Newsletter ActuaBD

Les actions judiciaires contre Moulinsart commencent à faire des vagues aux USA

  • Même si les actions menées contre Moulinsart sont parfois empreintes d’une relative mauvaise foi, et même si, en fin de compte, la justice est susceptible de lui donner raison, ses démêlés avec la justice commencent à semer le trouble, y compris dans la patrie de Steven Spielberg.

On vient de l’apprendre : Alors que cela avait été évoqué dans leur conférence de presse, Moulinsart ne présentera pas des images du film de Tintin par Spielberg et Jackson en avant-première lors du prochain Festival d’Angoulême fin janvier. Est-ce dû aux démêlés judiciaires de Moulinsart avec ses détracteurs ? C’est bien possible.

Si l’on en croit le site Internet Cinematical, citant le quotidien anglais The Telegraph, un appel au boycott du film de Spielberg & Jackson de la part de Bob Garcia [1] qui a recueilli plus de 500 posts de soutien sur Facebook, commence à sérieusement faire gamberger certains, outre-Atlantique.

Une autre affaire plombe encore davantage l’ambiance : la constitution en partie civile le 24 juillet 2007 par un citoyen congolais, M. Bienvenu Mondondo Mbutu contre Moulinsart du chef de « racisme, diffamation et xénophobie » à propos de l’œuvre Tintin au Congo créé en 1931. La plainte était instruite par le juge d’instruction bruxellois M. Claisse, toujours pas clôturée deux ans plus tard. On imagine que notre magistrat instructeur avait à mener une longue et harassante enquête exigeant d’interroger une longue liste de témoins et de compulser des quintaux d’archives…

Un peu énervé par cette diligence proprement namuroise, les avocats du plaignant ont formulé une requête près de la Cour d’appel de Bruxelles afin de statuer sur l’obstruction faite aux avocats du plaignant de consulter le dossier de l’instruction, ce que le juge leur avait refusé dans une ordonnance du 24 août 2009. La chambre des mises en accusation était amenée à statuer suite à une audience du 9 décembre 2009.

Dans ses réquisitions, l’avocat général M. P. Erauw rejetait la demande des avocats du plaignant. Il requérait les magistrats de la Chambre des mises en accusation de « déclarer l’appel de Mondondo MBUTU recevable mais non-fondé » et de confirmer l’ordonnance de rejet du juge.
Mais, malheurement pour lui, le 23 décembre 2009, la Chambre, constituée de trois magistrats indépendants, a décidé de ne pas suivre ses arguments et ordonna, au contraire, que la demande était « recevable et fondée », ouvrant l’accès au dossier pour les avocats de la partie civile.

Ces violents échanges juridiques sont ridicules. La partie va devenir désormais moins facile pour le juge qui va devoir clôturer l’instruction et trouver de solides arguments pour défendre l’album d’Hergé. En ce qui nous concerne, nous ne sommes pas plus choqués qu’un citoyen interpelle le tribunal pour savoir si une œuvre est raciste ou non. On a vu récemment lors d’une émission de télévision où participait Michel Piccoli que les avis étaient partagés.

Il est clair que l’impact que cette affaire peut avoir sur l’opinion publique du pays de M. Obama, pimentée par les appels au boycott de Bob Garcia, rend urgent la nécessité de la voir arriver au plus tôt devant les tribunaux. Plutôt que de laisser l’affaire s’envenimer inutilement dans l’opinion, les juges feraient bien de statuer, comme ils l’ont fait pour les caricatures de Mahomet, leur décision faisant jurisprudence une fois pour toutes.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Un auteur, on s’en souvient, lourdement condamné à payer une indemnité à Moulinsart pour contrefaçon et qui a vu sa maison saisie par un huissier.

 
Participez à la discussion
22 Messages :
  • Retirer Tintin au Congo de la vente, ça veut dire aussi : interdire la diffusion de film tels que Tarzan (avec Jonnhy Weissmuller) ou les noirs étaient traités en esclaves et facilement sacrifiés, enlevé les mots noirs, nègres, gens de couleur, du vocabulaire puisque c’est desciminatoire, et tant qu’on y est aussi les mots blanc, gris, jaune, rouges, petit, gros, brun ,blond châtain, roux... Bref tous ces adjectifs qui peuvent être vraiment mal perçu selon à qui on les adresse.

