Livre-Paris 2019 : l’éternel retour de la Ligne claire

13 mars 2019 3 commentaires
  • La sacro-sainte "Ligne claire", vocable inventé par Joost Swarte en 1977 lors d'une exposition rétrospective sur Hergé à Rotterdam, est devenue avec le temps un véritable courant artistique, sinon une institution du 9e Art. Un mouvement qui dure et qui se perpétue avec des best-sellers comme Blake et Mortimer. Le point sur sa définition et sur ses contours.

Mouvement esthétique remarquable de la bande dessinée franco-belge de la fin du XXe siècle, la fameuse "Ligne claire" est aujourd’hui considérée par d’aucuns comme un style suranné mais qui continue à capitaliser des millions de lecteurs, au point que, depuis une trentaine d’années, certains auteurs ont décidé de se glisser dans les habits de ce style forgé paer Hergé, Edgar P. Jacobs et Jacques Martin. Une forme d’académisme de l’École de Bruxelles.

C’est un apostolat exigeant : certains auteurs comme Régric ou Béja nous ont confié leur difficulté de faire publier des projets adoptant ce style, tant il est "marqué".

Pourtant, quand il s’agit de perpétuer des grandes séries existantes comme Blake et Mortimer, Alix ou Lefranc, ce cachet "vintage" est plutôt sollicité. On l’a vu récemment avec Peter Van Dongen ou Marc Jailloux. Elle est, par ailleurs, utilisée par les auteurs les plus modernistes, voire parodiques, comme Chris Ware ou Stanislas, et avant eux Tardi qui revient cette année avec un Adèle BlancèSec.

Elle a aussi ses théoriciens : Joost Swarte d’abord, qui en forgea le concept, François Rivière qui le premier parla d’une "École d’Hergé", Jacques Martin qui, dès la fin des années 1960 parlait d’une "École de Bruxelles" avant que Swarte ne fige le concept dans les années 1980, soutenu par Floc’h, Ted Benoît et Yves Chaland.

Est-ce que ce "style vieillot" est devenu un mouvement esthétique indémodable ? Le salon Livre-Paris 2019 sera l’occasion d’en débattre sur la scène BD-Comics-Manga autour du thème : "L’éternel retour de la Ligne claire".

Peter van Dongen actuel dessinateur de Blake & Mortimer (éditions du même nom) y participera, aux côtés de François Rivière, Marc Jailloux, ancien assistant et disciple de Jacques Martin qui a notamment travaillé sur Alix, ainsi que de Stanislas, par ailleurs l’un des fondateurs de L’Association, célèbre auteur des Aventures d’Hergé (avec José-Louis Bocquet et Jean-Luc Fromental, Ed. Dargaud) et du Perroquet des Batignolles (Ed. Dargaud) qu’il coréalise avec Tardi.

Des invités qualifiés pour nous faire un état des lieux de la Ligne claire en 2019.

Livre-Paris 2019 : l'éternel retour de la Ligne claire

(par Vincent SAVI)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le débat " L’éternel retour de la Ligne claire" modéré par Didier Pasamonik aura lieu samedi 16 mars 2019 de 11h00 à 12h00 sur la scène BD-Comics-Manga.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Je n’ai pas assisté à ce débat, juste à ceux du samedi après-midi, de 14 heures à 17 heures. Il faut oublier les séances de dédicaces, ces débats étaient tout à fait passionnant !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Vincent SAVI le 17 mars à  23:28 :

      Tous les débats devrait (normalement) être disponible sur ActuaBD en retranscription écrite ou en podcast audio !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Michel Dartay le 18 mars à  20:24 :

        Ils le mériteraient, c’était passionnant ! A quoi bon en limiter l’audience aux cent spectateurs présents ?

        Répondre à ce message