre 2015 à  19:07 :

        Pour ma part, je suppose que Monsieur Occulte pense surtout à des journalistes qui publient des commentaires élogieux dans des revues à la mode branchée sur des livres exigeants pour le lecteur, d’accès peu faciles, plus hermétiques même que le Garage de Jerry Cornélius qui lui présentait l’avantage d’avoir de nombreuses pages MAGNIFIQUES. Mais peut être me trompè-je ?

        Répondre à ce message

        • Répondu le 15 novembre 2015 à  21:06 :

          Et ils sont où les "relents nauséabonds" ?

          Répondre à ce message

        • Répondu par La plume occulte le 15 novembre 2015 à  22:35 :

          Oncle François est toujours mon dieu vivant, il me plaît de le répéter. Mais il n’y a pas de livres exigeants, s’ ils sont d’accès peu facile c’est qu’ils ont été faits sans talent.
          Quant à monsieur le zélateur de la connerie, qu’il reste dans son petit monde, après tout c’est son affaire. Pour ma part, je me contenterais de lui faire la même réponse que le réjouissant Toto.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Richard (Teljem) le 17 novembre 2015 à  21:19 :

            Alors Plume occulte, à quelles BD "élitistes" faites-vous allusion en parlant de "relents nauséabonds", donnez des titres, citez des auteurs, qu’on comprenne.

            Répondre à ce message