    Tintin au Congo montre certes une vision dépassée et périmée du Congo, mais il faut le replacer dans le contexte de sa création, une époque où les mentalité n’avaient pas encore évoluées.

    Donner raison au plaignant pourrait par la suite avoir de graves conséquences : par exemple, quand on apprend l’histoire à l’école, on parle aux enfants d’esclavage, de massacres, de barbarie, etc... C’est choquant, je trouve qu’il faudrait enlever des cours d’histoires toutes ces infamités dont on ne devrait plus parler car quelque part, c’est en faire la propagande : donc, interdisez aussi les cours d’histoires, cette histoire remplie de choses dont on ne peut pas être fier...

    En plus, ces attaques contre Tintin au Congo ne sont elles pas une atteinte à la liberté d’expression de tout artiste etde tout être humain. Hergé dans cet album a raconté la vision du Congo à l’époque. C’est à mes yeux plus un témoignage qu’une insulte...

    Répondre à ce message

  • Petite précision : l’absence d’images à Angoulême n’a rien à voir avec une quelconque retombée des affaires Garcia et Tintin au Congo ! La société de digitalisation de Peter Jackson est en plein boulot, mais rien de finalisé n’est disponible actuellement.

    Inutile donc de diffuser des supputations qui ne sont pas des informations. Dans le genre, une info sur un blog, qui n’a pas été largement diffusée et pas commentée : la maison de Bob Garcia est estimée 700.000 euros. Si c’est vrai, cela met un bémol à la campagne des 500 boycotteurs, non ? Bon à faire savoir aux sources américaines que vous citez

    Répondre à ce message

    • Répondu par JACK le 16 janvier 2010 à  09:38 :

      Votre petite précision reste inopérante.

      En effet, Spielberg n’est pas un néophyte pour ne pas savoir que tout doit être prêt à la date du festival d’Angoulême lors duquel il avait prévu de présenter les images de Tintin.

      Vous êtes de ceux qui veulent que l’oeuvre d’Hergé disparaisse à jamais parce que vous ne prenez jamais au sérieux les informations vous livrées par les journalistes spécialisés dans le domaine.

      Cette information n’est pas une supputation ; Tintin au Congo est traduit en justice en Belgique et le risque de le voir interdit est grand.Le plaignant est déterminé et s’est entouré d’un bataillon d’avocats.

      Je vous conseille, cher Monsieur de lire le très sérieux quotidien d’information belge Le Soir et vous serez d’avantage édifié à ce point.

      Moulinsart doit tout mettre en oeuvre pour empêcher l’interdiction de Tintin au grand dam des communautaristes de tout bord : collaborer avec la justice, organiser des campagnes d’explication auprès des détracteurs etc.

      Il faut éviter de faire la politique de l’autruche.

      Autre époque, autres moeurs !

      Répondre à ce message

  • Je ne comprends pas comment Spielberg, qui est juif, peut faire un film sur Tintin quand on pense au passé trouble de Hergé pendant la seconde guerre mondiale et notamment sa collaboration au journal le soir de l’époque.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 15 janvier 2010 à  20:06 :

      Pensez vous que 95% des belges et des français de l’époque se soient engagés dans la résistance passive ou active ? La plupart a attendu l’arrivée des Amis-ricains pour prendre position ! Résister ouvertement, c’était au choix etre fusillé ou être déporté. Plusieurs ont choisi de continuer à travailler comme si de rien n’était... il fallait donner à la population civile abasourdie par la défaite et l’occupation une raison de vivre... Si Hergé avait été vraiment pro-nazi, sa participation au régime dominant ne se serait pas limitée à quelques cases ignobles dans l’Etoile Mystérieuse, il aurait alimenté le régime en affiches de propagandes... il me semble que Vica a fait bien pire sur cette période.

      1940-1945 ; c’est aussi les années du Crabe aux Pinces d’Or (apparition d’un certain capitaine qui trouve refuge dans l’alcool, pour ne pas affronter la réalité ?) et du Secret de la Licorne : on refuse de traiter de l’actualité, donc on s’enferme dans le passé des ancètres. Une astucieuse stratégie de résistance passive tolérée par l’occupant, à qui Hergé envoyait des albums dédicacés. Que vouliez vous qu’il fasse ? Ceux qui ont préféré la résistance ouverte au controle editorial allemand ont été condamnés à la fuite et à l’exil comme Monsieur Dupuis.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Twingo Picasso le 15 janvier 2010 à  22:40 :

      Je ne comprends pas comment Spielberg, qui est juif, peut faire un film sur Tintin quand on pense au passé trouble de Hergé pendant la seconde guerre mondiale

      Je ne comprends pas comment en 2010 on peut encore écrire de telles conneries. Spielberg est surtout quelqu’un de très intelligent qui se renseigne contrairement à vous, et le passé de Hergé n’est absolument pas trouble, il est très clair au contraire, et, comble de l’ironie, les albums que Spielberg et Jackson adaptes sont paru initialement pendant la guerre dans le journal Le Soir ahahah !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 16 janvier 2010 à  02:26 :

        Au contraire, je suis très bien renseigné sur Hergé. C’est plutô vous qui devriez vous renseigner. commencez par ceci : l’auteur Benoit Jannin dans son livre "les guerres d’Hergé" ;

        http://www.vigile.net/Herge-Belge-francophone-ambigu

        Répondre à ce message

        • Répondu par Twingo Picasso le 16 janvier 2010 à  11:38 :

          Rien de nouveau, cet auteur fait un portrait à charge à partir d’éléments déja connu depuis longtemps, et finalement il conclut "Bien sûr, Hergé n’a dénoncé personne et n’a pas directement soutenu les ignominies." Dommage pour l’auteur qui aurait bien voulu qu’il en soit autrement pour corroborer son pamphlet. Puis il donne son avis éclairé :"les histoires d’Hergé sont amusantes et bien faites, bien dessinées." passionnant, on avait besoin de lui pour savoir ça. Et de s’étonner que "le monde de ce personnage est complètement étranger à ce qu’ont vécu 99% des Wallons pendant la guerre", il reproche à Hergé de faire oeuvre de fiction, rien de moins. Bref rien de nouveau sous le soleil.

          Et c’est donc les histoires parues dans ce torchon pro-nazi de Soir volé que les américains adaptent aujourd’hui ??? Si vous ne comprenez pas, retirez vos oeillères et reprenez la lecture.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 17 janvier 2010 à  00:32 :

            Chacun son point de vue et je respecte le vôtre même si je reste sur mes positions. Cordialement.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 3 juin 2010 à  14:23 :

              On en est encore à une chasse aux sorcières 60 ans après ? ... et à propager la calomnie ?

              Répondre à ce message

        • Répondu par totocarolo le 16 janvier 2010 à  19:06 :

          Cher ami,
          renseignez-vous aussi sur ce Benoit Jannin en lisant son 1er livre sur Hergé : "Le mythe Hergé". Un véritable travail de tacheron. Le fait d’avoir sorti un autre ouvrage (peut-être mieux écrit) sur le même thème indique l’esprit limité de son auteur...A bon entendeur

          Répondre à ce message

    • Répondu par Cassidy le 16 janvier 2010 à  20:52 :

      Je ne comprends pas comment Spielberg a pu faire un film dans lequel on explose des requins (les dents de la mer), quand on sait à quel point l’espèce est menacée !!!

      Bon blague à part...ce genre d’argument est ridicule, je ne vois pas en quoi le fait qu’il soit juif devrait l’empecher de traiter certains sujets (d’autant qu’il la déja fait avec "la liste de schindler", personnage au combien ambiguë).

      Répondre à ce message

      • Répondu le 16 janvier 2010 à  23:32 :

        Ne comparons pas ce qui n’est pas comparable. oskar schindler a été reconnu juste parmi les nations.

        http://www1.yadvashem.org/righteous_new/germany/germany_shindler.html

        Répondre à ce message

        • Répondu par Cassidy le 17 janvier 2010 à  12:55 :

          Oui Oskar Schindler à été reconnu Juste parmi les nations, mais était au départ membre du parti nazi. ce qu’il a fait par la suite est admirablement c’est vrai.

          Ce que je veux dire ( pour en revenir a Hergé)c’est que juger d’une situation ou d’une personne a posteriori est vraiment très facile. Le monde n’est pas blanc ou noir !

          Je ne suis vraiment pas tintinophile...mais alors vraiment pas, mais je trouve cette histoire de procès ridicule.
          Faudrait il retirer de la vente "voyage au bout de la nuit" uniquement parce que Céline etait un sal****d ??

          Répondre à ce message

  • Les actions judiciaires contre Moulinsart commencent à faire des vagues aux USA
    16 janvier 2010 21:01, par http://thaddeuss.canalblog.com/

    A propos d’oeuvre raciste, ou plutôt d’"oeuvre" raciste (parce qu’il n’est pas certain qu’on puisse parler d’oeuvre), citons la saga "Taxi" produite par Luc Besson.
    Je crois que c’est dans le 2e opus que l’on peut entendre Samy Nacéri dire quelque chose du genre "Ouais, c’est toujours les Arabes et les Noirs qui prennent". Superbe morale, après s’être tout au long du film foutu de la tronche des Japonais en balançant du "Con-nichon-wouah" en veux-tu en voilà (sans parler des Belges qui prennent également dans un autre "Taxi")...
    Voilà une "oeuvre" ô combien malhonnête...

    Répondre à ce message

  • La première version de "Tintin au Congo" a été remaniée après que l’auteur eut réalisé qu’il avait été influencé par les discours colonialistes de l’époque. Mais une petite mise en garde pédagogique en début d’album ne serait pas fortuite.

    Concernant les films de Steven Spielberg et Peter Jackson, certes, Hergé a collaboré à ce torchon Nazi qu’était "le soir volé" mais d’un autre côté, son frère Paul Rémi, était emprisonné en Allemagne par ces chiens de nazis. Hergé ne devait pas vraiment avoir ces monstres dans son cœur. Mais, l’imaginer serrer la main chaque semaine en amenant ces planches au journal, d’un officier nazi...

    Répondre à ce message

    • Répondu par R.Cher le 17 janvier 2010 à  03:35 :

      Hergé victime de son succès.
      "Tintin au Congo" a en effet été remanié, mais sans grand changement quant au fond de l’histoire : la mission de Tintin est d’aller castagner des méchants, celle d’Hergé, dans les années 30, était de faire l’article pour la puissance coloniale belge. Lors de cette réédition, c’est surtout l’aspect "belge" qui disparaît, et le dessin qui est modernisé : il apparaît dans la forme standard du Tintin qui défie le temps.
      C’est tout le problème, sans doute. Les enfants peuvent lire un Tintin sans prêter attention aux voitures ou aux costumes des personnages, qui pourtant le décalent prodigieusement par rapport au monde contemporain. Et Tintin, on peut l’acheter dans n’importe quelle grande surface.
      Je ne crois pas du tout que Hergé ait jamais eu l’intention de graver dans le marbre, pour les siècles futurs, le discours colonialiste de son abbé chéri. Il paraît même que dans les années trente, il s’en foutait déjà un peu des colonies belges (bien qu’il soit allé visiter l’exposition coloniale de Paris, et qu’a posteriori, on puisse toujours le déplorer).
      Si personne ne réclame l’interdiction des film de Tarzan de cette époque, c’est certainement parce qu’ils paraissent aussi datés que la vision de l’Afrique qu’ils nous proposent. En modernisant son Tintin au Congo, Hergé a certainement commis un crime contre le "politiquement correct" d’aujourd’hui. Imaginons un remake de Tarzan avec la qualité d’image digitale-3D-machin, avec Alain Bernard à la place de Johnny Weissmüller, mais sans changer le scénario d’un iota ! Et on le met à l’affiche au MégaCGR du coin...
      Mais Tarzan à l’affiche au Quai Branly n’a pas mobilisé beaucoup de détracteurs, à part Michel Serres... Tiens, tiens !
      Hergé a choisi d’assumer jusqu’au bout son Tintin au Congo, pensant, je le suppose, que cette histoire était évidemment datée, et que la forme n’y changeait rien. La maison Moulinsart pourra-t-elle préserver le statu quo encore longtemps ? pas sûr.
      Pour ma part, je déplore cependant, que l’on fasse intervenir la justice dans cette affaire.
      Quant à la deuxième guerre mondiale, pourquoi faut-il, dès qu’il est question d’Hergé, que l’on nous ressorte cette période ? (par exemple Assouline, dans le Monde, récemment, nous redit tout sur la fameuse "casserole" d’Hergé).
      On le sait bien maintenant, durant cette période, il n’a pas fait preuve d’un grand héroïsme, et, enfant de la droite catholique, il n’était pas le meilleur ami des juifs. Mais des héros, à l’époque (et que dire d’aujourd’hui ?), il n’y en avait pas tant que cela. En revanche, des antisémites, il y en avait malheureusement beaucoup.
      Ramener systématiquement Hergé à la case occupation (que l’on ne peut pas occulter dans une biographie, j’en conviens), n’est-ce pas le réduire à cela ? Et peut-on le réduire à cela ? Je ne le crois pas, sauf peut-être pour dire que c’est durant cette période qu’il produit le sommet de son œuvre.
      Et puis il apparaît tout de même qu’après l’occupation, Tintin progresse vers plus d’humanité. Cela n’est-il pas à mettre au crédit d’Hergé pour le débat qui occupe ce forum ?
      Quant à la poignée de mains évoquée dans l’intervention précédente : mes grands-parents, durant l’occupation (encore), furent contraints d’héberger des officiers allemands chez eux. Je suis tout à fait certain qu’ils n’ont pas apprécié cette cohabitation forcée, mais il me semble bien qu’ils ont dû saluer ces hommes tous les jours, et il n’est même pas exclu qu’ils aient trouvé certains d’entre eux plutôt sympathiques.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 17 janvier 2010 à  19:06 :

        Avez-vous vraiment lu Tintin au Congo ? Parce que je n’ai pas l’impression qu’on a lu le même livre, quels sont les passages que vous estimez "racistes" (version couleur ou N&B, au choix) ?

        Répondre à ce message

  • Hergé est mort voici plus de 20 ans (1983) et il était l’ami de Raymond Leblanc le super Résistant avec pleins de décorations et tout et tout.
    Pourquoi ne rappelle-t-on pas ces faits ?
    Si RL a pardonné à Hergé et a demandé à ce que les charges contre Hergé soient oubliées pourquoi persister ?
    De plus pourquoi poursuivre les Rodwell qui n’ont rien à voir avec Hergé ?
    Pourquoi parler d’ailleurs de ce sujet qui n’a que peu à voir avec la bonne BD sur ce site ?
    Je sais que vous faites tout ce que vous pouvez pour éviter que Hergé ne tombe dans l’oubli avec ses albums démodés et ennuyeux mais tout de même, :
    PASSONS A AUTRE CHOSE

    Répondre à ce message

    • Répondu par LC le 18 janvier 2010 à  14:01 :

      ses albums démodés et ennuyeux
      Ils ne sont pas démodés, ce sont des classiques. Oseriez-vous dire de Hugo, Dumas, Zola ou Jules Verne qu’ils sont démodés ? Non, ils sont hors mode, comme Hergé, c’est la marque des classiques.
      Quant à "ennuyeux", vraiment je vous plains, si vous trouvez la lecture de Tintin ennuyeuse, vous devez bien vous faire ch... dans la vie. Ces albums sont exaltants, réjouissants, intelligents, drôles, jamais ennuyeux.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Thierry le 18 janvier 2010 à  16:53 :

        Les albums d’Hergé sont forcément un peu démodés, cela va de soi, mais je ne les trouve pas ennuyeux et ce sont des classiques D’un autre côté, je connais beaucoup de gens que les aventures de Tinin indiffèrent et qui ne s’ennuient pas dans leur vie pour autant.

        Répondre à ce message

  • Contexte historique
    1er mai 2010 13:52

    Il me semble important de replacer tintin au Congo dans son contexte historique.
    Le Congo est une des dernières colonies constituées, Léopold avait pleuré auprès des empires d’Allemagne, d’Autriche Hongrie, de France et le royaume d’Angleterre pour obtenir à son tour une colonie.

    Le Congo lui fut attribué et Stanley fut chargé d’organiser la Colonie dans un seul but ; la rendre profitable. La colonie permit au roi de s’enrichir considérablement au prix d’une horreur humanitaire.

    Edmund Dene Morel engagera probablement la première campagne de presse internationale. Face à la désapprobation générale Leopold finira par vendre le Congo à l’état Belge qui confiera aux missionnaires catholiques la mission de redresser l’image de cette colonie.

    Tintin au Congo n’était pas un choix d’Hergé mais bien comme le soviet une œuvre de commande il s’agissait de communiquer auprès de la jeunesse catholique sur les bienfaits des missionnaires.

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD